lucperino.com

Dossier de presse

Le Bobologue

Luc Perino relate des anecdotes aussi insolites qu'incroyables sur ses patients.
Ce qui ressort de son livre, c'est que l'humour est l'antidote le plus efficace face à l'angoisse millénaire de l'homme face à la mort et à la maladie.
Revigorant !
Notre Temps, février 2004  +

Le Bobologue

Anecdotes et portraits tour à tour émouvants ou insolites, mais toujours marqués de bon sens et de bienveillance pour ses patients.
Santé magazine, Jean Marèse, juillet 2001  +

Le Bobologue

Il nous livre, avec un humour délicieux, des anecdotes prises sur le vif dans la campagne provençale ou en Afrique. Chacune s'achève par une petite conclusion philosophique, apprentissage de l'auteur sur l'étonnant fonctionnement du "Sapiens".

Le Bobologue, c'est un recueil plein de tendresse et d'émerveillement sur la condition humaine

Ajoutons que l'ouvrage est servi par un style vif, original, et des dialogues savoureux qui en font un véritable régal. Le Docteur Perino est aussi un écrivain.
Réel, Fabienne Laurès, juin 2001  +

Le Bobologue

Le titre résume à lui seul l'approche humoristique, critique, mais aussi profondément humaine de l'auteur.
Psychologies, mars 2001  +

Le Bobologue

Conçu comme un document, l'ouvrage se présente comme un concentré d'anecdotes, une succession de mini nouvelles.

Facile à lire, facile à reposer et à reprendre, le livre montre l'exercice de la médecine par le petit bout de la lorgnette, sans fard, mais sans excès.
Chaque cas a valeur d'exemple.
Le Figaro, Nathalie Blanc, mars 2001  +

Luc Perino

Luc Perino Médecin, écrivain, essayiste

Biographie 

Bibliographie 

Charte et engagements.

La phrase biomédicale aléatoire

L'un disait : il est mort, je l'avais bien prévu.
S'il m'eût cru disait l'autre, il serait plein de vie.
― Jean De La Fontaine

La phrase biomédicale aléatoire

Le séisme de l'émancipation a bouleversé collectivement l'intimité de chacun : la modernité démocratique - c'est sa grandeur - a progressivement fait de nous des hommes sans guide, nous a peu à peu placés dans la situation d'avoir à juger par nous-mêmes et à construire nos propres repères. Nous sommes devenus de purs individus, car aucune loi morale ni aucune tradition ne nous indiquent du dehors qui nous devons être et comment nous conduire. De ce point de vue, le partage permis/défendu, qui normait l'individualité jusqu'aux années 1950-1960, a perdu de son efficacité...
Le droit de choisir sa vie et l'injonction à devenir soi-même placent l'individualité dans un mouvement permanent... Le partage entre le permis et le défendu décline au profit d'un déchirement entre le possible et l'impossible...
Au lieu que la personne soit agie par un ordre extérieur (ou une conformité à la loi), il lui faut prendre appui sur ses ressorts internes, recourir à ses compétences mentales. Les notions de projet, de communication, de motivation sont aujourd'hui des normes.
― Alain Ehrenberg

Haut de page