lucperino.com

Dépister ou non l'Alzheimer

humeur du 10/09/2013

Dépister ou non l'Alzheimer

La Conférence de l’Association Internationale de l’Alzheimer s’est tenue à Boston en juillet dernier (AAIC 2013).

L’une des questions les plus débattues a été celle de l’utilité d’un dépistage et d’un diagnostic précoces. La question était hypocrite, puisque l’on sait que les sponsors de ces associations et conférences orientent déjà toutes les recherches vers un dépistage de plus en plus précoce, indépendamment des avertissements et des inquiétudes des cliniciens.

Malgré cette hypocrisie, dont la médecine prédictive est coutumière, les arguments étaient valables des deux côtés. Les partisans du dépistage insistaient sur la nécessité de la précocité pour améliorer la prise en charge et le pronostic. Les adversaires arguaient qu’il n’existe actuellement aucun médicament susceptible de retarder l’apparition de la maladie ou de ralentir son évolution. Ce dépistage est donc sans intérêt, et risque, en outre, d’inquiéter plus longtemps les patients et leurs familles, sans pouvoir rien changer au pronostic.

Les partisans rétorquaient qu’il existait déjà quelques moyens non pharmacologiques, tels que la marche, l’exercice physique, l’affection, l’entraînement cognitif, la suppression du tabac, des opiacés et des somnifères, le toucher et toutes les stimulations sociales et sensorielles, ainsi que la lutte contre l’obésité. Autant d’éléments qui rangeaient adroitement ces partisans du diagnostic précoce du côté de l’écologie et de l’empathie. Argument combattu maladroitement par les adversaires qui savent que ces thérapies non médicamenteuses sont mal appliquées, ou très vite abandonnées, dès lors que le marché propose un médicament, même si celui-ci est inefficace ou nuisible. Car la croyance en une chimie pouvant tout guérir est tenace, même pour une maladie neuro-dégénérative d’apparition tardive.

Les médecins attentifs savent que la recherche sur la maladie d’Alzheimer, ne pouvant aboutir à guérir ou à éradiquer cette maladie, veut ouvrir des pistes « crédibles » d’un traitement préventif, « vendable » à tous les adultes anxieux et assurés sociaux.

En attendant cette prouesse mercatique et – pourquoi pas – scientifique, l’examen attentif des données actuelles de la science peut mettre tout le monde d’accord sur l’inutilité actuelle du dépistage. Il apparaît que les meilleurs traitements préventifs de cette terrible maladie sont les mêmes que les thérapies considérées comme les plus actives pour en ralentir le cours. Citons-les encore : scolarisation longue et précoce, régime peu calorique, suppression du tabac, entraînement cognitif, socialisation, toucher, exercice physique, affection, stimulation sensorielle, etc. Seuls moyens possédant, à ce jour, la preuve d’une efficacité, tant préventive que curative.

Peu importe alors de chercher à définir le moment opportun du diagnostic, puisque ces traitements ne doivent jamais cesser, avec ou sans diagnostic.

Bibliographie

AAIC 2013
http://madrc.mgh.harvard.edu/alzheimers-association-2013-international-conference-aaic-2013

Maladies d'Alzheimer : traitement médicamenteux.
Prescrire, t 32, N° 345, Juillet 2012

Aarsland D et coll.
Is physical activity a potential preventive factor for vascular dementia? A systematic review.
Aging Ment Health. 2010; 14: 386-95

Barnes DE
Midlife vs late-life depressive symptoms and risk of dementia: differential effects for Alzheimer Disease and Vascular Dementia.
Arch Gen Psychiatry 2012 ; 69 (5) : 493–498.

Burnham S.C., Faux N.G., Wilson W., LawsS.M. , Ames D., Bedo J., Bush A.I., Doecke J.D. , Ellis K.A., Head R. , Jones G., Kiiveri H. , Martins R.N. , Rembach A., Rowe C.C., Salvado O., Macaulay S.L. , Masters C.L.
A blood-based predictor for neocortical Aβ burden in Alzheimer’s disease: results from the AIBL study
Molecular Psychiatry , 30 April 2013
DOI : 10.1038/mp.2013.40

Craik FIM, Bialystok E, Freedman M.
Delaying the onset of Alzheimer disease: Bilingualism as a form of cognitive reserve.
Neurology 2010;75:1726–1729

Gallagher D et coll.
Anxiety and behavioural disturbance as markers of prodromal Alzheimer’s disease in patients with mild cognitive impairment.
Int J Geriatr Psychiatry., 2011; 26: 166-172

Gazdzinski S., et coll.
Body Mass Index and Magnetic Resonance Markers of Brain Integrity in Adults .
Ann Neurol 2008;63:652– 657

Gorospe EC et coll.
The risk of dementia with increased body mass index.
Age and ageing; 2007; 36: 23-29.

Head D et coll.
Exercise Engagement as a Moderator of the Effects of APOE Genotype on Amyloid Deposition.
Arch Neurol., 2012; 69: 636-643.

Kaarin JA et coll.
Smoking as a risk factor for dementia and cognitive decline : a meta-analysis of prospective studies.
Am J Epidemiol 2007 ; 166 : 367-378.

Larson EB et coll.
Exercise is associated with reduced risk for incident dementia among persons 65 years of age and older.
Ann Int Med., 2006 ; 144: 73-81.

Lee BK et coll.
Neighborhood psychosocial environment, apolipoprotein E genotype, and cognitive function in older adults.
Arch Gen Psychiatry 2011; 68: 314-321.

Lucia A, Ruiz J.
Exercise is beneficial for patients with Alzheimer’s disease: a call for action.
Br J Sports Med 2011; 45: 468-9.

Murray AD et coll.
The balance between cognitive reserve and brain imaging biomarkers of cerebrovascular and Alzheimer's diseases.
Brain 2011; 134, 3684-3693.
DOI : 10.1093/brain/awr259.

Olazarán J et coll.
Benefits of cognitive-motor intervention in MCI and mild to moderate Alzheimer disease.
Neurology 2004;63:2348-2353.

Podewils LJ et coll.
Physical activity, APOE genotype, and dementia risk : findings from the Cardiovascular Health Cognition Study.
Am J Epidemiol 2005; 161: 639-651.

Richards M et Deary IJ.
A life course approach to cognitive reserve : a model for cognitive aging and development.
Ann Neurol 2005; 58: 617-622.

Richards M et coll.
Cognitive ability in childhood and cognitive décline in mjd-life : longitudinal birth cohort study.
Br Med J., 2004 ; 328 : 552-555.

Russ TC et coll.
Socioeconomic status as a risk factor for dementia death: individual participant meta-analysis of 86 508 men and women from the UK.
Br J Psychiatry 2013 ; 203 : 10–17.

Saczynski JS, Pfeifer LA, Masaki K, Korf ES, Laurin D, White L, Launer LJ.
The effect of social engagement on incident dementia: The Honolulu-Asia aging study.
Am J Epidemiol. 2006;163:433–440.

Schultz SK
Atypical antipsychotic medications in Alzheimer’s disease : effectiveness versus expectations.
Am J Psychiatry juillet 2008 ; 165 (7) : 793-795.

Selkoe DJ
Resolving controversies on the path to Alzheimer’s therapeutics.
Nature Medicine 2011;17: 1060-1065.

Smith K et coll.
High prevalence of dementia and cognitive impairment in Indigenous Australians.
Neurology 2008; 71; 1470-1473

Susham Gupta & James Warner
Alcohol-related dementia : a 21st –century silent epidemic ?
Br Journal of Psychiatry 2008, 193-11 : 351–353.

Weuve J. ; Jae Hee Kang, ; JoAnn E. Manson, MD; Monique M. B. Breteler, MD; James H. Ware, PhD; Francine Grodstein, ScD
Physical Activity, Including Walking, and Cognitive Function in Older Women
JAMA. 2004;292(12):1454-1461.
DOI : 10.1001/jama.292.12.1454.

da Silva J et coll.
Affective disorders and risk of developing dementia: systematic review.
Br J. Psychiatry 2013; 202: 177–186.

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Le sein entre deux feux - Chaque année, au mois d’octobre, le cancer du sein est remis à l’honneur par les [...]

Souvenirs de Mediator - Le laboratoire Servier a toujours été un brillant marginal. Je me souviens que c’est le seul [...]

Ne plus déclencher la venue au monde - Dans la série des informations alarmistes sur les médicaments, le dernier épisode est celui du [...]

L’avenir du syndrome grippal - Dans les dossiers de nos patients, nous avons chacun nos petites manies pour résumer en [...]

Derrière mon stéthoscope - En inventant le stéthoscope, Laennec majora brutalement l’expertise des médecins. Les [...]

Haut de page