lucperino.com

Parachutes gériatriques

humeur du 25/06/2011

Parachutes gériatriques

C’est vrai, cela existe ! Je n’en ai jamais prescrit, mais je sais que cela se vend puisque j’ai vu des messages publicitaires et que dans un monde d’offres, la publicité se paie par les ventes et vice-versa...

Il s’agit de protection pour prévenir les fractures du col du fémur. Ce sont des coussins aqueux que l’on fixe autour du bassin pour protéger les hanches des personnes âgées en cas de chute.
En théorie l’idée n’est finalement pas plus ni moins stupide que l’air bag dont on dit qu’il a contribué à diminuer la mortalité et la morbidité routières.
Puisque nous ne pouvons pas prévenir tous les accidents, il est logique d’essayer d’en amoindrir les conséquences.

Les essais cliniques doivent être difficiles et contestables par manque d’homogénéité des groupes. Les personnes acceptant d’exhiber les coussins aqueux n’ont certainement pas les mêmes capacités cognitives que celles qui les refusent. Sauf, possiblement, certaines mamies encore coquettes, tentées par l’idée de séduire avec ces prothèses de rotondité coxale évoquant les crinolines de leur jeunesse. Le placebo doit être également de mise en œuvre contestable, car les coussins emplis d’air ou de mousse peuvent avoir une action similaire, et y mettre du gravier serait inique et son poids serait accidentogène.

Même si la chute fatale risque de se produire le jour où l’on aura précisément oublié les coussins protecteurs et fait un surdosage accidentel d’antihypertenseurs, acceptons donc cette offre, sans autres preuves, pour la protection de nos vieillards qui sont de plus en plus nombreux. Car, dans une société d’offre, le nombre est très important...

Mais alors, tant qu’à bien faire, soyons plus incisifs. Evitons à nos ancêtres qui hantent les couloirs des maisons de retraite, avec le but louable de susciter le commerce et la compassion autour de leur survie, de chuter lamentablement. Pourquoi ajouter à leur infamie, celle d’une éventuelle attitude grotesque après avoir rebondi sur leur coussin aqueux, affalés, la tête en déclive et les hanches inaptes à toute tentative de redressement.

Pourquoi ne pas leur accorder le meilleur de la technologie. Un détecteur de rupture de verticalité qui gonflerait un énorme coussin dorsal d’hélium dont l’ascension brutale éviterait l’humiliation d’une chute et les lombalgies des aides-soignantes.
Cela plairait aussi à leurs petits-enfants qui voudraient immédiatement avoir le même parachute que mamy. Et dans une société d’offre, la demande des enfants est fondatrice...

PS : Une méta-analyse récente confirme l'inutilité de ces protecteurs de hanche. Je l'ignorais en écrivant ce texte. Le bon sens suffisait !

Bibliographie

Gillespie WJ, Gillespie LD, Parker MJ.
Hip protectors for preventing hip fractures in older people.
Cochrane Database Syst Rev. 2010 Oct 6;(10):CD001255.

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Code noir et espérance de vie - Élaboré en 1665 par Colbert, le code noir de Louis XIV établissait le cadre législatif [...]

Maladies de riches - La loi du 19 ventôse de l’an XI (1803), relative à l’exercice de la médecine, créa deux [...]

Les césariennes, l’âne et le lion - Le nombre de césariennes s’accroît de façon vertigineuse dans le monde. Cette [...]

L’avenir du syndrome grippal - Dans les dossiers de nos patients, nous avons chacun nos petites manies pour résumer en [...]

Un comprimé contre cent kilos de sucre - La consommation annuelle de sucre en Europe en 1830 était de 5 kilos par an et par [...]

Haut de page