lucperino.com

Parasites : protection naturelle contre le paludisme.

dernière mise à jour le 18/07/2014

Les Plasmodium sont des parasites très connus, car ce sont les agents du paludisme. Quatre espèces de Plasmodium parasitent l’homme : falciparum, vivax, malariae et ovale. Le plus redoutable est Plasmodium falciparum, agent du neuro-paludisme parfois mortel. Les autres donnent des fièvres plus ou moins sévères et jamais mortelles.

Selon leurs origines et leur lieu d’habitation, les hommes ne sont pas tous vulnérables de la même façon au paludisme. L’évolution a progressivement mis en place des moyens de défense dont certains commencent à être bien connus, d’autres encore contestés ou à l’étude.

Le plus connu est la protection conférée par le gène de la drépanocytose. Cette maladie fréquente en Afrique subsaharienne est redoutable pour les homozygotes porteurs qui font des anémies à répétition finissant souvent par les tuer. Les hétérozygotes ont la chance de n’avoir que des formes bénignes de cette maladie, mais surtout ils sont protégés contre Plasmodium falciparum et ne font jamais de formes graves du paludisme. La thalassémie confère également une protection

Mais on découvre régulièrement de nouveaux polymorphismes génétiques sélectionnés par le paludisme : des déformations du globule rouge : sphérocytose, elliptocytose, ovalocytose, des mutations de structure sur la molécule d’hémoglobine (S, C ou E), des défauts de synthèse d’enzymes (G6PD ou pyruvate-kinase). Le polymorphisme des glycophorines, et les Complement Receptor Proteins, la cytokine TNF α, la protéine CD36, etc. Cette maladie a donc un très fort pouvoir sélectif.

Les personnes moins sensibles aux glycosides cyanogéniques amers du manioc, ont aussi un avantage, car ces cyanides inhibent le plasmodium.

Un autre moyen de défense existe également chez les peuples d’Afrique ; il s’agit de la protéine globulaire Duffy qui, en se liant au Plasmodium vivax, offrirait une protection contre les formes plus graves de paludisme. Cette hypothèse est encore contestée par certains auteurs.

Enfin, de nouvelles constatations viennent renforcer l’idée d’une protection naturelle contre Plasmodium falciparum par Plasmodium vivax.

Nous savons depuis longtemps que le paludisme à Plasmodium falciparum est moins dangereux dans la région Asie-Pacifique qu’en Afrique, avec des taux de mortalité moins élevés.

La Société Royale Britannique de médecine tropicale et d’hygiène suggère que l’explication peut venir d’une présence de Plasmodium vivax, beaucoup plus importante en Asie qu’en Afrique. Ils se basent sur le cas d’un jeune Londonien largement parasité par Plasmodium falciparum, mais qui a présenté très peu de symptômes, car il avait une infection chronique à Plasmodium vivax après un séjour de 6 mois en Papouasie.

Il serait donc effectivement possible qu’un Plasmodium protège, au moins cliniquement, d’un autre.

On savait que l’immunité antipaludique est assez spécifique de l’espèce et même du génotype ; cependant, des réactions croisées existent et on a noté moins de symptômes sévères chez plusieurs individus pluri-parasités.
Une expérience récente a montré que le sang d’un volontaire infecté par Plasmodium vivax inhibait le développement de Plasmodium falciparum in vitro. Les médiateurs de cette protection croisée sont certainement les IgM.

Faudra-t-il aller se faire contaminer par Plasmodium vivax en Asie avant d’aller faire un voyage en Afrique ?!
Avant d’en arriver là, constatons que la nature sait mettre de belles défenses en place.

Bibliographie

Ackerman, H., S. Usen, M. Jallow, F. Sisay-Joof, Pinder M., and Kwiatkowski D.P. .
A comparison of case-control and family-based association methods: the example of sickle-cell and malaria.
Ann Hum Genet 69:559-565. - 2005

Allison, A.C.
Protection afforded by sickle-cell trait against subtertian malareal infection.
Br Med J 1:290-294 - (1954)

Ayi K., Min-Oo G., Lena Serghides, Maryanne Crockett, Melanie Kirby-Allen, Ian Quirt, Philippe Gros, and Kevin C. Kain
Pyruvate Kinase Deficiency and Malaria
N engl j med 358;17; april 24, 2008; p:1805-1810

Collier Jackson F.L.
Two evolutionary models for the interactions of dietary organic cyanogens, hemoglobins, and falciparum malaria
American Journal of Human Biology Volume 2, Issue 5, pages 521–532, 1990
DOI : 10.1002/ajhb.1310020508

Verrelli B.C. , McDonald J.H., Argyropoulos G et coll
Evidence for Balancing Selection from Nucleotide Sequence Analyses of Human G6PD
Am J Hum Genet. 2002 November; 71(5): 1112–1128.

Weatherall D.J.
Genetic variation and susceptibility to infection: the red cell and malaria
British Journal of Haematology Volume 141, Issue 3, pages 276–286, May 2008
DOI : 10.1111/j.1365-2141.2008.07085.x

Whitehorn J et coll.
A mixed malaria infection : is Plasmodium vivax good for you ?
Transactions of the Royal Society of Tropical Medicine and Hygiene 2010;104: 240-241

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Livres pour les cliniciens curieux

Pour une médecine évolutionniste.
Une nouvelle vision de la santé
- Luc Perino ▪ Seuil 2017 Cet ouvrage fondateur élargit l’éventail de nos conceptions de la [...]

Le Secret médical. Vie et mort - Anne Lécu ▪ Cerf 2016 Une femme, religieuse et médecin, travaillant en milieu carcéral, [...]

Mémoire et oubli - Francis Eustache et al. ▪ Le Pommier 2014 Ce livre de vulgarisation d'un assez haut niveau [...]

Le jeu du hasard et de la complexité
La nouvelle science de l'immunologie
- Philippe Kourilsky ▪ Odile Jacob, 2014 Vulgariser l'immunologie est quasi impossible, tant cette [...]

La déshumanisation civilisée - Marc Grassin et Frédéric Pochard ▪ Cerf 2012 On sort de ce livre abasourdi, essoufflé, [...]

Haut de page