lucperino.com

Toux de l'enfant

dernière mise à jour le 16/10/2014

I / Les mots et les faits

  • La toux est une expiration brusque et bruyante, réflexe ou volontaire, assurant l'expulsion de l'air contenu dans les poumons en réponse à une irritation. La toux est un symptôme et non une maladie. C’est un réflexe utile, voire vital.
  • La toux de l’enfant est un problème fréquent qui concerne 18% des consultations avant 4 ans et 11% des consultations avant 5 ans.
  • 10% des enfants de moins de 15 ans ont consommé un antitussif dans les quinze derniers jours.
  • 35% des enfants de moins de 6 ans dans le dernier mois.
  • Toux aiguë : d’une durée de quelques jours à trois semaines
  • Toux chronique : lorsqu’elle survient tous les jours et dure plus de quatre semaines.

II/ Combattre les idées reçues

  • Tousser pendant trois semaines est normal après une infection même si elle est complètement guérie. (20% des enfants guéris toussent encore au bout de 3 semaines)
  • La toux n’est pas dangereuse et rarement douloureuse, le principal ennui est l’insomnie qu’elle provoque parfois.
  • Aucun antitussif vendu en pharmacie n’a démontré une efficacité supérieure à de l’eau sucrée. Par contre, ils peuvent être dangereux. Ils sont tous contre-indiqués avant 30 mois.
  • Les expectorants, mucolytiques, mucofluidifiants et hélicidine ne servent à rien et sont contre-indiqués avant deux ans.

III/ Les idées-forces

  • La toux aiguë de l’enfant a des causes essentiellement virales : rhino-pharyngite banale, laryngite et bronchiolite (avant 1 an). Les antibiotiques sont inutiles.
  • La toux chronique de l’enfant a six grandes causes
    1. Asthme (60% des cas)
    2. Rhinorrhée postérieure (rhino/pharyngo/sinusite traînante) (15% des cas)
    3. Reflux gastro-oesophagien (10% des cas)
    4. Infection pulmonaire atypique (VRS, adénovirus, chlamydia, pneumocystis, mycoplasme, coqueluche, tuberculose) (8%)
    5. Tabagisme passif, gaz nocifs, aérosols ou moisissures (4%)
    6. Psychogène (3%) (La toux disparaît pendant la nuit)
  • Les causes plus rares sont la mucoviscidose et les anomalies congénitales exceptionnelles des bronches
  • Le diagnostic d’asthme est difficile chez l’enfant. Seulement 1/3 des enfants présentant des symptômes évocateurs resteront asthmatiques toute leur vie. Il ne faut donc pas traiter un « asthme » pendant de plus de 6 semaines si la toux a disparu. Les antitussifs sont tous contre-indiqués dans l’asthme.
  • Il ne faut pas s’inquiéter de la toux en elle-même. Il faut apprendre à reconnaître les signes de gravité qui peuvent l’accompagner :
    1. Fièvre persistante ou récidivante (Il n’y a pas de pneumonie sans fièvre)
    2. Tachypnée (respiration trop rapide) : on considère que la respiration est trop rapide si elle est supérieure à 50/mn avant 1 an, supérieure à 40/mn entre 1 an et 5 ans, et supérieure à 30/mn entre 5 et 15 ans
    3. Cyanose : lèvres et doigts violets.
    4. Signes thoraciques (difficulté respiratoire visible, mouvements anormaux)
    5. Quintes asphyxiantes (surtout avant un an)
    6. Modification ou disparition de la voix (surtout avant un an)

IV/ L’espace d’éducation et de progrès

  • Chez l’enfant de moins de 30 mois, tous les antitussifs sont contre-indiqués, que la toux soit productive (grasse) ou sèche.
  • Entre 30 mois et 6 ans, dans les toux sèches, les parents et les médecins utilisent souvent des antitussifs malgré leur efficacité comparable au placebo. Il faut alors éviter de les utiliser longtemps. On peut utiliser dextrométorphane, noscapine, pholcodine, diméthoxanate. Il ne faut jamais utiliser de codéine ni clobutinol ni pentoxyvérine.
  • N’hésitez donc pas à lire attentivement la composition du sirop conseillé par le pharmacien ou prescrit par le médecin !
  • En cas de vomissements qui peuvent parfois accompagner les toux très productives, il ne faut pas donner de metoclopramide (Primpéran®)
  • Les dérivés terpéniques (Camphre, Menthol, Eucalyptus) sont interdits, même en pommade.
  • Ne plus jamais donner d’antitussifs antihistaminiques (Calmixène®, Dimétane®, Fluisédal®, Rectoplexil®, Rhinatiol®, Théralène®, Paxéladine®, Pneumorel® etc.)
  • Evitez de donner plusieurs médicaments.
  • En cas de douleur à la toux, le paracétamol peut suffire.
  • Dégagez le nez de l’enfant avec du sérum physiologique et inclinez le lit,
  • Mesures importantes de prévention :
    • Ne pas fumer dans l’appartement où vit un enfant.
    • Ne pas oublier le vaccin contre la coqueluche.
    • Se laver les mains.
    • Eviter les aérosols, parfums, insecticides, purificateurs d’air.
    • Contrôler l’excès d’humidité et les moisissures.
    • Evitez les boissons gazeuses et au citron (parfois douloureuses).

V/ Radio trottoir des erreurs quotidiennes

  • Mon enfant a une bronchiolite, c’est grave et mon médecin n’a donné ni antitussif ni antibiotique. (Il a eu raison, la bronchiolite est virale, les antibiotiques sont donc inutiles. Tous les antitussifs sont contre-indiqués avant 30 mois.)
  • Il faut faire quelque-chose, car la toux empêche mon enfant de dormir. (Votre enfant dort quand-même suffisamment si sa toux ne lui fait pas trop mal. Un peu d’eau sucrée avec éventuellement un peu de thym ou un peu d’eau avec du miel auront un bon effet d’apaisement surtout si vous le rassurez en même temps)
  • J’ai acheté du sirop fluidifiant pour le début et un antitussif pour après. (Ni l’un ni l’autre ne servent à rien. Donner les deux ensemble est une absurdité.)
  • Mon enfant a une bronchiolite et on me dit qu’il va avoir de l’asthme. (Il n’y a pas de rapport entre les deux. Il est difficile de faire un diagnostic d’asthme DÉFINITIF avec une certitude absolue avant l’âge de 6 ans.)
  • Mon enfant n’arrête pas de tousser et les sirops ne font plus rien. (Les sirops ne servent à rien, il faut les arrêter et chercher la cause exacte de cette toux chronique.)

Écoutez les chroniques médicales

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Ouvrages de Luc Perino

Pour une médecine évolutionniste.
Une nouvelle vision de la santé
- Luc Perino ▪ Seuil 2017 Cet ouvrage fondateur élargit l’éventail de nos conceptions de la [...]

Les nouveaux paradoxes de la médecine - Le Pommier - 2012 Les profonds bouleversements de la médecine placent le médecin devant des [...]

À quoi sert vraiment un médecin ? - Armand Colin - 2011 La priorité du médecin est-elle de faire des diagnostics, de pratiquer des [...]

Une brève histoire du médicament - L'Oeil neuf - 2009 Jamais l’histoire des médicaments n’a été contée de façon aussi brève [...]

Darwin viendra-t-il ? - Le Pommier - 2008 Oxford, samedi 30 juin 1860 : quelques mois après sa publication retentissante, [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Méningite versus rhume - Les méningites bactériennes sont dues principalement à trois germes (haemophilus, [...]

Quelles générations futures ? - Le problème des « générations futures » accompagne les débats médiatiques autour [...]

Rencontre insolite - Au cours d’une promenade d’été, j’ai fait la rencontre la plus singulière de ma carrière. [...]

L'erreur n'est pas toujours le médicament - Le Thalidomide® et le Distilbène® font partie de ces gros scandales de l’histoire de [...]

Diabète de type 2 : on continue sans rien changer - Parmi cent identiques, je choisis au hasard un article, récemment inséré dans mon [...]

Dossier de presse

Le film - "La Consultation" réussit le pari de n’être ni voyeuriste, ni démoralisant: le film prend le pouls de la vie et de ses accidents, petits et grands.
― AFP

Carnets de santé - En une succession de petits tableaux dressés avec humour, Luc Perino, met en scène nos fantasmes et nos misères quotidiennes. Cette vingtaine de sketches sont autant d'alibis pour disserter sur [...]
― Pour la Science

Le film - Très pragmatique, le Dr Perino reconnaît ses limites dans des cas qui ont davantage trait à l’évolution de la société actuelle qu’à la médecine. Ce portrait de société par le petit bout [...]
― Le Matin (Suisse)

Le film - Hélène de Crécy trouve la juste distance avec les patients comme avec le praticien, le Dr Luc Perino. Son expérience médicale, qui lui a inspiré plusieurs ouvrages, et sa profonde humanité [...]
― Le Figaroscope

Le film - La documentariste a obtenu de pouvoir placer la caméra dans le fond du cabinet de Luc Perino, avec l’accord de tous les patients filmés, qui l’ont confirmé après s’être vus à l’écran, [...]
― Les Echos

Haut de page