lucperino.com

Livres pour les cliniciens curieux

La chirurgie de l'âme

Marc Lévêque et Sandrine Cabut ▪ JC Lattès 2017

Plus de la moitié du livre est consacrée à l’histoire tourmentée de la psychochirurgie. Histoire passionnante qui recèle tout ce que la médecine a connu de pire : de l’empirisme au maquillage des preuves, du mépris des patients à la barbarie chirurgicale, des ambitions personnelles aux dérives politiques.
À la lecture de ces pages très documentées, on se dit que les auteurs ont bien du courage d’aborder cette discipline maudite. On devine d’emblée leur souci éthique, preuve qu’ils ont bien compris la difficulté de la tâche !
Le lecteur commence à respirer lorsqu’il découvre les avancées thérapeutiques de la stimulation cérébrale profonde dans la maladie de Parkinson. Ce progrès incontestable sert de point d’ancrage pour aborder la suite avec un peu plus d’optimisme. Suite qui consiste à faire le point des publications les plus « recevables » sur les diverses méthodes de stimulation et inhibitions électriques en intra ou extra crânien dans toutes les indications (agressivité, psychoses, anorexie, addictions, TOC, dépressions, tics, Alzheimer, etc.) Les auteurs insistent sur les multiples dérives, dont on est soulagé d’apprendre qu’elles ne concernent pas notre pays. Cependant, le lecteur constate (comme les auteurs) que la plupart de ces publications portent sur des séries très limitées de patients (parfois quelques dizaines) et que les méthodes d’évaluation sont parfois bien fantaisistes.
Mais le but est de lever l’enthousiasme. Et malgré la certitude acquise que ces nouvelles technologies sont peu traumatisantes, réversibles et éthiquement très encadrées, le lecteur clinicien n’arrive pas à dissiper l’ambiguïté qui se dégage entre l’extrême précision des cibles cérébrales et des gestes techniques et l’imprécision des diagnostics et des indications dans le domaine psychiatrique.
Une vraie note d’optimisme (très personnelle) : le projet de « stimulation en boucle fermée » pour déceler et prévenir les crises d’épilepsie. Mais l’épilepsie est une maladie neurologique quasi mono-factorielle qui n’a rien de comparable aux pathologies psychiatriques imprécises et plurifactorielles.
Saluons ce premier ouvrage de synthèse et de vulgarisation sur ce sujet très délicat.

Pour une médecine évolutionniste.
Une nouvelle vision de la santé

Luc Perino ▪ Seuil 2017

Cet ouvrage fondateur élargit l’éventail de nos conceptions de la santé et des maladies.
Voici à peine vingt ans que les biologistes de l’évolution et les médecins ont tenté un timide rapprochement. Aujourd’hui, qu’il s’agisse des troubles digestifs, articulaires, psychiques, des maladies infectieuses ou du cancer, de la physiologie du sexe et de la reproduction, il n’est guère de domaine médical qui ne prenne à la lumière de l’évolution des aspects novateurs, voire révolutionnaires.

Introduire la théorie de l’évolution en médecine clinique, c’est faire le lien entre l’Histoire de la vie et les histoires personnelles, entre les facteurs individuels et les facteurs environnementaux. Cette interdisciplinarité est en passe d’avoir des répercussions considérables sur la pensée médicale, les politiques sanitaires et la thérapeutique. Une telle approche éclaire, exemples parmi d’autres, les risques de nouvelles épidémies, les débats sur la vaccination, la progression de l’obésité, l’impact des nouvelles pratiques d’accouchement, etc.

Fondé sur les travaux de recherche les plus récents, ce livre est le premier à offrir un large panorama des perspectives ainsi ouvertes. Il devrait avoir un effet marquant sur la culture médicale commune. Au-delà du corps médical et des professionnels de santé, évidemment concernés au premier chef, chacun, soucieux de sa santé, y trouvera de quoi transformer sa vision.

La santé à deux vitesses

Nicolas Tanti-Hardouin ▪ Libre et solidaire 2017

L'auteur aborde les relations parfois inattendues entre les indicateurs de santé publique et les indicateurs économique (croissance, chômage). Il apparaît, de façon paradoxale, qu'-au cours du XX° siècle, il y a eu une corrélation inverse entre ces indicateurs. La santé s'est améliorée en période de crise économique ou de récession et s'est dégradée en période de reprise et de croissance. La seule exception à cette règle est le taux de suicide qui augmente toujours en période de crise économique.

Dans les crises plus récentes (2008, crise grecque, etc.), la politique mise en place a un rôle important qui vient moduler dectte corrélation inverse. Une politique d'austérité dégrade les indicateurs économiques, alors que les politiques de relance sont bénéfiques.

De nos jours, l'apparition de "nouveaux précaires" va peut-être changer un peu la donne. En effet le phénomène de renonciation aux soins est nouveau en Occident et pourrait avoir des conséquences négatives sur une partie de la population. Mais pour l'instant, il n'est pas encore possibe de l'affirrmer.

Le Secret médical. Vie et mort

Anne Lécu ▪ Cerf 2016

Une femme, religieuse et médecin, travaillant en milieu carcéral, qui parle du secret médical. Voilà de quoi interpeller les cliniciens.

Reprenant l'histoire du secret médical depuis Hippocrate, l'auteur fait une analyse poussée de ce "contrat" entre le médecin et son patient, afin de mettre les corps à l'abri du pouvoir et des marchands. Tous les codes de déontologie et les lois souveraines ont tenté de graver ce secret dans le marbre et tous les pouvoirs n'ont eu de cesse de l'infiltrer.

À l'heure de l'ADN, des réseaux sociaux, du principe de précaution, de la traçabilité et de la judiciarisation du soin, le secret médical est devenu un mythe qui se nourrit de sa propre déliquescence. Pourtant, par ses diverses approches, théologique, historique, juridique, sociétale et plus simplement clinique, l'auteur nous conduit amène brillamment à une intime conviction : la protection de ce secret est devenu un enjeu de survie peut-être plus important pour la médecine que pour ses patients.

La lecture de ce livre est indispensable pour les cliniciens qui se revendiquent d'une médecine vraiment globale où le patient est la seule finalité.

Mémoire et oubli

Francis Eustache et al. ▪ Le Pommier 2014

Ce livre de vulgarisation d'un assez haut niveau s'adresse aux cliniciens curieux qui veulent en savoir un peu plus sur la neurophysiologie de la mémoire.
Il dépasse largement le cadre clinique usuel des déficits mnésiques, et son grand intérêt est l'interdisciplinarité puisque les auteurs sont neurophysiologistes, philosophe, historien, et spécialiste d'intelligence artificielle.
Le rôle important du sommeil dans la consolidation des souvenirs y est bien expliqué et encouragera le clinicien à éviter les somnifères pour ses patients...
Le chapitre sur l'intellience artificielle nous confortera dans l'idée qu'un bon clinicien est définitivement irremplaçable.
La principale problématique repose sur la nécessité de l'oubli dans la construction de la mémoire épisodique et sémantique. Il est important d'inhiber des souvenirs pour mieux construire le passé et mieux se projeter dans l'avenir, car la "mémoire du futur" se situe dans les même régions cérébrales que la mémoire du passé.
Passionnant, instructif et relativement facile à lire.

Le jeu du hasard et de la complexité
La nouvelle science de l'immunologie

Philippe Kourilsky ▪ Odile Jacob, 2014

Le jeu du hasard et de la complexitéVulgariser l'immunologie est quasi impossible, tant cette science est complexe et en mouvement permanent. L'auteur s'y emploie avec brio et d'une manière originale.

Une première partie, raconte l'histoire évolutionniste de l'immunité, avec maîtrise et une certaine simplicité qui plaira aux évolutionnistes comme au profane.
Une seconde partie, plutôt épistémologique définit la modularité, la distribution et la robustesse d'un système biologique complexe. Cette vision d'en haut, est d'une grande élégance, et peut aider le profane à aborder le sujet avec moins d'inquiétude.
Une autre partie rappelle les principales fonctions du système immunitaire, avec une description précise des acteurs cellulaires et protéiques et une tentative de dégager les modules d'action et leurs liens principaux. Cette partie permet de rentrer dans le vif du sujet. D'un abord difficile pour les profanes, elle devrait ravir tous les médecins.
Ensuite, tous ces thèmes sont repris de diverses façons, avec les découvertes les plus récentes et en tentant de faire le lien avec nos préoccupations médicales actuelles.

Un ouvrage majeur et novateur pour les cliniciens et pour les grands curieux, à lire et à relire calmement, et à laisser en libre accès sur l'étagère...

La déshumanisation civilisée

Marc Grassin et Frédéric Pochard ▪ Cerf 2012

On sort de ce livre abasourdi, essoufflé, courbatu. Les auteurs ont eu l’ambition de vouloir embrasser toute l’anthropologie et toute la sociologie. La lecture est exigeante, mais chaque phrase est une citation pertinente. Il y en a presque trop !
Le message principal est celui des compromissions de l’éthique avec la dureté et la violence du monde libéral. L’humain se rabat sur des substituts normatifs (moraux, juridiques, réglementaires) qui ont le goût et l’odeur de l’éthique sans en avoir la texture.
Ils appellent à une éthique imprudente, car l’imprudence est une vertu clinique. Ils regrettent vivement le fait que le droit soit devenu synonyme d’éthique pour de nombreuses personnes..
On trouve aussi d’excellents passages d’une critique équilibrée du libéralisme économique de droite et du libéralisme moral de gauche. Ou encore une juste observation de la médicalisation des problèmes sociaux qui aboutit à ce que les auteurs appellent la double contrainte de l’homme libéral : éradiquer la souffrance et supporter l’impossibilité anthropologique d’un tel projet.
Rien ne manque, on a aimé, même si l’abondance nous a parfois écrasé. Didier Sicard qui en a rédigé la préface avoue aussi avoir été abasourdi...
A lire et relire.

La naissance et l'évolution d'homo sapiens

Michel Odent ▪ Myriadis, 2014

La naissance et l'évolution d'homo sapiensCe livre est un ouvrage de référence sur la santé primale et la périnatalité.
Ecrit par un obstétricien chevronné à l'esprit ouvert et curieux, il devrait être lu par tous les néonatologues et obstétriciens. Toutes les questions relatives aux pratiques de l'accouchement depuis des millénaires sont posées.
Notre époque moderne n'est pas forcément la pire, car elle a déjà corrigé plusieurs de ces erreurs. Hélas, il manque encore de nombreux études sérieuses sur l'utilisation de l'ocytocine synthétique et sur les effets d'un contact immédiat entre la mère et l'enfant.
Les relations entre césariennes, maladies auto-immunes et obésité sont bien documentées.
L'auteur, scientifique rigoureux, s'étonne toujours du manque de recherches cliniques en obstétrique et de la vision à très court-terme de l'obstétrique moderne.
La base de données épidémiologique sur la santé primale qu'il présente ici est désormais utilisée par les biologistes et médecins-chercheurs du monde entier dans le domaine de la périnatalité.
Certaines extensions sur l'émotion et l'empathie sont un peu plus osées et moins documentées, mais on pardonne volontiers à l'auteur en raison du remarquable travail scientifique qu'il a produit dans son domaine.

Faut-il supprimer les hôpitaux ?

Laurent Vercoustre ▪ L'Harmattan, 2013

Faut-il supprimer les hôpitaux ?De réformes en réformes, la crise de l’hôpital public ne cesse de s'aggraver.

L'auteur, respectueux des valeurs dont l'Hôpital est dépositaire, n'établit pas ici un réquisitoire à charge. Il manifeste au contraire sa volonté d'empêcher le naufage de ce lieu privilégié d’accueil de la souffrance, ce haut lieu de mise à disposition des techniques médicales à tous les citoyens sans discrimination.

Si le titre évoque, de façon sacrilège, la suppression de l’Hôpital, c'est pour mieux alerter. L'auteur utilise, de façon subtile, l'oeuvre de Michel Foucault, pour resituer l'Hôpital au coeur de l'Histoire. Les réflexions du siècle des Lumières ont abouti à transformer les Hôpitaux en machines à guérir, succédant à ces lieux d'enfermement et d'insalubrité qu'ils étaient auparavant.

Pour bien réformer l'Hôpital, il faut l'adapter au nouveau statut épidémiologique de nos sociétés.

Les nouveaux paradoxes de la médecine

Luc Perino ▪ Le Pommier, 2012

Les nouveaux paradoxes de la médecine Les profonds bouleversements de la médecine placent le médecin devant des difficultés sans précédent : il est souvent contraint de choisir entre l'intérêt de son patient et les recommandations officielles.
La domination de la pensée médicale par le marché perturbe les relations cliniques entre patients et praticiens.
Sans en avoir une réelle conscience, médecins et patients souffrent ensemble de devenir les jouets d'un pouvoir sanitaire protéiforme et mal identifié.

Pour reprendre pied et recentrer la pratique médicale sur plus de réalisme et d'objectivité, ce livre audacieux éclaire les articulations complexes entre la médecine et la société, entre la science et le rêve, entre la santé publique et la démagogie, entre la statistique et la manipulation.
Il le fait avec un regard nouveau et original en abordant des paradoxes sanitaires encore très mal analysés.

Loin de bâtir un réquisitoire contre la médecine, Luc Perino rédige ici un véritable hymne à la science clinique.

La santé face au principe de précaution

Collectif sous la direction de Dominique Lecourt ▪ PUF, 2009

La santé face au principe de précautionLe principe de précaution a transformé les politiques de santé publique et modifié la gestion et la prévention des risques. En dehors des problèmes juridiques et éthiques qu'il soulève, ce principe interpelle tous les cliniciens qui y sont le plus souvent hostiles. Il faut y voir une occasion de réfléchir plus à fond nos politiques de santé publique très mal évaluées en France. Le meilleur est l'opportunité d'une surveillance sanitaire accrue. Le pire est la mise en avant de risques individuels minimes et coûteux au détriment d'une vue populationnelle de la santé.

Le principe de prévention

Patrick Peretti-Watel et Jean-Paul Moatti ▪ Seuil, 2009

Le principe de prévention La prévention sanitaire, en devenant une technologie du risque et une philosophie sociale, aujourd’hui hégémoniques, a oublié qu’elle avait des responsabilités morales et qu’elle s’adressait, non à des malades, mais à des citoyens libres poursuivant des objectifs propres.
Le culte de la santé est une utopie orgueilleuse et techniciste qui prétend transformer tous les citoyens en "homo medicus".
L’épidémiologie multiplie les facteurs de risque sans comprendre les conduites qu’elle prétend prévenir.
Les auteurs ne condamnent pourtant pas la prévention qui est indispensable, et ils suggèrent aux "préventeurs" d’assumer les dimensions morales et éthiques de leur tâche ainsi que les interactions avec les acteurs sociaux.

Les maladies mentales

Collectif du centre Georges Canguilhem sous la direction de Jean-Noël Missa ▪ PUF, 2008

Les maladies mentalesL'intérêt majeur de cet ouvrage est de réunir des chercheurs d'horizons très divers : philosophes, cliniciens, historiens, sociologues, psychologues. Leur but est de faire émerger des débats enrichissants sur l'évolution de la discipline psychiatrique et de sa place dans la médecine et dans la société.

Une fabuleuse machine

Christine Durif-Bruckert ▪ L'oeil neuf / Jean-Claude Béhar, 2008

Une fabuleuse machineLe sous-titre "Anthropologie des savoirs ordinaires sur les fonctions physiologiques." nous indique qu'il s'agit à la fois d'anthropologie et d'histoire de la médecine. L'auteur y dresse un panorama des images du corps et de la santé à travers les âges et les groupes sociaux.
Elle le fait à partir d'enquêtes sur le terrain auprès des patients. Il n'y a aucune prétention à porter un message fort, pourtant les cliniciens peuvent apprendre beaucoup à sa lecture. Ce parcours dans le dédale des relations au corps et à la maladie aide à mieux comprendre comment la médecine est si facilement manipulable et manipulante

La gouvernance des innovations médicales

Collectif sous la direction de Virginie Tournay ▪ PUF, 2007

La gouvernance des innovations médicalesOuvrage exigeant de sociologie qui explique comment les innovations médicales ne sont pas seulement des progrès techniques, mais des transformations radicales de nos sociétés contemporaines.
Comment les domaines de recherches se font et se défont le plus souvent pour des raisons qui ne correspondent pas à des réalités sanitaires.

Humeurs médicales

Luc Perino ▪ Le Félin, 2006

Humeurs médicalesDes chroniques décapantes et cyniques pour dénoncer les travers des patients et de leurs médecins, les errements de nos ministères et universités de santé et la suprématie du marché dans la pensée médicale.
Accrochez-vous bien et relisez plusieurs fois, car il y a plusieurs degrés à franchir dans l’humour et la dérision.
à ne pas mettre entre toutes les mains !

L'erreur médicale

Collectif du centre Georges Canguilhem ▪ PUF, 2006

L'erreur médicaleDébat autour d’une préoccupation majeure de la pensée médicale, mais aussi sociétale et juridique, face à une médecine de plus en plus performante avec des risques croissants qu’il convient de maîtriser.
L’intérêt de cet ouvrage réside dans la diversité des avis en provenance de médecins, philosophes, assureurs, juristes et patients.
Pour lecteurs exigeants.

La médecine et les sciences

Jean-Paul Gaudillière ▪ La Découverte, 2006

La médecine et les sciencesLes savoirs de la maladie sont souvent controversés, souvent déterminés par le jeu des normes, des intérêts et des pouvoirs. Leurs effets sont complexes et pas toujours bénéfiques.
L’auteur aborde de façon pertinente les rapports tumultueux entre la médecine clinique, la médecine sociale et la médecine expérimentale au cours des deux derniers siècles.

Dictionnaire de la pensée médicale

Collectif sous la direction de Dominique Lecourt ▪ PUF, 2004

Dictionnaire de la pensée médicaleOuvrage de référence pour ouvrir les portes de la médecine sur le monde de la pensée.
Plus de deux-cents auteurs de toutes disciplines ont essayé d'analyser les pratiques et institutions de la médecine avec un regard sociologique, historique et anthropologique. Ce livre est à consulter chaque fois que l'on désire ajouter quelque objectivité aux grands thèmes souvent dévoyés de la santé et du soin.

Ecrits sur la médecine

Georges Canguilhem ▪ Seuil, 2002

Ecrits sur la médecineRecueil de cinq textes moins connus de ce grand philosophe de la médecine.
Pourtant on y retrouve toute la pertinence de sa critique de la raison médicale sous une forme plus épurée que dans son ouvrage majeur : Le normal et le pathologique.
Toujours les bonnes questions sur les relations nature-médecin, médecin-malade, maladie-malade avec la subtile alerte sur les menaces de leur dissociation.
La médecine scientifique a des silences mensongers et des métaphores trompeuses.

Biologie des passions

Jean-Didier Vincent ▪ Seuil, 1986

Biologie des passionsLes émotions, l'amour, la colère, la peur, la joie, ont aussi un support biologique.
L'auteur, neurophysiologiste largement impliqué dans la vulgarisation, nous le prouve avec humour.
Les effecteurs de ces sentiments et affects sont des molécules chimiques connues sous le nom de neuro-médiateurs. Ils sont notre "âme" !

Anthropologie de la maladie

François Laplantine ▪ Payot, 1986

Anthropologie de la maladieCe livre est novateur par le fond et la forme. L’anthropologie de la maladie est une science très récente, surtout en France.
Suite à un travail de recherche minutieux, l’auteur nous donne les différentes représentations de la maladie selon les cultures et dans diverses oeuvres littéraires ou artistiques.
Un travail indispensable et qui doit être poursuivi.

Némésis médicale

Ivan Illich ▪ Seuil, 1975

Némésis médicaleOuvrage de référence sur la sociologie de la médecine.
Illich montre comment au delà d’un certain seuil critique, les grandes institutions deviennent elles-mêmes les obstacles à la réalisation des objectifs qu’elles visent. Un bel essai magistral écrit en 1975 toujours d’actualité sur la iatrogénèse et les coûts de plus en plus faramineux de la santé pour un bénéfice de plus en plus réduit.

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

La phrase biomédicale aléatoire

La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n'est en bonne santé.
― Aldous Huxley

Haut de page