lucperino.com

Livres pour tous les cliniciens

Génération zombie - Enquête sur le scandale des antidépresseurs

Ariane Denoyel ▪ Fayard, avril 2021

L'auteur prend modestement la peine de préciser que son livre sur les antidépresseurs ne changera probablement pas les manières de l'industrie pharmaceutique dans le domaine de la psychiatrie. D'autres ouvrages avant celui-ci ont tenté de dénoncer les manipulations et mensonges dans ce domaine très particulier de la médecine où les diagnostics sont corrompus par une offre thérapeutique sans fondement biologique ou clinique.  

En se basant sur des témoignages, des faits-divers, des documents et une riche bibliographie, ce livre évoque ce qui n'est hélas pas encore un scandale, car les antidépresseurs continuent à être largement prescrits et remboursés. Ces médicaments dont le rapport bénéfices/risques est négatif sont devenus la première cause de suicide et ils sont certainement l'une des premières causes d'homicides et de barbaries. 

L'auteure profite de son enquête méticuleuse sur ces médicaments pour faire un point plus général sur les méthodes utilisées par les labotratoires pour soumettre la presse médicale et les leaders d'opinion. Essais cliniques biaisés, dissimuler des effets secondaires et des résultats négatifs, tout cela est connu depuis longtemps, et chaque nouvelle loi sur la transparence est détournée par l'industrie pharmacentique qui excelle dans la fabrication du doute et sait habilement exploiter la naïveté des prescripteurs et de leurs patients. 

Les faits dénoncés sont si monstrueux que l'on peine parfois à y croire. Pourtant, ils sont encore pire : les antidépresseurs (particulièrement les ISRS) constituent le plus gros mensonge de l'histoire du médicament. Lorsque le scandale éclatera vraiment, les morts se compteront par milliers, et nombreux seront ceux qui auront à rendre des comptes. 

Deux textes sur la médecine clinique

La phrase biomédicale aléatoire

Une lancinante question traverse toute l'histoire de la psychiatrie : comment objectiver le subjectif ?
― Alain Ehrenberg

Haut de page