lucperino.com

La nutritionniste

humeur du 14/05/2008

La nutritionniste

Tout seul, je n'aurais jamais osé le dire comme cela. C'est injuste et politiquement incorrect. Et puis en y réfléchissant, je me dis qu'elle a peut-être raison. C'est une femme, elle est nutritionniste, elle est compétente et très connue dans notre région. L'obésité des enfants était notre sujet de formation médicale continue de la soirée. Lorsque je lui ai demandé quelle en était la première cause, elle a répondu sans hésitation : le travail des femmes .

Je n'aurais jamais osé.

Puis elle a développé. Les femmes n'ont pas le temps, elles posent les enfants à l'école en voiture en partant au travail, elles les laissent devant la télé, elles passent leurs envies de sucreries pour remplacer leur suave présence, elles culpabilisent, et compensent en gavant leurs enfants.

Elle avait raison. Cependant, elle avait fait une grosse lacune en oubliant de parler du père qui fait exactement les mêmes erreurs. Cela me prouvait déjà la prédisposition innée des mères à la culpabilité, donc leur prétention naturelle à la maternité, voire exclusive à la parentalité.

Il nous restait à débattre. Du côté des enfants, tout est vrai : sucres, télé, grignotages et sédentarité sont bien les responsables de la décadence graisseuse. Côté parents, les avis ont divergé. Les extrémistes voulaient visser les femmes à la maison, avec ou sans voile. Les socialistes voulaient un salaire de mère au foyer, ce qui revient au même. Les autoritaires voulaient casser les télévisions. Les écologistes voulaient faire exploser les MacDonald et les usines à grignotis. Certains proposaient l'éducation sanitaire de masse, bonne idée, mais il fallait la télévision !!

J'étais perplexe. Avec mon machisme latin résiduel, je suis un défenseur de l'emploi des femmes, car je les trouve encore plus belles quand elles travaillent. Avec ma pédiatrie impénitente, je suis pour un minimum de six mois à un an de présence de la mère auprès du nouveau-né, pour le sein et pour la suavité. Avec ma faible culpabilité de père, j'ai encore de la place pour héberger une partie de celle de la mère. Avec mon moralisme médical, je suis vraiment opposé à la sédentarité sous toutes ses formes. Alors, il m'est venu une idée, de celles que l'on n'ose pas dire, simpliste, fruste, utopique.

Et si tout le monde allait à l'école et au boulot à pied, ça ferait un nombre considérable de mains pour aider les enfants à traverser les rues. Des rues sans voitures.

En tout cas, dire brutalement ce que la nutritionniste a dit au sujet des mères. Je n'aurais jamais osé.

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Spermatozoïdes sous le charme - Les catastrophes écologiques à venir emplissent nos médias : réchauffement climatique, [...]

La vieillesse tue - Dans son numéro de janvier 2014, The Lancet publiait cinq articles signés par des noms [...]

Un cœur artificiel pour un choix rationnel - Le premier patient au monde ayant reçu un cœur artificiel autonome, de technologie [...]

Des ménagères aux patients - Les radios de service public ont su épargner à leurs auditeurs les publicités pour [...]

Parler ou écouter - Il est impossible de lire un article sur la relation médecin/patient sans que le mot [...]

Haut de page