lucperino.com

Qui détient la médecine ?

humeur du 06/09/2011

Qui détient la médecine ?

La médecine a deux buts : prolonger la vie et améliorer sa qualité. Comme pour toute science, la preuve est reine, tout le reste est littérature. Mesurer l’efficacité médicale au niveau d’une population, revient à calculer le nombre d’années de vies gagnées en corrigeant par le facteur de la qualité. De nos jours, seuls des sigles anglophones sont capables de nous fournir une unité de mesure : ce sont les QALY (quality adjusted life years)

Sortons donc notre double-décimètre…

Depuis son instauration, le permis à points a sauvé plus 25000 vies et évité autant de handicaps graves soit environ 2000 vies et 2000 handicaps par an.

L’année même de leur mise en place, les radars routiers ont permis de sauver 3000 vies.

Le tabagisme passif étant responsable d’environ 1% de la mortalité mondiale, plusieurs pays ont mis en place des lois anti-tabac dans les lieux publics. Les premiers résultats concrets de ces mesures surprennent tous les analystes. Entre 1500 et 2000 vies sauvées dès la première année en Angleterre, comme en France et une baisse moyenne de 15% des hospitalisations pour accident cardiaques dans tous les pays étudiés.

Les résultats du dépistage du cancer du sein sont plus difficiles à établir avec précision en raison de la multitude des paramètres à prendre en compte. Les statistiques les plus optimistes font état de quelques centaines de vie épargnées chaque année. Le traitement de ce même cancer évolué a permis de gagner deux années de vie en moyenne pour chaque patiente depuis vingt ans. Il s’agit ici de morts différées, contrairement à celles épargnées sur la route où l’on peut supposer que l’espérance de vie reste intacte après l’évitement de l’accident.

Les méta-analyses confirment que le dépistage du cancer de la prostate ne sauve aucune vie, et provoque une baisse de la qualité de vie. De même pour les traitements médicamenteux de l’hypertension ou du diabète de type 2 qui évitent quelques accidents vasculaires mais n’ont aucun impact sur la mortalité générale sur laquelle seule l’hygiène a une de vie a une influence.

Si l’on juge la médecine à l’aune des années/qualité de vie qu’elle permet de faire gagner à une population donnée, il apparaît de façon claire, que depuis l’invention des vaccins et des antibiotiques, l’impact des médecins et de leur ministère est quasi négligeable comparé à celui des autres ministères. Le rapport est de 1 à 100 pour ne pas dire de 1 à 1000.

Cela va peut-être faire un peu de mal aux médecins, mais aussi conforter ceux pour qui la santé est un objectif prioritaire, en leur rappelant l’extrême simplicité, voire trivialité, archaïque de ce qui est vraiment bon pour la santé.

La seule véritable inconnue de toutes ces analyses est le pourcentage de ceux pour qui la santé est un objectif prioritaire.

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Pailles de la prévention - Les jours de grande pollution, de nombreux messages officiels recommandent de garder les jeunes [...]

Après le taylorisme, le prozacisme - Le taylorisme, puis le fordisme ont été les piliers de la productivité et de la consommation. [...]

Générations futures des césariennes - Médecins et épidémiologistes avaient constaté depuis longtemps que la naissance par [...]

Ineptie des deux diabètes - Au début du XVIII° siècle, les progrès de la microscopie ont permis de découvrir et de [...]

Mortalité ou létalité ? - Le degré d’exactitude d’une science se mesure à la précision de ses mots. La [...]

Haut de page