lucperino.com

Helicobacter Pylori et risque d’Alzheimer

dernière mise à jour le 13/02/2016

Une inflammation du système nerveux peut être un facteur d’aggravation de la maladie d’Alzheimer. Cette étude évalue le risque que représente Helicobacter pylori qui est présent chez 25 % des sujets en France.

L’évolution des fonctions cognitives a été suivie pendant 20 ans dans la cohorte PAQUID qui regroupe 3 777 sujets de 65 ans et plus. 65% des sérums prélevés étaient positifs (test ELISA ou Immunoblot). Ces sujets positifs étaient plus âgés, plus souvent de sexe masculin et de plus faible niveau éducatif. Leur état de santé était plus dégradé : HTA, surpoids. A l’inclusion, leur MMS (Mini Mental State) était inférieur. La prévalence de la démence était supérieure (5,4 % contre 1,4 %). En analyse multivariée l’infection par H pylori était plus fréquente chez les individus de plus faible niveau d’étude (Odds ratio [OR] 1,94, intervalle de confiance à 95 % [IC] 1,16-3,23) et chez les patients déments (OR 1,65, IC 1,05-2,60).

Après 20 ans de suivi 28,9 % des sujets positifs et 21,1 % des sujets négatifs avaient développé une démence. En tenant compte de facteurs de risque déjà établis pour la démence (âge, sexe féminin, apolipoprotéine E4), la présence de H pylori constituait une majoration du risque d’un facteur 1,46 (IC 1,01-2,11).

A l’inclusion les sujets infectés par H pylori présentaient un déficit cognitif plus important et d’avantage de démences. Après 20 ans le risque de démence était accru de 45 % en cas de présence de la bactérie.

H pylori a pu agir en potentialisant les facteurs de risque cardiovasculaires avec l’âge, voire en étant un facteur indépendant d’athérosclérose. Son action a pu être médiée par la diminution de la vitamine B12 et des folates due à la gastrite chronique, et l’augmentation de l’homocystéinémie secondaire. Le rôle des cytokines, le passage de la barrière hémato-encéphalique par les cellules immunitaires et les protéines de la bactérie ont également été évoqués.

La méthode diagnostique de référence, à savoir histologie gastrique et culture, n’a pu être utilisée. La positivité des anticorps peut signer une infection ancienne. Néanmoins en raison de la prévalence de la gastrite atrophique et de la forte consommation d’inhibiteur de pompe à protons chez les sujets âgés, la sérologie semble une méthode diagnostique intéressante.
H pylori est associé à une plus forte prévalence et incidence de démence. Un mécanisme indirect, cardiovasculaire, pourrait être en cause.

Bibliographie

Roubaud Baudron C, Letenneur L, Langlais A, Buissonnière A, Mégraud F, Dartigues JF, Salles N
Does Helicobacter pylori infection increase incidence of dementia? The Personnes Agées QUID Study
J Am Geriatr Soc. 2013 Jan;61(1):74-8
DOI : 10.1111/jgs.12065

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

Vous aimerez aussi...

Darwin en psychiatrie - Un peu de Darwin en psychiatrie   L’existence des maladies mentales et surtout leur [...]

Le microbiote manipule l'appétit - Les microbes dans le tractus gastro-intestinal sont sous pression sélective pour manipuler le [...]

Maladie mentale et fécondité - D’un point de vue évolutionniste, puisque les maladies mentales ne confèrent a priori aucun [...]

Douleur et empathie - Dans une perspective évolutionniste, l’expression faciale de la douleur est un [...]

De la symbiose à la bactériothérapie. - Une jeune écolière suédoise de Gothenburg avait une vessie qui ne se vidait pas complètement. [...]

Haut de page