lucperino.com

Psychologie / Psychiatrie / Neurologie / Cognition

Addictions : les addictions ne sont pas le propre de l'homme.

Alzheimer : aspects évolutionnistes de la physiopathologie et de l'échec thérapeutique.

Alzheimer : cerveau antimicrobien !

Alzheimer : maladie d'Alzheimer et fertilité

Alzheimer : preuves de transmission de prions à l'homme

Alzheimer : rôle de Chlamydophila pneumoniae

Alzheimer : rôle de Helicobacter pylori

Amitié et sélection naturelle

Autisme : empreinte parentale.

Autisme : microbiote et paroi intestinale.

Cerveau humain : pas de différence qualitative avec les autres mammifères

Comportement : preuve épigénétique de troubles neurocomportementaux

Dépression : géographie des dépressions majeures

Douleur et empathie

Humeur : origine de ses troubles (dépression et anxiété).

Intelligence : évolution du QI et des capacités cognitives.

Maladies mentales : crise du classement

Maladies mentales : Darwin en psychiatrie

Maladies mentales et fertilité

Maladies mentales : trois hypothèses évolutionnistes.

Maladies mentales : une proportion trop élevée chez Homo sapiens.

Psychiatrie évolutionniste : les débuts

Psychiatrie génétique

Psychologie évolutionniste (diaporama)

Psychopathes : altération de la décision sociale

Psychoses auto-immunes liées à la grossesse

Psychoses : microbiote et transplantation fécale

Schizophrénie, dépression et toxoplasmose.

Schizophrénie : empreinte parentale.

Schizophrénie, évolution et théorie de l'esprit.

Schizophrénie : théorie du bord de falaise

Stress : modèle du calibrage adaptatif

Stress : le stress dépend de la hiérarchie sociale

Stress : épigénétique du syndrome de stress post-traumatique

Violence : épigénétique de la maltraitance

Violence : héritabilité épigénétique des traumatismes (vidéoconférence)

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

La phrase biomédicale aléatoire

La vie est cette activité polarisée de débat avec le milieu qui se sent ou non normale, selon qu'elle se sent ou non en position normative. Le médecin a pris le parti de la vie. La science le sert dans l'accomplissement des devoirs qui naissent de ce choix. L'appel au médecin vient du malade (!). C'est l'écho de cet appel pathétique qui fait qualifier de pathologique toutes les sciences qu'utilise au secours de la vie la technique médicale. C'est ainsi qu'il y a une anatomie pathologique, une physiologie pathologique, une histologie pathologique, une embryologie pathologique. Mais leur qualité de pathologique est un import d'origine technique et par là d'origine subjective. Il n'y a pas de pathologie objective. On peut décrire objectivement des structures ou des comportements, on ne peut les dire "pathologiques" sur la foi d'aucun critère purement objectif. Objectivement, on ne peut définir que des variétés ou des différences, sans valeur vitale positive ou négative.
― Georges Canguilhem

Haut de page