lucperino.com

Livres de biologie et médecine évolutionnistes

Evolutionary thinking in medicine

Alexandra Alvergne, Crispin Jenkinson, Charlotte Faurie ▪ Springer 2016

Il faut saluer la sortie de ce livre, car les ouvrages traitant de médecine évolutionniste sont encore rares, malgré les deux décades écoulées depuis le livre fondateur de Nesse et Williams traduit très récemment en français.

C’est le premier livre de cette nouvelle interdisciplinarité qui oriente clairement le propos en direction des médecins et de leur pratique. Il n’est pas structuré selon un plan de biologiste de l’évolution, mais selon un plan plus familier aux médecins, puisque les différents chapitres concernent l’obstétrique, la cancérologie, la cardiologie, etc.

Il aborde des sujets qui n’avaient pas encore été abordés dans ce genre d’ouvrage, tels que l’allaitement, la mort subite du nourrisson, l’insuffisance cardiaque ou encore l’autisme. Voilà bien des sujets qui résonnent dans la tête du médecin.

Son seul défaut est d’être écrit en anglais, devenue l'unique langue des publications en biologie. Cela va certainement rebuter de nombreux cliniciens moins rompus à la pratique de cet idiome que les chercheurs en biologie.

En attendant son éventuelle traduction, on ne peut qu’encourager les plus anglophones de nos confrères à se ruer sur ce livre très riche d’enseignement et plein de portes à ouvrir.

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

La phrase biomédicale aléatoire

Ces bévues ne sont point pour nous (médecins) et c'est toujours la faute de celui qui meurt. Enfin le bon de cette profession est qu'il est parmi les morts une honnêteté, une discrétion la plus grande du monde ; et jamais l'on en voit se plaindre du médecin qui l'a tué.
― Molière

La phrase biomédicale aléatoire

Un symptôme somatomorphe peut venir "béquiller" une existence vacillante ou insatisfaisante. Il va donner un certain sens à l'existence... Plus encore, le sujet va parfois porter le flambeau de sa "maladie", arborer son symptôme comme un étendard, en militant. Pourrait-on parler alors de symptôme somatomorphe socialement "réussi" ?
― Frédéric Dubas & Catherine Thomas-Antérion

Haut de page