lucperino.com

Dossier de presse

Une brève histoire du médicament

Médecin généraliste et historien de la médecine, Luc Perino interroge notre rapport à la santé et au médicament. L’occasion d’explorer avec lui l’intérêt de la pharmacologie sociale, discipline à la croisée de la sociologie et de la médecine.  

Une brève histoire du médicament

Portrait de cet objet riche en magie et fantasmes qu'est le médicament, du fond des âges à nos jours. Au fil des chapitres, l'auteur analyse l'irrésistible ascension de l'apothicaire au détriment du médecin, pour déboucher sur la prise de pouvoir des laboratoires pharmaceutiques sur le monde du soin.

Une brève histoire du médicament

Ouvrage accessible qui montre comment chaque époque a enrobé le médicament d'une couche de magie, de théorie, de technologie ou de culture.

Une histoire lucide et bien documentée qui risque de faire grincer quelques dents. Les médecins découvriront une facette de leur naïveté et les laboratoires pharmaceutiques verront leur cynisme méticuleusement décortiqué.

Une brève histoire du médicament

Luc Perino nous explique comment le médicament est imposé au médecin par les laboratoires, les patients et les médias dans un jeu de "billard à trois bandes" qui fonctionne plutôt bien.

Clair et offensif.

Luc Perino

Luc Perino Médecin, écrivain, essayiste

Biographie 

Bibliographie 

Charte et engagements.

La phrase biomédicale aléatoire

Ce n'est pas la faute de nos docteurs si le service médical tel qu'il est présentement rendu à la communauté est d'une absurdité meurtrière. Qu'une nation sensée ayant observé que vous pouvez assurer l'approvisionnement en pain en donnant aux boulangers un intérêt pécuniaire à le cuire pour vous, donne après cela au chirurgien un intérêt pécuniaire à vous couper la jambe, cela suffit à vous faire désespérer de l'humanité politique
― George Bernard Shaw

La phrase biomédicale aléatoire

On ne peut atteindre l'idéal du soignant. Un être fini ne peut satisfaire à l'exigence infinie. De se savoir constamment en deçà de la tâche maintient le soignant dans sa finitude d'homme.
― Alain Froment

Haut de page