lucperino.com

Dossier de presse

Humeurs médicales

L'auteur brosse les anecdotes les plus légères comme les souffrances les plus graves dans l'antichambre de son cabinet.
Livres Hebdo, janvier 2006  +

Humeurs médicales

Luc Perino ne se contente pas d'un tranchant et impétueux pamphlet médical. Luc Perino est avant tout un écrivain de toute beauté qui incise la société avec une écriture pure et dure.
Impact Médecine, Jean-Michel Ulmann, mars 2006  +

Humeurs médicales

Le grand prix a été attribué au Dr Luc Perino, généraliste à Lyon (Rhône) pour "Humeurs médicales - Chroniques" paru aux éditions du félin.
Medec, mars 2007  +

Humeurs médicales

Ce petit livre devrait être remboursé par la sécurité sociale.
Luc Perino nous fait le merveilleux cadeau de ces précieuses confidences.

, Jean-Christophe Rufin (académie française), janvier 2006  +

Humeurs médicales

Réflexions disparates d'un médecin qui a roulé sa bosse, ces quelques cent brèves évoquent les contradictions ou les curiosités de la pratique médicale.
Pour la Science, mars 2006  +

Humeurs médicales

Luc Perino aime les aphorismes et en use à loisir pour évoquer les dérives de notre système de santé et, d'une manière plus large, de notre société.
Le Progrès, avril 2006  +

Humeurs médicales

Le Dr Perino dénonce avec humour et érudition les dérives et les aberrations du système médical, à travers une palette de chroniques décapantes.
Nice Matin, février 2006  +

Humeurs médicales

Empêcher les patients de devenir des objets médicaux est, d'après le MG écrivain français Luc Perino, la mission du médecin de famille.
Société savante de Médecine Gé, Johanne Mathy, mai 2008  +

Luc Perino

Luc Perino Médecin, écrivain, essayiste

Biographie 

Bibliographie 

Charte et engagements.

La phrase biomédicale aléatoire

Freud a joué un rôle pivot dans l'histoire de l'homme coupable, Janet dans celle de l'homme insuffisant.
― Alain Ehrenberg

La phrase biomédicale aléatoire

Le "nerveux" est un merveilleux marchepied conceptuel. C'est un mot tampon d'une très grande utilité sanitaire, créé par des médecins précurseurs, et adopté à l'unanimité par les patients. Le "nerveux" est un sas de communication dans la relation médecin malade, une escale sur l'itinéraire qui passe du soma au psyché. Le "nerveux" est ce qui reste lorsque la main du médecin revient bredouille, l'image du radiologue quelconque ou l'analyse du biologiste insignifiante. Le "nerveux" signe la bénignité et réduit l'angoisse. Le symptôme nerveux, clown ridicule ou pantin fanfaron qui annule des siècles de conquêtes médicales, peut aussi être le point de départ, vers une nouvelle aventure de la communication, car il peut s'ennoblir en psychique ou se sublimer en existentiel. S'il est dérisoire en tant qu'impasse diagnostique, il devient prodigieux en tant que passerelle métaphysique. En se débarrassant de sa pelure organique, le symptôme nerveux quitte le monde charnel, pour conquérir le monde mystique ou règne un inconscient supposé, maître des vices et des vertus.
― Luc Perino

Haut de page