lucperino.com

Courte histoire du diagnostic

humeur du 21/03/2012

Courte histoire du diagnostic

Dans l’antiquité, le diagnostic avait une valeur divinatoire qui donnait un sens à la mort. Puisque l’on pouvait mourir de tout, il était réconfortant de savoir que l’on n’allait pas mourir de rien.
Puis les médecins hippocratiques et leurs successeurs romains et arabes ont décrit et nommé les maladies avec une précision qui nous étonne encore aujourd’hui. Ces diagnostics avaient la beauté d’un art qui faisait pardonner au médecin son absence totale d’impact sur les destinées biologiques et médicales.

Cet art a progressivement acquis une minutie confinant presque à l’obsession au siècle des Lumières où la «nosologie méthodique » recensait 10 classes, 44 ordres, 315 genres et 2400 espèces de maladies. Les patients mouraient toujours, faute de traitement, mais réconfortés de savoir que leur médecin était aussi savant qu’un entomologiste.

Puis avec la méthode anatomo-clinique, le diagnostic est devenu très médical et très exact. Les patients mourraient sans soins, mais avec des certitudes. N’était-ce pas là une part de l’idéal que tant de religions cherchaient depuis si longtemps ?

Puis la libération de la chirurgie par l’anesthésie générale, la révolution pastorienne et quelques miracles comme celui de l’insuline, ont brutalement rompu cette harmonie lascive. On vit naître deux types de diagnostics. D’un côté, les triviaux, techniques et fats, débouchant sur des actions thérapeutiques capables d’éloigner la mort. De l’autre les nobles, inutiles et élégants perpétuant l’art médical en maintenant l’ignorance des choses de la vie.

Enfin, la société marchande a totalement fait disparaître l’inertie thérapeutique. Il n’y eut plus aucun diagnostic sans action médicale immédiate. Même s’il persistait çà et là quelques vacuités nosographiques, la « natura medicatrix » d’Hippocrate n’avait plus droit de cité. Bel adage pour le marché : « Même si le patient n’a rien, on peut toujours faire quelque chose ».

Aujourd’hui, la tendance s’est complètement inversée. Ce sont les traitements qui précèdent les diagnostics. Lorsque la pharmacologie découvre une synapse ou un gène, elle en cherche les porteurs fragiles. La statistique révèle que ces porteurs sont plus nombreux que ni médecins ni patients ne l’imaginaient. Il ne reste plus qu’à trouver le nom de la maladie qui caractérise cette fragilité synaptique ou génétique.

On accuse alors les médecins de mollesse diagnostique, comme on leur reprochait avant leur inertie thérapeutique. Pour y remédier, il suffit de trouver un test qui fait le diagnostic directement sur le gène ou sur la synapse et l’indolence du diagnostic disparaît sous la science exacte.

Ainsi, malgré cette inversion de la pratique médicale, l’erreur historique n’a pas été reproduite. Alors que l’art diagnostique avait été choyé et promu au détriment de la thérapeutique, le nouvel art thérapeutique a su entraîner le diagnostic dans son sillage. Réjouissons-nous-en.

Le CIM compte désormais plus de maladies que n’en comptait la nosologie méthodique des Lumières. Le déficit cognitif léger lié à l’âge est promis à un bel avenir, le trouble psychotique léger s’apprête à faire son apparition dans le DSM V. Il existe aussi de plus en plus de cancers légers que l’on guérit très longtemps avant qu’ils n’apparaissent.
Rien ne semble devoir arrêter ce nouvel engouement pour le diagnostic.

La prééminence du diagnostic nous permettait de mourir avec des certitudes, la nouvelle prééminence de la thérapeutique nous permet d’avoir ces certitudes beaucoup plus tôt.

Bibliographie

Boissier De Sauvages François
Nosologie méthodique ou distribution des maladies en classes, en genres et en espèces suivant l'esprit de Sydenham et la méthode des botanistes
Lyon, Bruyset, 1772, 10 volumes

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Juste une pilule d'épidémiologie - Toutes les pilules de la 1ère à la Nième génération ont toujours eu comme effet secondaire [...]

Pharmacologie du suicide - La dépression est une entité médicale qui n’a jamais obtenu de définition satisfaisante. [...]

Espérance de vie et tourisme - Le peuple français se félicitait avec raison d’avoir l’espérance de vie à la [...]

Tournevis magique - Un jour, me promenant dans un salon de bricolage, je vis un bonimenteur présenter un tournevis [...]

La mort dans le P.I.B. - D’après le CNPS, la santé représente 11% du PIB. Diverses études de caisses d'assurance [...]

Haut de page