lucperino.com

Livres de biologie et médecine évolutionnistes

Génétique du péché originel

Christian De Duve Odile Jacob, 2010

Ce livre est un résumé de l'histoire de la vie et de l'humanité. Rien ne manque, depuis le passage de la chimie minérale à la chimie organique puis à la vie par le truchement de la sélection naturelle. L'exercice de vulgarisation est exemplaire, la synthèse est parfaite. L'auteur aborde le paradoxe temporel de l'hominisation. Il a fallu 600 millions d'années pour arriver au cerveau de 350 cm3 du chimpanzé et seulement deux millions d'années pour passer de ces 350 aux 1350 cm3 de l'homme.

Toute l'explication ne peut pas être génétique. Le cablage du cerveau est épigénétique. Nos différences avec le chimpanzé viennent de gènes qui contrôlent la transcription d'autres gènes.
L'hominisation est aussi culturelle. L'altruisme et la coopération ont offert de tels avantages aux premiers groupes humains qu'ils ont été sélectionnés sur ces critères. Les croyances et les religions ont aussi offert des avantages sélectifs aux groupes qui en étaient pourvus.

La grande question du livre est : comment faire entrer toutes les populations dans le rationnalisme scentifique sans perdre les avantages sociaux conférés par les religions et les dogmes.
L'auteur propose spet pistes très différentes pour tenter d'y parvenir. Car il y a urgence, Homo sapiens peut disparaître s'il n'arrive plus à gérer les gros avantages que lui ont conférés sont gros cerveau...

Passionnant

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

La phrase biomédicale aléatoire

La méthode expérimentale n'est point primitive et naturelle à l'homme, et ce n'est qu'après avoir erré longtemps dans des discussions théologiques et scolastiques, qu'il a fini par reconnaître la stérilité de ses efforts dans cette voie.
― Claude Bernard

La phrase biomédicale aléatoire

La proportion de patients (1%) qui accaparent quelque 21% des coûts de la santé, et qui finissent par succomber à la défaillance polyviscérale, illustrent le problème du progrès. Il y a cinquante ans, ces patients auraient vécu moins longtemps et, dans bien des cas, ils auraient moins souffert. Nous avons remplacé des vies courtes et des décès rapides par leur contraire : des vies prolongées et des morts plus lentes.
― Daniel Callahan

Haut de page