lucperino.com

Cystite aiguë de la femme

dernière mise à jour le 16/10/2014

I / Les mots et les faits

  • Cystite aiguë : C’est l’infection du bas appareil urinaire : urètre et vessie. Elle concerne la femme et elle est presque toujours bénigne.
  • Cystite aiguë bactérienne : c’est la plus fréquente, l’infection est due à des bactéries (E. Coli, staphylocoque, proteus, klebsiella, etc.) (Les cystites non bactériennes peuvent cacher d’autres maladies)
  • Pyélonéphrite : c’est l’infection du haut appareil urinaire : uretères et rein. Elle est heureusement plus rare. Elle peut concerner les nourrissons et elle peut être très grave. (Nous n’en parlons pas ici)
  • Dysurie : difficulté à uriner avec ou sans douleur.
  • Brûlures mictionnelles : brûlures en urinant.
  • Pollakiurie : envies fréquentes d’uriner
  • Méat urinaire : orifice externe de l’urètre ou orifice urinaire.
  • Cystite récidivante : lorsqu’il y a au moins trois cystites par an.
  • Environ 3% des femmes ont une cystite aiguë banale en cours. La moitié des femmes en ont au moins une dans leur vie.

II/ Combattre les idées reçues

  • Les antibiotiques ne sont pas indispensables dès les premiers symptômes. La guérison spontanée survient dans 50% des cas, mais elle est longue. Les antibiotiques accélèrent la guérison.
  • L’analyse d’urine au laboratoire est inutile dans la cystite aiguë non récidivante. (La présence de leucocytes et nitrites sur la bandelette suffit à affirmer le diagnostic)
  • La récidive n’est pas la règle. Seulement 20% des femmes qui ont eu une cystite aiguë simple feront une ou plusieurs récidives au cours de leur vie.

III/ Les idées-forces

  • Le diagnostic de cystite aiguë est simple : pollakiurie et dysurie durant depuis moins de 3 jours. S’il n’y a pas eu d’autre infection urinaire depuis 3 mois. S’il n’y a pas d’infection vaginale associée (pas de démangeaisons ni de pertes anormales). S’il n’y a pas de fièvre ni de signes d’atteinte de l’état général. S’il n’y a aucune douleur dans le ventre ni le dos. Si tous ces critères sont réunis, le diagnostic de cystite aiguë banale est certain et toute analyse est inutile.
  • L’analyse d’urines est nécessaire lorsque le test à la bandelette urinaire est négatif. Surtout en cas de cystite récidivante.
  • Si les symptômes durent depuis plus de 3 jours, un traitement antibiotique est préférable. Ce peut être un traitement très court de 1 à 3 jours.
  • Toute infection urinaire chez une femme enceinte, un enfant, un homme doit être considérée d’emblée comme plus problématique qu’une cystite aiguë. (L’infection chez les porteurs de sonde urinaire est un sujet complexe non traité ici.)

IV/ L’espace d’éducation et de progrès

  • Les femmes font des cystites, car leur urètre est beaucoup plus court que celui de l’homme. Les microbes peuvent donc migrer très rapidement dans la vessie surtout s’il y a une irritation au niveau du méat urinaire.
  • Le meilleur traitement est préventif : boire abondamment, uriner après les rapports sexuels, éviter les pantalons trop serrés, n’utiliser que du savon simple pour la toilette intime, ne pas faire de toilette intime plus d’une fois par jour lors de la douche.
  • Les symptômes qui imposent une consultation et une analyse urgentes sont : fièvre, frissons, nausées, vomissements, mal au ventre, mal au dos. Ce sont les symptômes d’une pyélonéphrite.
  • Le sang n’est pas forcément un signe de gravité.
  • Dans les cystites multi-récidivantes, certains médecins proposent une antibiothérapie préventive (un jour par semaine ou mois), mais cela est très controversé. Il ne faut alors pas utiliser la furadantine qui est dangereuse dans ce cas) (Il est préférable d’alterner les antibiotiques pour éviter les résistances)
  • Ce qui compte, ce n’est pas la présence de germes à l’analyse, mais la présence de symptômes. Plusieurs personnes âgées ont une « bactériurie asymptomatique », c'est-à-dire des microbes à l’analyse sans symptômes. S’il y a moins de 100 000 germes/ml, on ne doit pas les traiter.

V/ Radio trottoir des erreurs quotidiennes

  • Le médecin m’a fait un traitement d’un jour sans même faire une analyse. (Il a eu raison si c’est votre première cystite et s’il vous a vue dans les trois premiers jours.)
  • Le médecin ne m’a donné aucun traitement. (S’il vous connaît bien et si vous êtes capable de boire beaucoup, les symptômes peuvent en effet disparaître en quelques jours.)
  • Je fais ma toilette intime souvent et avec un savon spécial et j’ai pourtant très souvent des cystites. (C’est sans doute pour cela que vous avez souvent des cystites. La douche suffit pour la toilette de toutes les parties de votre corps.)
  • Je dois être « allergique » à mon copain, car je fais souvent des cystites après les rapports. (Il faut boire beaucoup, uriner et faire un lavage simple après les rapports et le désagrément disparait avec le temps.)
  • Ce doit être grave, car il y a du sang dans mes urines. (La présence de sang dans les urines ne fait pas partie des symptômes de gravité.)
  • On me dit que je n’ai pas d’infection urinaire, pourtant il y a des microbes dans mes urines. (Chez une femme enceinte ou une personne âgée, il y a souvent des microbes dans l’urine, généralement moins de 10 000/ml. S’il n’y a pas de symptôme de cystite ou d’autres symptômes, on ne tient pas compte de ces germes. On se contente de surveiller.)
  • Je suis sûre que je fais des infections urinaires sans arrêt. (Oui si l’on a trouvé de nombreuses bactéries dans vos urines, sinon il peut s’agir d’une cystite due à des causes plus graves nécessitant une consultation spécialisée.)

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Ouvrages de Luc Perino

Pour une médecine évolutionniste.
Une nouvelle vision de la santé
- Luc Perino ▪ Seuil 2017 Cet ouvrage fondateur élargit l’éventail de nos conceptions de la [...]

Les nouveaux paradoxes de la médecine - Le Pommier - 2012 Les profonds bouleversements de la médecine placent le médecin devant des [...]

À quoi sert vraiment un médecin ? - Armand Colin - 2011 La priorité du médecin est-elle de faire des diagnostics, de pratiquer des [...]

Une brève histoire du médicament - L'Oeil neuf - 2009 Jamais l’histoire des médicaments n’a été contée de façon aussi brève [...]

Darwin viendra-t-il ? - Le Pommier - 2008 Oxford, samedi 30 juin 1860 : quelques mois après sa publication retentissante, [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Mais qui donc est prescripticide ? - Les lanceurs d’alerte ou redresseurs de torts doivent avoir plus de rigueur scientifique et [...]

Hypertension des personnes âgées - Impudent qui oserait contester un traitement contre l’hypertension chez quelque patient, [...]

Le placebo n'est pas une insulte - Nous ne cessons jamais de redécouvrir la puissance de l’effet placebo ni de disserter [...]

Gènes et médicaments du tremblement - Quelques articles récents parlent de découverte de gènes du tremblement essentiel et [...]

Chasse aux arrêts maladie - Lisez, regardez et écoutez attentivement les médias, ils en savent beaucoup plus que vous sur [...]

Haut de page