lucperino.com

Le sein entre deux feux

humeur du 15/10/2013

Le sein entre deux feux

Chaque année, au mois d’octobre, le cancer du sein est remis à l’honneur par les médias. C’est aussi l’occasion pour médecins et épidémiologistes de réévaluer les résultats de son dépistage « organisé », c'est-à-dire issu d'une action de santé publique vers une population a priori en bonne santé. Ce type de dépistage ne doit pas être confondu avec le dépistage ciblé, qui concerne une population sélectionnée sur plusieurs critères précis.

Hélas, les études sur les dépistages dits « de masse » sont difficiles à interpréter, car les idéologies, les émotions et les questions existentielles y sont des éléments perturbateurs très tenaces, aussi bien chez leurs détracteurs que chez leurs promoteurs. Les chiffres présentent des écarts parfois importants d’une étude à l’autre.

Pour les plus ardents promoteurs, ce dépistage bénéficie à une patiente sur 600 dépistées.
Pour les plus farouches opposants, ce dépistage bénéficie à une patiente sur 2000.
La vérité doit logiquement se situer quelque part entre les deux.

Les premières recherches n’étudiaient que les bénéfices possibles, car nul ne pensait qu’il pût y avoir des risques. Lorsque l’éventualité de surdiagnostics et de surtraitements a été envisagée, certaines études ont inclus le calcul des nuisances et risques éventuels, et ont obtenu des écarts encore plus grands.

Pour les partisans, le surdiagnostic concerne 10% des femmes dépistées positives.

Pour les détracteurs, le surdiagnostic concerne 50% des femmes dépistées positives.

Le nombre de dépistage positifs étant environ de 10 pour mille, nous pouvons ainsi présenter cette gamme de résultats de façon impartiale à chacune de nos patientes :
- "Madame, ce dépistage vous sera utile entre 0,5 et 1,6 fois sur mille, et il vous sera nuisible entre 1 et 5 fois sur mille."
Selon leur « sensibilité », certains médecins préféreront une formulation inverse :
- "Madame, ce dépistage vous sera inutile entre 998,4 et 999,5 fois sur mille, et il sera sans risque entre 995 et 999 fois sur mille."

Dans tous les cas, les nuisances sont supérieures au bénéfice.

Il faudrait ajouter à cela le nombre – probablement faible – de cancers induits par la mammographie ou les radiothérapies, mais nous n'avons trouvé aucune étude sérieuse les précisant. Considérons donc le surdiagnostic comme la seule nuisance. Cette nuisance étant définie par la réalité d’un cancer psychologiquement vécu comme réel, avec un rythme variable d’interventions, traitements et examens de contrôles ultérieurs pour le reste de la vie.

Les présentations peuvent évidemment être moins brutales, mais toutes deux ont le mérite de répondre aux exigences médicales que sont « l’information éclairée » et la conformité avec les « données actuelles de la science ».

Une enquête de janvier 2013* confirme que la plupart des femmes qui se font dépister ignorent la possibilité de surdiagnostics et de surtraitements, ou en négligent l’impact. En outre, nombreuses sont celles qui pensent que ces études ont pour but de supprimer le financement du dépistage !

Il faut en conclure qu’aucun des deux camps n’a été capable, à ce jour, de maîtriser « l’information éclairée » sur ce dépistage « de masse ».

Bibliographie

Autier P et al.
Disparities in breast cancer mortality trends between 30 European countries : retrospective trend analysis of WHO mortality database.
BMJ 11 août 2010 ; 341:c3620.

Autier P et coll.
Breast cancer mortality in neighbouring European countries with different levels of screening but similar access to treatment: trend analysis of WHO mortality database.
BMJ 2011;343:d4411
DOI : doi: 10.1136/bmj.d4411

Bleyer A et coll.
Effect of three decades of screening mammography on breast-cancer incidence.
N engl J Med 2012; 367: 1998-2005.

Burgess C et al
Depression and anxiety in women with early breast cancer : five year observational cohort study.
BMJ 2005; 330: 702.

Djulbegovic B et coll.
Screening mammography at 40-49 years: regret or no regret ?
Lancet 2006; 368: 2035-37.

Haroche Aurélie
L’avenir du dépistage systématique du cancer du sein de moins en moins rose
J.I.M. 27/09/2012

Hersch J. et coll.
Women’sviews on overdiagnosis in breast cancer screening: a qualitative study.
BMJ 2013;346:f158.

Hooning MJ et coll.
Cause-specific mortality in long-term survivors of breast cancer: A 25-year follow-up study
Int J Radiat Oncol Biol Phys. 2006 ; 64 : 1081-91.

Independent UK Panel on Breast Cancer Screening
The benefits and harms of breast cancer screening: an independent review
The Lancet, Volume 380, Issue 9855, Pages 1778 - 1786, 17 November 2012
DOI : 10.1016/S0140-6736(12)61611-0

Jorgensen KJ et Gøtzsche P.
Overdiagnosis in publicly organised mammography screening programmes: systematic review of incidence trends.
BMJ 2009; 339 : b2587

Jørgensen KJ .et coll.
Breast cancer mortality in organised mammography screening in Denmark: comparative study.
BMJ 2010;340:c1241

Kalager M et coll.
Effect of screening mammography on breast-cancer mortality in Norway.
N Engl J Med 2010; 363: 1203-10

La Revue Prescrire (LRP)
Dépistage mammographique des cancers du sein
Rev Prescrire 2007; 27 : 758-62

La Revue Prescrire (LRP)
Mammographies et dépistage des cancers du sein : Pour un choix éclairé des femmes désirant participer au dépistage
Rev Prescrire 2006 ; 26 (272) : 348-374.

La Revue Prescrire (LRP)
Pièges et difficultés de l'évaluation des dépistages des cancers : l'exemple des cancers du sein
Rev Prescrire 2006 ; 26 (271) : 304-310.

Moller H et col
Over-diagnosis in breast cancer screening.
BMJ, 2006, 332, p 691-692

Moss S et al.
Effect of mammographic screening from age 40 years on breast cancer mortality at 10 years’ follow-up : a randomised controlled trial.
Lancet 2006; 368: 2053-60.

Pharoah PDP et coll
Cost effectiveness of the NHS breast screening programme: life table model.
BMJ 2013; 346:f2618
DOI : 10.1136/bmj.f2618.

Raftery J. et coll.
Possible net harms of breast cancer screening: updated modelling of Forrest report
BMJ 2011; 343:d7627
DOI : 10.1136/bmj.d7627

Sarkeala T, Heinävaara S, Anttila A.
Organised mammography screening reduces breast cancer mortality: A cohort study from Finland.
Int J Cancer. 2008 Feb 1;122(3):614-9

Seigneurin A et coll.
Overdiagnosis from non-progressive cancer detected by screening mammography: stochastic simulation study with calibration to population based registry data.
BMJ 2011;343:d7017
DOI : 10.1136/bmj.d7017.

Suhrke P et coll.
Effect of mammography screening on surgical treatment for breast cancer in Norway: comparative analysis of cancer registry data.
BMJ 2011; 343: d4692
DOI : 10.1136/bmj.d469

Van der Steeg AFW et coll.
Effect of abnormal screening mammogram on quality of life.
Brit J Surg., 2011; 98: 537-542.

Welch H.G.
Screening mammography. A long run for a short slide ?
N Engl J Med 2010; 363: 1276-78.

Zackrisson S et al
Rate of over-diagnosis of breast cancer 15 years after end of Malmö mammographic screening trial : follow-up study.
Br Med J, 2006, 332, p 689-692

Zahl P-H et coll.
Incidence of breast cancer in Norway and Sweden during introduction of nationwide screening : prospective cohort study.
Br Med J 2004; 326: 921-4

Zahl PH et col
The natural history of invasive breast cancers detected by screening mammography.
Arch Intern Med 2008 ; 168 : 2311-6

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Le coup de l'anosognosie - Le diagnostic officiel de Jacques Chirac est celui d’anosognosie qui signifie la [...]

Histoire simple des médicaments anti-obésité - Le Mysimba® vient d’obtenir son autorisation de mise sur le marché en Europe. Ce médicament [...]

Ne tournons pas autour du pot d’échappement - L’importante contribution de l’automobile au produit intérieur, à la liberté, voire [...]

Auto-immunité - Les anti TNF font partie des avancées thérapeutiques notables de ces dernières années. [...]

Rendons des malades à Pluton - Trier, classer, ordonner, catégoriser sont certainement les activités primaires de tout [...]

Haut de page