lucperino.com

Livres pour les patients

Les spermatozoïdes tournent toujours à droite

Nathan Lentz ▪ Larousse 2018

Un livre léger qui aborde avec humour et pédagogie plusieurs thèmes de la biologie de l'évolution. Le fil conducteur est celui des défauts de l'organisme humain. L'auteur montre que l'évolution est un bricolage dont les résultats sont parfois surprenants. Notre oeil est imparfait, nos articulations sont parfois faites de bric et de broc, notre genou est fragile, nos bronches mélangent l'air oxygéné et l'air vicié. Nous sommes obligés de manger de tout, car notre organisme ne sait plus fabriquer les vitamines et acides aminés dont il a besoin pour survivre.Notre système immunitaire s'attaque parfois à nos propres cellules. Le cancer est un processus inévitable. Etc.

De façon inattendue, nous apprenons aussi que, malgré sa démographie de 7 milliards, Homo sapiens est un piètre reproducteur. Enfin, le cerveau dont nous sommes si fiers est victimes d'illusions et se laisse berner avec une déconcertane naïveté.

Bref, de quoi donner la cafard, si l'auteur ne prenait pas régulièrement la précaution de faire remarque que malgré tout cela, l'ensemble fonctionne plutôt bien pour l'essentiel.

L'auteur effleure aussi quelques thèmes de biologie évolutionniste plus complexes comme celui de l'avantage hétérozygote et il termine son livre par des opinions très personnelles sur l'avenir de l'humanité.

Un bon livre de plage pour les patients qui ont envie d'ouvrir de nouvelles portes en s'amusant.

Réécoutez les chroniques médicales

La phrase biomédicale aléatoire

A la suite de l'historien démographe anglais Mac Keown, on s'aperçoit combien il est difficile de mesurer précisément le rôle de la seule médecine dans l'abaissement de la mortalité et combien les progrès agricoles, l'amélioration des conditions de travail et de logement, le contrôle démographique, ont aussi pu jouer, au même moment, un rôle au moins aussi important que la seule technique médicale, mais tout aussi difficile à mesurer précisément.
― Olivier Faure

Haut de page