lucperino.com

Forum médical

Pour des questions médicales personnelles, veuillez plutôt contacter Luc Perino en donnant des précisions.

réponse à bjr

Posté le 15/08/2015 par Luc Perino

Pour les questions médicales personnelles, n'utilisez pas le forum, contactez-moi par mail direct

Diarrhée aiguë de l'adulte

Posté le 16/02/2015 par nelly

je prends du metformine pour mon diabète type 2 J'ai subi une isterectomie puis quelques mois plus tard j'ai eu une trithérapie pour une hépatite c. Depuis mon opération j'ai des problèmes de diarrhée très liquide mais plus ou moins une fois par jour. Que faire?
Merci pour la réponse

Il faut instituer le crime anthropologique

Posté le 08/01/2015 par Luc Thomas

Bonjour Luc
D’accord avec ce point de vue sur les chefs d’états mais pour quoi ne pas non plus poser la question du financement de ces actes terroristes qui viennent notoirement du « pays ami » le Qatar (entre autres) ?
Pourquoi ne pas remettre en question la présence déjà souvent criante, et même injurieuse au regard du niveau de vie des français moyens, de la communication de ce pays au sein du notre ?
Je ne place pas sur le terrain confessionnel qui ne m’intéresse pas, je suis à titre personnel (mais cela reste personnel car je suis attaché à la laïcité du service public auquel j’appartiens), un anticlérical convaincu et multicarte, et je n’approuve pas le mélange des genres (pas plus d’Imam à l’ONU comme vous le proposez, que de Pape à Strasbourg ou de Dalaï Lama à Genève !)
Le terrain financier me semble plus adapté tant le développement du capitalisme sauvage rend notre société injuste, Il est déjà difficile de supporter celui que nous avons-nous même produit (Total, LVMH, Loreal …), pourquoi accepter qu’il nous soit imposé par ces puissances qui subventionnent aussi bien les gros mollets du PSG que les kalachnikovs des jeunes des cités en errance du fait des inégalités qu’ils ont contribué à créer ?
Meilleurs amitiés d’un autre Luc (bien triste lecteur assidu de Bernard Maris, entre autres)

Les médecins pourront signer d'une croix

Posté le 05/11/2014 par Gérard

Je suis insomniaque
Je trouve ce que vous écrivez génial. J'adore les paradoxes. Je me demande toujours comment ceci est possible. Vous le faites mieux que quiconque. Merci

phimosis et "méthode hydraulique"

Posté le 18/07/2014 par André Dizien (MedGé)

Une méthode douce que le MG peut conseiller (et que le papa peut apprendre à son fils) : jouer à faire un petit ballon (en douceur) avec son prépuce à chaque miction. Bien décrit là :

http://forum.doctissimo.fr/doctissimo/Prepuce-et-phimosis/decallote-sujet_3049_1.htm

Anémie ferriprive

Posté le 01/04/2014 par N.Malaviole sf 33770

Bonjour, je suis sage-femme et je viens de refuser de donner du fer à une femme enceinte car Hb = 13.4g/dL or ferritine = 7.9 ng/mL. Est-ce que j'ai eu raison? D'après votre article il me semble que oui...

Merci d'avance pour votre réponse.
N.Malaviole Salles 33770

Restons obèses et pragmatiques

Posté le 24/03/2014 par G Lacraz

Bonjour Dr Perino,
Voici un article à jour sur le sujet.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24641701
Les conclusions présentées nuancent un peu votre propos.

Et bien heureusement, il reste encore de nombreux chercheurs biomédicaux et physiologistes qui veulent comprendre la pathologie (étape nécessaire à la compréhension des facteurs situés en "amont") et, j'ose l'espérer, ne pas seulement profiter du marché que représente l'obésité.

Cordialement

Paradoxe avortement / euthanasie

Posté le 10/02/2014 par Georges Lentier

Encore une fois, votre synthèse est limpide. Je vous trouve cependant bien discret sur les raisons "inavouables". Il faudrait parler plus franchement de commerce et de démagogie.
J'assume!

Lâche-moi la thyroïde

Posté le 27/02/2016 par Etienne ROBIN, néphrologue

Il serait très utile de réhabiliter, en médecine, l'abstention thérapeutique (couplée à une bonne tenue des dossiers, une certaine surveillance du "malade", et beaucoup d'explications).
Ce serait bénéfique pour la population (moins d'incidents iatro-induits), pour les médecins (exercice plus gratifiant car plus pertinent), et pour les dépenses de santé.
On peut rêver d'un diplôme interuniversitaire sur l'abstention thérapeutique. Cela générerait des recherches qui donneraient des arguments aux médecins qui pressentent qu'ils sont nuisibles en en faisant trop. Quasiment tous les jours...

Drogues du terrorisme

Posté le 15/11/2015 par Christian

Merci, vous avez tout à fait raison de soulever ce point, qui doit s'appliquer aux narcos mexicains , eux aussi coupables d'actes barbares.
Très cordialement

Les médecins pourront signer d'une croix

Posté le 05/11/2014 par S.P.

Très bon !

Exercice mathématique et mercatique autour de l’Al

Posté le 05/08/2014 par Dr Bernard Delattre

Mon cher confrère,
C'est toujours avec plaisir que je lis vos humeurs,c'est si rare de voir s'exprimer le bon sens!!!Encore une fois je vous remercie de savoir communiquer si bien des idées auxquelles j'adhère pleinement mais que vous formulez avec humour et élégance.
Encore merci.

réponse à tsésté

Posté le 03/07/2014 par Luc Perino

Il faut d'abord savoir ce qu'est un phimosis très serré avant l'âge de deux ans.
Il faut évidemment attendre.
Si des manipulations très douces lors des lavages après l'âge de deux ans ne permettent pas d'apercevoir un bout du gland, on peut alors parler de phimosis très serré.
La chirurgie peut alors encore attendre un peu...

Réponse à Renata Novakova

Posté le 30/05/2014 par Luc Perino

Non, la paracentèse n'a pas diminué à cause du manque d'ORL aux urgences, mais simplement parce que les indications sont devenues exceptionnelles.
Enfin, il y a peu de références sur la relation entre paracentèse et OSM. (Les OMA ne sont pas une cause très importante d'OSM !?)
Cordialement

réponse à Stéphane Duee

Posté le 08/03/2014 par Luc Perino

Bonsoir,

Il y avait certainement beaucoup d’humanisme et très peu de lucre dans cette belle page d’histoire de la médecine.

C’est pourquoi j’ai bien pris la peine de préciser que je ne critique ni la recherche, ni le progrès, ni le commerce, ni la prise de risque.

Je regrette simplement que nos marchands se servent de la solidarité nationale pour financer leurs investissements et que nos politiciens confondent trop souvent marché sanitaire et progrès sanitaire.

Cordialement

Réponse à Laurent Vercoustre

Posté le 08/03/2014 par Luc Perino

Vous avez bien raison de dire que c’est le marché qui permet d’assurer la solidarité.
C’est pourquoi j’ai pris le temps d’une chronique pour alerter sur la dérive qui consiste à financer les investissements du marché avec l’argent de la solidarité.
Ce qui est exactement l’inverse de ce que vous défendez avec justesse.

Cordialement

dépistage cancer du sein

Posté le 03/02/2014 par Rafael

Le swiss medical board vient de publier son analyse sur le risque/bénéfice du dépistage de masse du cancer du sein. Bien qu'il s'agisse d'un organe indépendant de l'administration, les recommandations ne manqueront pas de provoquer quelque remue-ménage au sein de la gente médicale. Bonne lecture
http://www.medical-board.ch/fileadmin/docs/public/mb/Fachberichte/2013-12-15_Rapport_Mammographie_Final_Abrege_rev.pdf

Ostéoporose

Posté le 11/11/2015 par Rafael

La fiche d'éducation sanitaire ( destinée aux patients ) sur l'ostéoporose est si excellemment documentée et complète qu'elle en éduque le médecin ( que je suis ). Poursuivez donc mon instruction sur les grands maux chroniques de la société ( trouble dépressif, dyspepsie ) et leurs véritables indications à être traités.
Merci pour vos textes

Lyme

Posté le 16/02/2015 par martine bronner

Un grand merci pour cette mise au point

Histoire simple des médicaments anti-obésité

Posté le 24/12/2014 par Claude Béraud

COMME TOUJOURS UN EXCELLENT ARTICLE
J'envie votre facilité d'écriture.
Bon Noël et bonne année
Très cordialement

Les médecins pourront signer d'une croix

Posté le 05/11/2014 par Dr A.M. G

Introduire un peu d'humour ds notre profession est la meilleure manière de la servir ( comme pour toute autre cause d'ailleurs) félicitations donc! Même si c'est effectivement navrant d'être obligé de le faire
Mais , c'est pas un canular cette initiative de nos amis anglais?????
A la prochaine
Signe : un (e) croulant(e) de confrère qui , comme vous, n'est pas pressée de se pré diagnostiquer un insidieux gâtisme

Rencontre insolite

Posté le 10/09/2014 par Jean Pierre Bonhomme

Notre bon docteur est le vrai défenseur des "sans dents". Votez PERINO! (LOL, j'insiste)

Méfions-nous de la probité !

Posté le 12/06/2014 par Christian Debard ( osteopathe)

Bonsoir,la "communication" encore et toujours a tout les niveaux.Les grandes et vraies compassions sont elles muetttes ?est ce qu'elles peuvent ce vendrent ?Une solution : rester debout comme des hommes dans le vent des interets !!

Hypertension des personnes âgées

Posté le 23/04/2014 par Raymond, un patient insoumis

Mon cardiologue a refusé de me supprimer le traitement contre l'hypertension, alors que ma tension était très basse. J'avais des vertiges, et je manquais tomber. C'est mon généraliste qui a pris la décision de tout supprimer. Maintenant je vais très bien.
que va-t-il se passer entre eux maintenant ? Ce n'est pas mon problème !

Réponse à A. Vital-Durand

Posté le 22/02/2014 par Luc Perino

Merci pour cette réflexion avec laquelle, je suis globalement d'accord.
Lorsque cette nutritionniste avait fait cette remarque, j'avais d'abord été choqué, puis j'avais trouvé logique et intéressant au poitn d'en écrire une "humeur" un peu provocatrice.
Je crois que vous avez raison, les choses sont bien plus complexes. Les enfants laissés à eux-même aujourd'hui ont bien plus de risques d'être happés par les écrans et le grignotage.
Ce risque existait moins auparavant, même lorsque les mères travaillaient beaucoup.
Je suis ravi d'avoir des lecteurs fidèles qui font des remarques de cette pertinence.
Merci encore et cordialités.

Paradoxe avortement / euthanasie

Posté le 01/02/2014 par Jean-Pierre Bernajuzan


Je situe les problèmes actuels, de toutes natures, dans le processus d'hominisation comme vous dites, et ce processus s'effectue de l'origine grégaire humaine, et même avant, animale... vers une individualisation toujours croissante.

À l'origine, c'était le groupe (social) qui permettait la survie d'abord, et la vie des individus qui le composait : l'intérêt général (du groupe donc) commandait qu'on sacrifiât les individus à la survie du groupe si cela était nécessaire.
Je résume : l'intérêt essentiel était la défense du groupe dont dépendait l'intérêt et la sécurité des individus.
Pour ce faire, la xénophobie était le sentiment qui protégeait le groupe contre l'extérieur (groupes et individus) : elle était donc un sentiment positif.
En interne, la maîtrise de la violence s'est faite par le système sacrificiel, qui fonctionnait par la persécution. La persécution était donc un sentiment positif.
Ce système a fonctionné pendant des dizaines et même des centaines de milliers d'années, puisque l'hominisation a commencé il y a environ 3 ou 4 millions d'années, et nous étions humains bien avant d'être homo-sapiens (200 000 ans).
Dans ce système, la défense du groupe prévalait, et le sacrifice des individus faisait partie de cette défense.

Mais les sociétés se développant, elles ont besoin de développer les individus qui les composent : en conséquence la défense de l'intérêt et le développement des individus est devenu fondamental pour la défense et le développement des sociétés.
C'est un renversement : du sacrifice ancestral des individus on est passé à leur défense absolue, mais toujours dans l'intérêt général ; intérêt général qui s'exprimait d'abord par la primauté du groupe sur l'individu, puis aujourd'hui par la primauté de l'individu sur le groupe.
Dans les sociétés ancestrales on pouvait éliminer, tuer, les enfants ou les vieillards selon l'intérêt du groupe à ce moment-là : c'était perçu comme légitime, donc moral.
Plus la défense des individus se développe, et plus leur sacrifice devient illégitime, donc immoral.

Plus les sociétés se développent, plus leurs individus doivent se développer, et pour ce faire doivent en avoir les moyens, doivent donc avoir la ressource de leur décision libre pour pouvoir assurer leur avenir au mieux de leur intérêt afin de le maîtriser...
Ainsi donc, l'intérêt général des sociétés repose de plus en plus sur le développement de la liberté de décision des individus :
- Par exemple, la femme doit pouvoir choisir d'avoir d'avoir un enfant, ou pas, car c'est l'intérêt général de la société qu'elle puisse choisir. La moralité ou l'immoralité de l'avortement ne sont que secondaires à cet intérêt général, et produites par l'évolution de cet intérêt général.
- L'euthanasie et le suicide assisté s'inscrivent aussi dans l'individualisation, et la faculté de choisir librement de mettre fin à sa vie, car la liberté de choix individuelle est le fondement de l'intérêt général actuel, et celui du développement de la société.

Les sociétés évoluent, et il ne faut pas isoler la légitimité et la morale de leur intérêt fondamental, au contraire c'est cet intérêt général qui les produit.
La résistance à ces nouvelles mœurs témoigne d'un attachement à une légitimité et une morale antérieures, et d'une difficulté à accepter les nouvelles.

Zika ou la démesure infectieuse

Posté le 13/02/2016 par Dr Lambertin

Ci joint un article selon lequel des medecins bresiliens et argentins mettent en cause un autre produit : le pyriproxifène insecticide
http://www.parismatch.com/Actu/International/Des-medecins-suspectent-un-produit-chimique-de-Monsanto-912875
il y a un lien avec l 'article de chercheurs argentins

cordialement

Maladies de riches

Posté le 28/10/2015 par Jérôme

J'ai adoré !
C'est au vitriol. Ca fait du bien. Ca décape.
Mais moins drôle, prévois-tu tout de même en contrepoint un article à venir sur les maladies spécifiques aux travailleurs de l'enfer sur terre (désamiantage des navires en Inde, mines de soufre à Java, etc..., ouvriers du bâtiment même chez nous, menuisiers :) ouvrières dans les serres en Colombie pour nos jolies roses bien pleines de pesticides, le chrordéchone et les cancers de la prostate aux Antilles, etc... la liste est longue... ) ? Sans doute moins drôle, mais ça contient sa dose d'acidité aussi...

Pharmacologie du suicide

Posté le 31/03/2015 par Marie

Merci Luc de nous donner la possibilité de nous exprimer.
Merci d'informer et d'alerter devant ce vaste et grave problème qu'est la dépression, source de dysfonctionnements physique, mental et psychique.
Le traitement médicamenteux ne s'apparente qu'à une béquille qui met au repos la réflexion et apporte un semblant de détente mentale.Traitement difficile à gérer mais dont les patients sont demandeurs.
Soigner la dépression n'est possible qu'en l'absence de déni.
La dépression majeure ou mineure résulte souvent de la non-résolution de problèmes en amont, d'évènements traumatiques, de l'acceptation d'un mode de vie, de concessions, de valeurs qui ne sont point les nôtres mais auxquels on a consenti par non-affirmation de soi, par manque de confiance en soi ou...par facilité.
La dépression est l'alarme qui doit nous pousser à prendre conscience de notre propre existence et de qui on est.
Une introspection "violente", un travail sur soi est obligatoire par lesquels le sujet trouvera cette force enfouie qui lui permettra de prendre conscience qu'il existe en tant qu'être unique et libre avec sa propre vie à gérer, selon ses valeurs,
qu'il dispose de sa liberté,
qu'il n'appartient à personne et que quiconque n'a aucun droit sur sa personne,
et qu' il doit être respecté en tant que tel.

Cheminement douloureux, difficile,délicat, demandeur d'énergie, de volonté, de force, de franchise envers soi, de simplicité mais..oh !...combien libérateur !
Réflexion comprise ou incomprise, approuvée ou rejetée.
Réflexion inspirée du vécu...oui.

Provenance et moyens de soigner les dépressions que je qualifie de chroniques ?

Pharmacologie du suicide

Posté le 31/03/2015 par Laure LE MEITOUR

Merci, merci enfin une vérité écrite : pendant plusieurs années j'ai fait une sorte de dépression suite à un 2ème suicide dans ma famille ; mon père s'est suicidé j'avais 17 ans, et mon frère à l'âge de 38 ans s'est aussi suicidé j'avais 36 ans et je venais de donner la vie à mon 3ème enfant, je n'ai pas été soutenu par mon entourage bien au contraire, je suis plutôt forte, mais les années passant !! je n'acceptais pas que mon frère soit mort tout seul, je ne suis jamais malade, mon dernier est né à domicile avec une sage femme, j'ai toujours cherché des solutions naturelles pour me soigner ainsi que mes enfants, mais là convaincu d'être en pré-ménopause précoce depuis au moins 7 ans, qui m'envoie dans des états de tristesse et fatigue difficile, j'en ai bien sur la preuve aujourd'hui par analyse !! un gynéco qui me dit bah oui vous y êtes et alors !! prenez-moi cette progestérone et si c'est pas assez doublez la dose !! j'ai commencé à utiliser l'alcool comme anxiolytique mais les années passant et était bien consciente, j'ai voulu solutionner ce problème (père dépressif-alcoolique et donc suicidaire avec passage à l'acte), je me suis faite hospitalisé en clinique il y a presque 18 mois, 3 semaines, là médocs anti-dépresseurs, anxiolytiques, wahou 48 heures à dormir, là je dis "ho ho baissé moi toutes ces doses c'est trop fort pour moi" au bout de 3 semaines je rentre chez moi, pas le choix personne pour garder mon fils, au bout de 10 jours je rebois quelques verres, etc... jamais je n'avais tenter de me suicider malgré des périodes de grandes difficultés et souffrances (j'ai élevé mes 3 enfants seules et travaillé toute ma vie), là le 10 février 2014 j'ai avalé toutes les boites de médoc qu'il me donnaient j'ai bien failli y passer !! je reste aujourd'hui convaincu que ce passage à l'acte est le résultat de leur traitement, je suis partie 6 semaines dans un centre VALPYRENE, réhabilitation par le sport (APA), sous anti-dépresseur léger après beaucoup de négociation de ma part !! criant tant que je peux que je souffre beaucoup de cette pré-ménaupose, je ne bois plus du tout d'alcool et n'en ai aucune envie depuis plus d'1 an, je suis en train d'arrêter l'anti-dépresseur depuis plusieurs mois aujourd'hui je prends la moitié de la moitié de 37.5 mg d'effexor, je prends de la progestérone naturelle, et j'ai démarré un peu de DHEA naturelle depuis un mois, depuis cette phase enfin je me sens plutôt bien mais très fatiguée alors que la motivation est là, je gère mieux mes émotions, enfin pour dire j'ai bien failli devenir totalement alcoolique, j'ai bien failli mourir, mes 2 filles ne me pardonnent pas cette phase de dépression ??? pouvez-vous me répondre ? me guider un peu ??

Les médecins pourront signer d'une croix

Posté le 05/11/2014 par TARATE Alain

Je me suis bien marré! Bravo Luc...mais je vais tout de même demander à mon garagiste qu'il veuille bien m'avertir s'il dénotait chez moi un diagnostic de pré démence.

Chaussures et psychotropes

Posté le 12/07/2014 par Christian Debard ( osteopathe)

Encore un grand merci,l\'humour comme psychoregulateur,j\'en demandes encore et encore !!!

Otite moyenne aiguë de l’enfant

Posté le 29/05/2014 par Renáta Nováková

Bonjour! Je m´appele Dr. Nováková / interne de clinique ORL pour les enfants a Brno - Rep. Tcheque.
Dr. Perino, j´ai lu votre article, qui parle d´otite moyenne aigue de l´enfant. C´est tres interesent, parc que dans notre pays on pratique toujours les paracenteses dans le cas de la diagnose OMA, et s´il y a les complications, on ajoute encore les antibiotiques.
Et je voudrais poser une question, est - ce que vous avez les statistiques ou les fondements, que les OSM semblaient moins frequentes lorsque vous avez pratiqué beaucoup de paracenteses.
Et si les paracenteses sont moins pratiqués a cause de l´accessibilité descendante d´ORL docteurs aux urgences. Merci !!!
Merci beaucoup pour votre reponse.

science impossible du dépistage

Posté le 16/02/2014 par martine bronner

Oui, mais si nous laissons perdurer cette croyance au prétexte qu’elle est trop forte, voire indéboulonnable nous continuerons à proposer toujours plus de dépistage…
-à partir de 40 ans
- ou des propositions de tests génétiques et
-puis un remboursement de soins correct uniquement si le diagnostic est fait grâce à un dépistage….les dérives associées ne feront qu’accélérer le phénomène et l’aggraver.
Vous savez tout comme moi que l’idée de l’efficacité du dépistage nourrirait un commerce médical associé vers plus d’explorations et plus d’interventions. Cela continuerait par un effet boule de neige à alimenter ce propos. Il y aura toujours plus de « personnes sauvées » alors qu’elles n’étaient peut-être pas malades qui diront:- le dépistage m’a sauvé la vie. Qui serait assez cruel pour dire: non, vous avez subi tout ça mais en fait vous n’étiez sans doute pas vraiment malade, en fait on n’en sait rien!
De plus, comme la « lutte » contre le cancer métastasé semble bien plus difficile et compliquée, il est plus valorisant même inconsciemment pour la médecine et les médecins de « guérir » des patients dépistés d’où la tentation possible d’investir beaucoup d’énergie dans ce type de soin plus que dans l’autre… Si les bons chiffres de progrès sont surtout à associer aux personnes non malades que l’on guérit, c’est dommage pour les vrais malades comme pour les faux. Si tel que vous le dites, il ne devient plus possible de savoir si ce qui est réellement efficace ou pas, ce qui est cancer ou pas….nous glisserons de plus en plus vers une situation chaotique et plus rien n’aura de sens.
D’où un strict minimum:
1) informer de la balance bénéfice -risque
2) donner un vrai choix sincère en acceptant le non-choix de dépistage comme ayant autant de sens que l’autre, ce qui est loin d’être le cas.
Et ne pas faire de publicité pour le dépistage…la pub ça marche, la pub par essence est mensongère. L’institution ne doit pas cautionner le « procédé » pour dépister. Ni images, ni émotions…juste de l’info.

Réponse au Dr Grimard

Posté le 31/01/2014 par Luc Perino

Pour l'instant, je suis ravi que ce forum garde une excellente tenue. Cependant, il est bon que des patients s'expriment aussi. S'ils posent une question, j'essaie de repondre malgré la difficulté extrême de ce genre d'exercice.
Inversement aux commentaires de mon blog du Monde.fr (très visité) où il existe de nombreux filtres pour les propos incorrects ou les attaques personnelles, je n'ai jamais besoin d'en installer sur ce forum (peu visité) et plutôt destinés aux confrères, et j'espère bien n'avoir jamais à le faire.
Merci pour votre fidélité
Cordialement

Ostéoporose

Posté le 09/10/2015 par Dr Brunessaux

Excellent !
Bien à vous.

Vaccins en général et en particulier

Posté le 16/07/2015 par Raph

MERCI et BRAVO pour cet article d'utilité publique que je découvre fortuitement ! C'est LA mise au point que j'espérais et avais cherchée en vain.

Indications du viol

Posté le 20/02/2015 par Arnaud

De toutes façons, ce ne sera bientôt plus nécessaire d'apprendre les gestes cliniques, puisque la médecine clinique est en train de disparaître définitivement.
Nous ne saurons que dans cinquante ans si c'est mieux ou moins bien !!
Merci pour vos humeurs décapantes

Alzheimer : aspects évolutionnistes de la physiopathologie et de l'échec thérapeutique

Posté le 14/01/2015 par JACQUES LACAZE

L'éternelle question: protéine tau: cause ou conséquence? Il faudrait en débattre.

Lorsque tropique

Posté le 06/01/2015 par Bernadette Cassel

Merci pour tout votre travail sur ce blog, et en particulier pour cet excellent billet que j'ai partagé aujourd'hui sur EntomoNews au lien suivant : http://sco.lt/76hJUP
Amicalement,
BC

Inné ou acquis ?

Posté le 02/12/2014 par Philippe Danjou

Quelle est la raison de la présence du symbole ying/yang dans ce billet ?

Les médecins pourront signer d'une croix

Posté le 05/11/2014 par Rumen

Une nouvelle fois : bravo !

Un cœur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 13/03/2014 par ZAYANI R

Excellente analyse
Bravo

Vendre les tranquillisants à l’unité

Posté le 30/01/2014 par Dr Delattre

Tout à fait d'accord une fois de plus!
Une réflexion bien appuyée sur l'exactitude des faits!Elle me rappelle une discussion avec un délégué qui semblait ne pas comprendre mes réticences à prescrire le temesta, pourtant"dejà le plus prescrit"qui s'est vu répondre que c'etait du fait que ce médicament était dans sa classe celui qui induisait le plus une dépendance rapide.
Je ne crois pas que la pharmacocinétique des benzodiazépines et la physiologie humaine aient changées depuis
J'appuie de tout coeur votre démarche.

Zika ou la démesure infectieuse

Posté le 11/02/2016 par Dr Mireille Lambertin Martinez

Et le round up si présent au bresil et en argentine et au paraguay
http://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/tx1001749
et les moustique OGM au bresil ? une incidence sur les l'équilibre de certaines espèces de mustiques ?
http://www.infogm.org/5691-Bresil-moustiques-OGM-sont-ils-ineffficaces

cordialement

Déplacement du temps zéro

Posté le 08/10/2015 par Dr Jean-Michel BICHOT

Merci une fois de plus pour la pertinence de votre analyse !

Attaque de panique

Posté le 05/11/2014 par Gaëlle

Merci pour ce descriptif précis presque rassurant s'il n'était quasiment impossible de s'en débarrasser de ces attaques de panique !

marchons , marchons ....

Posté le 24/10/2014 par marc

Cher Luc Perino ,
Merci encore pour cette dernière humeur incitant chaque citoyen à participer au défilé du 14 juillet en chantant la marseillaise ! Pour vous , ces études sont fiables car ce sont des méta-analyses ; Y a t - on pris en compte la tarte aux fruits ou les deux crèpes- confiture du réconfort après l ' effort ? Bien cordialement.

Phimosis

Posté le 02/07/2014 par tsésté

Bonsoir, mon fils de 9 ans a un phimosis très très serré, j'aurais voulu avoir votre avis, j'ai lu votre rubrique qui me conforte dans mon avis, personnellement il ne se plaint pas alors on ne touche a rien.merci pour votre réponse.

Réponse à Marc

Posté le 20/05/2014 par Luc Perino

Dans cette chronique, j'ai choisi quelques pathologies parmi les milliers du classement CIM, afin d'illustrer mes propos. L'infarctus n'est pas mentionné. Il représente 18000 décès en France. Il se trouverait donc en tête de cette liste non limitative.

réponse à n. Malavioles

Posté le 03/04/2014 par Luc Perino

Vous avez bien fait. Les recommandations officielles sont de ne pas faire de supplémentation systématique, mais plus de la moitié des médecins ne le savent pas ou n'en tiennent pas compte !

Un coeur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 08/03/2014 par Laurent Vercoustre

Peut-on vraiment concevoir les choses dans ce cadre, dans cette matrice de pensée binaire, le mauvais marcher, la bonne solidarité... Je suis un peu étonné par ce manichéisme ... peut-on vraiment penser de façon féconde les problèmes de santé dans de tel cadres...

Ne sait-on pas depuis Adam Smith que”Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais plutôt du soin qu’ils apportent à la recherche de leur propre intérêt. Nous ne nous en remettons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme.

c’est la richesse produite par le marcher qui permet de redistribuer et d’assurer la solidarité

l’auteur de Dr House et moi simple praticien hospitalier


Réflexion sur les forums médicaux

Posté le 28/01/2014 par Dr Grimard

Sur le club des médecins blogueurs, je constate qu'il est très difficile d'ouvrir de conserver un certain niveau sur les forums médicaux ouverts.
Votre forum est de bonne tenue et agréable pour les confrères. Merci de le garder à ce niveau !

réponse à une patiente

Posté le 30/09/2015 par Luc Perino

Il n'y a aucun ordre de priorité, tout est à décider au cas par cas.
Ma préférence va aux TCC dans beaucoup de situations (phobies, manies, anxiété, etc.)

Il faut instituer le crime anthropologique

Posté le 09/01/2015 par Jacques Isnard

Bonjour,

En fait, oui, il faudrait instituer non pas un crime anthropologique, mais reconnaître dans le code pénal l'état de barbarie, qui relèverait d'une juridiction séparée, qui reste à établir. Car le code pénal suppose la reconnaissance par l'ensemble de la chaîne judiciaire d'un code de valeurs communes, dont la transgression justifie procès et sanction. Or, dans ce cas, le code pénal est inopérant, car les parties prenantes ne sont pas dans le même monde, ne revendiquent pas les mêmes valeurs.

Ceci dit, on l'a bien cherché. Depuis les années 70, on a consciencieusement pourchassé tout ce qui faisait le fondement de ces valeurs communes en bannissant de la société, au nom d'une idéologie libertaire sympathique au demeurant, mais poussée à l'extrême, tous les garde-fous, tous les repères moraux, ringardisant, voire ridiculisant la morale républicaine, les religions, ou plutôt la seule religion dite dominante à l'époque, etc. Au bilan, aujourd'hui, le bien, c'est gagner "de la thune", le mal, c'est de n'en point gagner, et tous les moyens sont licites pour y parvenir. La porte est ainsi ouverte à la barbarie, qu'elle soit économique, pseudo-religieuse comme pour l'attentat que nous venons de subir, etc.

A cet égard, le sursaut auquel on vient d'assister dans les rues de nos villes est plutôt réconfortant. Prenons simplement garde au mouvement du balancier, qui risque de favoriser les extrêmes, dans le contexte sociétal totalement délétère qui est le notre. Nous sommes en effet des Gaulois, incapables d'appréhender une question difficile autrement qu'avec nos tripes, au travers de prismes partisans poussant à la violence. Essayons de faire appel à notre encéphale, ne résonnons pas mais raisonnons plutôt, de manière rationnelle et logique, sans bannir pour autant l'élan du coeur qui fait notre humanité.

Cordialement,

Réponse à Catherine Grangeard

Posté le 01/01/2015 par Luc Perino

Aucun problème

Cordialement

Marchons, marchons, qu'un sang pur...

Posté le 24/10/2014 par Diane Fortin - Boucherville, Québec

Rêvons de ministères de la santé publicisant régulièrement de tels résultats tout en défendant aux pharmaceutiques de démarcher les médecins...!

Merci pour votre travail!

Rencontre insolite

Posté le 05/09/2014 par un praticien des médecines alternatives

C'est vrai ! Monsieur PERINO, il y a bien de quoi rire et j'apprécie beaucoup votre jugement sur les dérives de notre discipline ... Vous savez, un défribrillateur c'est une machine électrique qui fait, par une série d'impulsions électriques, se contracter des groupes musculaires. On pourra avant les 6 ans de délai de péremption de ces machines, les reconvertir en Machines à faire rigoler la population Française qui ne semble plus guère le faire depuis un certain temps.

Origines de l’obésité chez les primates au Miocèn

Posté le 30/03/2014 par seb

Bonjour

J'ai quelques doutes/questions sur l'hypothèse de la perte de la capacité à produire de la vitamine C. En effet, l'éocène est plutôt une période très chaude (et non de fort refroidissement comme présenté). Le gros refroidissement se présente plutôt après, au passage à l'Oligocène. Donc après la perte de faculté de produire de la vitamine C chez les primates.

Bien que l'argument présenté soit tentant, est-il toujours d'acualité en remettant le climat dans sa réalité?

Cordialement
seb

Réponse à Isabelle Gautier

Posté le 08/03/2014 par Luc Perino

Je ne critique ni la Recherche, ni le progrès, ni le commerce, ni la prise de risque.
Je regrette simplement que nos marchands se servent de la solidarité nationale pour financer leurs investissements et que nos politiciens confondent marché sanitaire et progrès sanitaire.

Cordialement

La nutritionniste

Posté le 22/02/2014 par A Vital Durand

Bonjour M. Périno,
Ayant découvert votre site récemment, je réagis à d'anciennes humeurs.
Votre thèse (ou celle que vous reprenez de votre collègue nutritionniste) au sujet de l'obésité des enfants est très attirante, ou convaincante. À première lecture, j'ai d'ailleurs pensé: mais bien sûr, cela explique tout, comment n'ai-je pas pu m'en rendre compte plus tôt.
Toutefois, après réflexion, je crois que cette thèse est erronée. En effet, les femmes, et ce à toutes les époques, ont toujours travaillé (à la ferme où se trouvaient jusqu'au XVIIIe s. la majorité d'entre elles, elles avaient autant de tâches que leur mari; à l'usine au XIXe s. où se sont retrouvées la majorité de celles-ci de nouveau - Zola ne l'a-t-il pas suffisamment raconté -; mais également les épouses de commerçants ou d'artisans qui fabriquaient également ou s'occupaient de la vente...). Les exceptions sont rares: nobles, et surtout forme devenue populaire au XIXe s., la bourgeoise femme au foyer. Cette dernière n'a jamais que concerné que la grande bourgeoisie suffisamment riche pour pouvoir se passer d'un salaire de plus à la maison. Deux évolutions sociales datant de cette époque (début et milieu du XXe s.) brouillent pourtant les cartes au sujet de l'image que l'on a dans l'évolution du rôle social de la femme. D'une part l'image de l'"enfant-roi", d'ailleurs apparue dans ce même milieu bourgeois aisé qui souhaitait transmettre la fortune à un enfant bien éduqué qui s'enrichirait à son tour, a progressivement mis en valeur l'importance de s'occuper soi-même et en prenant beaucoup de temps de son enfant (qui jusque là était souvent mis en nourrice et que la mère ne nourrissait absolument pas). C'est cette évolution qui a tant accentué ou mis en valeur le malaise de la mère qui travaille et n'a pas de temps pour s'occuper de son enfant. D'autre part les mouvements féministes, pour une égalité entre hommes et femmes face à la loi et dans la société, ont donné beaucoup plus d'importance à ce travail féminin souvent négligé (elles étaient en effet moins payée, l'argent gagné était moins le leur que celui de leur mari et les hautes responsabilités leur étaient souvent inaccessibles). Au regard de ces deux constatations, il ne faudrait toutefois pas oublié que l'essentiel des femmes a toujours travaillé et que leur travail, qui n'a pas augmenté, ne peut être la cause de l'obésité des enfants.
Vous pourriez répondre que ce n'est pas le fait de travailler qui est nouveau, mais la culpabilité vécue par les mères et qui les pousse à compenser pour leur enfant sous forme de nourriture. Mais je ne suis pas convaincue par un tel argument. Pour en revenir à notre époque, les enfants les plus touchés ne sont-ils pas ceux des classes sociales les plus défavorisés (je peux ici me trompée, puisque je n'ai pas de chiffre et me contente d'observer mes classes, en tant qu'enseignante), dont un certain nombre de mères sont d'ailleurs malheureusement frappées par le chômage (et donc à la maison), comme c'est le cas dans les collèges défavorisés des banlieues ou des campagnes? Au contraire, les familles plus aisées, dans lesquelles nombre de mères travaillent, apparaissent également les mieux informées; ou en tout cas prennent plus de temps pour penser à l'alimentation de leur enfant n'ayant peut-être pas les mêmes soucis qui les préoccupent.
Le fléau majeur reste avant tout les écrans de toutes sortes qui, malgré les plaisirs qu'ils nous apportent, tendent à immobiliser les jeunes et moins jeunes sur une chaise, un canapé ou leur lit. Et si les parents ne sont pas là, quoi de plus simple pour s'occuper que de rester traîner devant la télévision ou un jeu informatique ou les réseaux sociaux. En fait, même quand les parents sont présents, les écrans restent une facilité, l'enfant s'y trouve calme et occupé (il ne "s'ennuie pas"), et le parent est libre de faire ce qu'il souhaite; alors que lutter pour "ne pas avoir d'écran" et passer pour un parent "tyrannique, détestable et pas cool" est tellement plus difficile et désagréable.
À cette absence de mouvement s'ajoute le grignotage que j'explique toutefois moins clairement: à la fois habitude alimentaire nouvelle - les cacahouètes ou chips n'appartenaient pas à l'alimentation -, et éducation de l'enfant-roi qu'il faut contenter tout de suite, notamment quand il a faim.
Voilà mon point de vue, mais il ne s'agit que d'une discordance ponctuelle et je lis vos billets avec plaisir.
Bonne journée à vous

Schizophrénie, dépression et toxoplasmose

Posté le 28/01/2014 par nadine

j,ai attrape des parasites.je les sens sur ma peau.il existe enormement de sortes de parasites.les docteurs ne savent pas lequel est ce.et ne cherche pas.c,est ci pratique.en attendant plusieurs symptômes apparaissent et deviennent invalidant.de plus,je declare des nouvelles maladies qui sont connues des médecins.jesuis persuade que les maladies que nous avons peuvent etre gueries par les antiparasites que nous possédons sur le marche.qu,est ce que les médecins attendent pour nous delivrer des médicaments antiparasites en rapport avec les symptômes que nous expliquons lors d,une consultation.les maladies graves sont une suite a tout cela.

Zika ou la démesure infectieuse

Posté le 10/02/2016 par Michèle Ottmann

Bonjour Luc, merci pour la chronique,
Précisions quelques deces pour le chikungunia (source invs : pour plus de 1 400 000 cas suspects 191 deces)
Des deces commencent a être signalés pour zika
Pour les virologistes ce sont des « vieux » virus
c’est « normal » : plus il y a de cas, plus la probabilité de deces d’observer des décès augmente…
j’en ai parlé a la conférence « quoi de neuf du coté des virus » la semaine dernière

Merci pour le remue méninges
Et bonne conférence

Maladies de riches

Posté le 27/09/2015 par Une patiente

Bonjour,
Très attentive aux divers articles traitant de la nocivité et effets secondaires liés aux antidépresseurs ou autres psychotropes, propos que j'intègre et que j'approuve, je me pose des questions.
Quelles solutions pour soigner vos patients ?
Psychothérapie légère ou lourde, thérapie, médecine alternatives, TCC ou autres solutions telles que citées dans l'article ? :

" Quand la médecine occidentale se penche enfin sur les liens entre le corps et l’esprit "
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/09/21/actions-et-emotions-des-liens-.pour-guerir_4765961_1650684.html#DQVyFMhMMkbzZXJQ.99.

Les traumatismes et souffrances vécus lors de l'enfance ou à tout autre moment de la vie génèrent " inflammation et bouillonnement " au niveau de certains organes. J'en suis personnellement convaincue mais rien n'est soi-disant prouvé ( l'article cité ci-dessus va dans ce sens ) . Et nous voilà avec un corps malade un mental à gérer et une fragilité émotionnelle qui ne fait qu'empirer !

Alors ? que soigner en priorité et COMMENT ?

Cordialement

Lifting et Viagra®

Posté le 16/03/2015 par Mireille

Un appariement peut-être réussi mais pas très tentant!
Merci pour cette lecture.

réponse à Sophie

Posté le 03/03/2015 par Luc Perino

Sophie,
Même avec la meilleure volonté, il m'est bien difficile de faire de la télémédecine sur votre cas, avec aussi peu d'informations sur l'histoire de votre maladie.
Je vous suggère d'envoyer plus de détails en me contactant directement par mail. Ceci n'apparaîtra donc pas sur le forum

Histoire simple des médicaments anti-obésité

Posté le 23/12/2014 par Dr Rengade

Monsieur, cher Confrère,
Votre dernier texte est magnifique de clarté et devrait être diffuse a très large échelle tant il est d'importance publique. Merci a vous !
En profitant de ce courriel pour vous souhaiter d'excellentes fêtes de Noel, je vous adresse, Monsieur, cher Confrère, mes salutations les plus chaleureuses,

Marchons, marchons, qu'un sang pur

Posté le 23/10/2014 par Véronique

Merci pour cette "humeur" marcheuse à laquelle je suis particulièrement sensible.
Outre les bénéfices sur la santé du corps, la marche a aussi pour vertu de libérer l'esprit.
Bonne continuation

Pensons à nos morts du dernier trimestre

Posté le 20/05/2014 par

Bonjour ,
Dans les humeurs médicales : "pensons à nos morts du dernier trimestre" ou placez vous
les morts cardiaques notamment par infarctus? merci . cordialement.
Marc.

Un coeur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 10/03/2014 par Pr Carl Vanwelde

Bravo pour ces quelques lignes si pertinentes
Bien à vous

La maladie d’Alzheimer

Posté le 24/01/2014 par e.m

Bien mais dommage de ne pas décrire les différents stades de l'évolution de la maladie (atteinte des capacités motrices)

Réponse à mes six confrères sur les antidépresseurs

Posté le 24/09/2015 par Luc Perino

Je fais une réponse commune aux six confrères qui se sont étonnés de mes propos sur les antidépresseurs (mon forum et le blog invité par le journal « Le Monde »). Précisons que ces propos ne concernent que les ISRS qui représentent la quasi-totalité de nos prescriptions. Ils sont évidemment laconiques dans une chronique de moins de 3000 signes destinée au grand public. Ce point étant, par essence, toujours critiquable !
Les réactions de ces confrères sont compréhensibles et fondées par le fait que nous avons tous prescrit des ISRS et continuons à le faire. Nous avons tous constaté un effet parfois bénéfique sur l’humeur dès les débuts du traitement. Mais pour une telle pathologie, souvent chronique ou récidivante, il faut fonder nos analyses et observations sur le long terme.
Le premier problème définitivement insoluble de la prescription des ISRS est celui du diagnostic initial. La seule véritable indication médicale devrait être la dépression unipolaire qui représente certainement bien moins de 1% des prescriptions. Oui, les antidépresseurs sont un facteur aggravant de la maladie bipolaire. Oui, ils sont inutiles et/ou dangereux dans tous les autres troubles divers et nombreux avec humeur dépressive passagère ou plus durable.
Vous savez, par les nombreux procès aux USA, que les premières études sur les ISRS ont toutes été biaisées et que seules les études positives ont été publiées, alors que les études négatives étaient plus nombreuses. Aujourd’hui encore, nous n’avons pas accès à toutes les données de l’industrie, la collaboration Cochrane ou la revue Prescrire sont obligées de faire des analyses sur des données incomplètes, ce qui explique que même ces revues intègres ont des résultats parfois contradictoires dans le temps. Vous savez aussi que le domaine de la psychiatrie est le plus corrompu par l’industrie et les leaders d’opinion, il a réussi à dépasser la cardiologie et la cancérologie. Certes, cela s’améliore doucement, grâce à ces lanceurs d’alerte que sont Prescrire ou Cochrane, mais, par ailleurs, et comme vous l’avez fait remarquer, l’obscurantisme qui entoure la clinique psychiatrique et qui profite aux sectes diverses, ne fait que retarder les révisions nosographiques indispensables à cette discipline.
Il faut donc nous appuyer sur les méta-analyses à long-terme de publications indépendantes, et sur une plus grande rigueur de nos propres observations cliniques à long terme. Oui, les ISRS améliorent provisoirement l’humeur et soulagent certaines souffrances psychiques. Non, les ISRS ne sont pas des traitements de la dépression à long terme. Non, les ISRS n’augmentent pas les années/qualité de vie.
Ils sont même des facteurs aggravants des humeurs dépressives pour plusieurs raisons. Leur action sur l’humeur est similaire à celle de la cocaïne et ils entraînent une addiction supérieure. Le principal leurre d’efficacité provient du fait que le syndrome de sevrage mime les symptômes d’une vraie dépression. Le patient, comme le médecin, sont alors enfermés dans le piège de la prescription infinie et de la co-prescription avec d’autres psychotropes. Ceci perturbe l’observation clinique et empêche la révision du diagnostic initial.
Oui, les suicides sont plus nombreux chez les patients sous antidépresseurs. Oui, dans les pays où les prescriptions sont le plus importantes, le nombre de diagnostics de dépression et de suicide n’a jamais diminué. Il a parfois tendance à augmenter parallèlement aux prescriptions (malgré les facteurs de confusion). Vous pouvez constater que nous sortons ici du cadre de l’essai clinique pour entrer dans celui de la macro-statistique sanitaire et économique, dont il faut reconnaître qu’elle souligne bien plus précisément l’inefficacité globale des ISRS et invalide le principe même de l’EBM dans un sujet aussi confus cliniquement.
J’ai joint une bibliographie que je peux qualifier moi-même de ridiculement insuffisante pour cette chronique qui ne concernait pas directement les ISRS. Si vous souhaitez une bibliographie bien plus riche contenant les publications les moins industrie-dépendante, vous la trouverez sur l’ouvrage de Peter C. Gotzsche, co-fondateur de la collaboration Cochrane, particulièrement aux chapitres 17 et 18. Ce livre est l’un des rares de cette catégorie à avoir été traduit en français (canadien), il a été hélas assez mal traduit et mal diffusé en France, paradis des antidépresseurs.
Vous pourrez aussi constater que ma courte charge contre les ISRS est bien mièvre et angélique par rapport à celle de cet auteur auquel on ne peut pas reprocher le manque d’intégrité et de sources ! Même les rédacteurs en chef des grandes revues médicales, pourtant toutes dépendantes des fonds de l’industrie, ont fait leur mea-culpa au sujet de leurs publications sur les ISRS.
Je n’ai certainement pas répondu à tous vos doutes et interrogations, ni aux miens. Je me permets de suggérer d’ouvrir bien plus grand nos yeux de clinicien (les miens comme les vôtres) devant les multiples manipulations qui entourent ce sujet. J’ai bien peur que devant l’ampleur de ce problème de la prescription illimitée des antidépresseurs, la réponse médicale et scientifique soit déjà largement dépassée et qu’elle ne puisse plus être que socio-politique ou économique.

Merci pour votre lecture fidèle et attentive qui m’oblige à toujours plus de rigueur.
Cordialement et confraternellement vôtre

3 maladies auto-immunes

Posté le 11/07/2015 par

Bjr
Je cumule 3 maladies
Tyroidite d'Hashimoto
S.E.P
Bronchite a éosinophiles
Je n'avais été malade qu'une fois a 10 ans d'un RAA, je ne sais pas comment en sortir pour essayer des analyses permettant d'identifier un manque ds mon organisme.Y a t il qqun a qui c'est arrivé et qui a trouvé la solution?
Merci

Réponse à Anne

Posté le 09/01/2015 par Luc Perino

Je crois que tu as parfaitement raison en ce qui concerne la réaction des musulmans français.
Il y a cependant une très grande différence entre les musulmans français, tous républicains, et les états musulmans.

C’est précisément le silence de ces états musulmans qui commence à devenir assourdissant, et beaucoup de musulmans français le pensent aussi.

Bises

Histoire simple des médicaments anti-obésité

Posté le 01/01/2015 par Dr Behrouz KASSAI

Excellent
Félicitations
Cette vision industrielle de la santé est choquante. Mais je ne vois pas d’issue tant l’innovation destructrice et la compétition effrénée sont ancrées aussi dans la santé et défendues par les états.

Rencontre insolite

Posté le 23/12/2014 par Selina

Sortant d'une formation de Sauveteur Secouriste du Travail, j'étais pétrie de bonnes intentions Saint-Bernardesques, me voyant déjà devoir localiser tous les défibrillateurs de la Région, au cas où, vous venez de détruire mes illusions...ou plutôt me déculpabiliser si par malheur je ne trouvais pas le fameux sésame dans les 5 mn suivant mes premiers massages cardiaques!

Marchons, marchons, q'un sang pur....

Posté le 23/10/2014 par Vefour

Homo sapiens est fait pour marcher.
Si chacun de nous s'imprégnait de cette valeur basique !....

Belle reconnaissance des bienfaits de la marche, méconnus de beaucoup d'entre-nous.
Encore un article qui aurait sa place dans les salles d'attente !

Merci à vous, Luc, de nous rappeler cette aptitude fondamentale et vitale.

Un cœur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 10/03/2014 par Xavier Artru

Je n'ai pas d'opinion sur l'équilibre "solidarité" / "marché".

Je serai peut-être d'accord avec Luc Perino, mais pense qu'il faut avoir plus d'information, par exemple sur :

- Quelles sont les causes de la mort du patient ? un défaut du coeur artificiel ? un caillot ? un rejet ? la fatigue ?

- Ce coeur a été "gréffé" sur un patient plutôt agé (mais à peine plus que moi...). Etait-ce un choix ? Un patient plus jeune n'aurait-il pas eu plus de chance de survie longue ?

Ces éléments peuvent influencer le choix entre "progressiste" et "conservateur".

Fluctuations des gains et pertes sanitaires

Posté le 15/02/2014 par Dr Didier ANNE, CMCT

Si, nos politiques ont trouvé l'alternative à la croissance : la légalisation du cannabis, grand pourvoyeur de bouffées délirantes et de schizophrénie. Il est plus facile de gouverner des anes que des intellectuels

Vendre les tranquillisants à l’unité

Posté le 21/01/2014 par R.B.

Un très bon article de P. Lemoine vient d'être publié sur le monde. Il confirme tout ce que vous dites et il encore plus sévère que vous.
Les BZD sont un réel poison

Écoutez les chroniques médicales

La phrase biomédicale aléatoire

La psychanalyse est plus proche de l'exégèse talmudique ou des littératures religieuses mystiques : elles ne doivent pas s'entendre au premier degré, sinon on risque de sombrer dans une confusion durable ou dans un sectarisme dangereux.
― Lionel Naccache

Publications et articles référencés

Au sujet des vaccins, l'obligation n'est pas la solution - Le Monde - Sciences & médecine - 28 juin 2017 [...]

Écologie de la santé (chap. antibiorésistance) - Presses du CNRS et Cherche-Midi [...]

Alzheimer : cacophonie sur les médicaments - Le Monde - Cahier sciences et médecine - 8 nov 2016 [...]

Pour une épistémologie du soin : maladies réelles, virtuelles et potentielles - Médecine 2016 ; 12 (06) : 267–272 [...]

Plaidoyer pour plus de science en médecine - Le Monde - Sciences et médecine - 7 sept 2016 [...]

Autres fiches patients

Rhume ou rhino-pharyngite - I / Les mots et les faits   La rhinopharyngite est une maladie généralement virale, [...]

Otite externe - I /Les mots et les faits Otite signifie inflammation ou infection de [...]

Lombalgies, sciatique et cruralgie - I / Les mots et les faits Vertèbres lombaires : elles sont au [...]

Toux de l'enfant - I / Les mots et les faits La toux est une expiration brusque et bruyante, réflexe ou [...]

Auto-immunes (Maladies) - I / Les mots et les faits Système immunitaire : ensemble de [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

La pharmacie du facteur - Est-ce que l’hypertension artérielle ou le diabète de type 2 sont des maladies ? Non, ils [...]

Méfions-nous de la probité ! - « Laissons la justice suivre son cours… » Cette phrase est plus souvent prononcée par le [...]

Nous vivons dangereusement - Monsieur Rolf Sievert a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps. C’est lui qui a [...]

Somatogenèse ou psychogenèse - Cela fait vingt ans déjà que dans son "anthropologie de la maladie", Laplantine affirmait que la [...]

Drogues du terrorisme - L’éthologie a démontré les nombreux mécanismes d’inhibition mis en place par [...]

Haut de page