lucperino.com

Dossier de presse

Pour une médecine évolutionniste.
Une nouvelle vision de la santé

La biologie de l'évolution interroge la notion de maladie.(entretien avec Luc Perino)

Pourquoi rapprocher la médecine clinique et la biologie de l'évolution ?

LP : Plusieurs éléments les rapprochent déjà ! Toutes deux considèrent la dimension historique de l'organisme ou du patient, son environnement global et surtout l'aspect polyfactoriel de tous les traits du vivant, y compris des maladies. Le clinicien d'aujourd'hui doit constamment se prémunir contre la tendance actuelle du monofactoriel pour tous les diagnostics et tous les traitements. La redécouverte du microbiote nous fait réaliser que l'organisme lui-même est une entité assez floue...

Luc Perino

Luc Perino Médecin, écrivain, essayiste

Biographie 

Bibliographie 

Charte et engagements.

La phrase biomédicale aléatoire

Le séisme de l'émancipation a bouleversé collectivement l'intimité de chacun : la modernité démocratique - c'est sa grandeur - a progressivement fait de nous des hommes sans guide, nous a peu à peu placés dans la situation d'avoir à juger par nous-mêmes et à construire nos propres repères. Nous sommes devenus de purs individus, car aucune loi morale ni aucune tradition ne nous indiquent du dehors qui nous devons être et comment nous conduire. De ce point de vue, le partage permis/défendu, qui normait l'individualité jusqu'aux années 1950-1960, a perdu de son efficacité...
Le droit de choisir sa vie et l'injonction à devenir soi-même placent l'individualité dans un mouvement permanent... Le partage entre le permis et le défendu décline au profit d'un déchirement entre le possible et l'impossible...
Au lieu que la personne soit agie par un ordre extérieur (ou une conformité à la loi), il lui faut prendre appui sur ses ressorts internes, recourir à ses compétences mentales. Les notions de projet, de communication, de motivation sont aujourd'hui des normes.
― Alain Ehrenberg

La phrase biomédicale aléatoire

Le progrès des méthodes diagnostiques, de plus en plus sophistiquées et coûteuses, ne facilite pas la prise de conscience que la finalité de la médecine n'est pas de parvenir à un diagnostic à tout prix, ni même de prodiguer compassion et soins, mais d'améliorer la qualité et la quantité de vie.
― Jean Pierre Boissel

Haut de page