lucperino.com

Allume-feu

humeur du 03/04/2012

Allume-feu

Il n’existe pas de bonne médecine, en tout cas pas de médecine scientifique moderne sans anglicisme.
Cela ne signifie pas que les pays anglophones aient une médecine exclusivement scientifique et moderne, mais seulement que la science a besoin de mots universels pour que l’étude des phénomènes complexes soit extensive et contradictoire.

« Allume-feu » se dit « kindling » en anglais. Pour les campeurs, l’objet est très pratique quel que soit le pays ou la langue qui le nomme.

En médecine, l’allume-feu est inconnu mais le « kindling » existe. C’est le fait qu’une pathologie cyclique, épisodique ou critique se déclenche de plus en plus facilement.

Pour une épilepsie, le kindling correspond à l’abaissement du seuil de déclenchement des crises.
Pour une polyarthrite rhumatoïde, c’est l’augmentation du nombre de périodes douloureuses ou inflammatoires.
Chez un patient bipolaire c’est l’augmentation du nombre d’épisodes dépressifs ou maniaques
Etc.

Chez un patient bipolaire, les drogues et substances psychoactives favorisent le kindling.
Chez un patient bipolaire les antidépresseurs ne sont pas indiqués, ils favorisent le kindling et les cycles rapides et sont délétères sur l’évolution de la maladie.
Pour les autres psychotropes, la question reste en suspens. Seuls les thymorégulateurs semblent adaptés pour l’instant à cette maladie à la clinique polymorphe.

Certains auteurs vont jusqu’à affirmer que la maladie bipolaire concernerait en réalité 5 à 6% de la population au lieu des 2% actuellement admis et diagnostiqués.

Lorsque l’on sait que les prescriptions erronées d’antidépresseurs concernent plus de la moitié de ces patients.
Lorsque l’on sait que toute la littérature médicale sur le sujet a pour conséquence de conduire à toujours plus de diagnostics et à toujours plus de prescriptions, il y a vraiment lieu de s’inquiéter.
Tous ces « allume-feu » vont favoriser la prévalence du diagnostic et des crises maniaques et dépressives dans la population.

Si les sciences biomédicales modernes nous fournissent des anglicismes justes comme « kindling » pour mieux étudier les pathologies, cela ne veut pas dire qu’il faille oublier le latinisme de « l’allume-feu ».
Car si nous continuons à négliger aussi superbement tous les feux que nous allumons, la science clinique reculera et la pathologie critique deviendra la norme sociale.

Bibliographie

Post RM, Leverich GS, Nolen WA, Kupka RW, Altshuler LL, Frye MA, Suppes T, McElroy S, Keck P, Grunze H, Walden J.
A re-evaluation of the role of antidepressants in the treatment of bipolar depression: data from the Stanley Foundation Bipolar Network.
Bipolar Disord. 2003 Dec;5(6):396-406.

Post RM, Weiss SR.
Convergences in course of illness and treatments of the epilepsies and recurrent affective disorders.
Clin EEG Neurosci. 2004 Jan;35(1):14-24.

Richard Denis , Senon Jean-Louis
Les troubles bipolaires : du concept à la pharmacothérapie
http://senon.pagesperso-orange.fr/Documentation/telechargement/2cycle/csct/TR.pdf

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Soyons scientifiques ou disciplinés ou les deux - Le cancer est un sujet d'une grande gravité, c'est pourquoi il ne peut supporter la [...]

Cessez d’insulter les généralistes - Le Monde daté du 14 juin relate une étude du laboratoire Pfizer sur la fibromyalgie. Cet [...]

Le smartphone qui marche tout seul - Simon va bien, mais sa mutuelle lui a fait faire un check-up et les analyses ont trouvé une [...]

Médias et médecine - Les grands médias ont toujours salué avec assiduité les progrès médicaux. Les succès [...]

Agneaux de l’agnotologie - Le danger des additifs au plomb dans l’essence a été découvert dans les [...]

Haut de page