lucperino.com

Dossier de presse

La Sagesse du Médecin

Luc Perino se bat pour réhabiliter "la sagesse du médecin".

La Sagesse du Médecin

"Le médecin généraliste doit aider à survivre entre les pièges de la nature et ceux du marché, il doit rendre aux patients la clé de leur corps trop souvent usurpée. Cette clé en d'autres temps avait un nom. On l'appelait le bon sens.", écrit Luc Perino.

Retrouvant son vieux Nikkormat au fond d'un tiroir, abandonné pour des appareils photos plus sophistiqués, métaphore de la pratique omnipraticienne d'hier, Luc Perino y observe avec tristesse et honte son "reflet de déserteur" : "J'ai abandonné ma pratique rurale [...] j'aurais dû choisir de mourir au combat."
Nous, on est content qu'il soit encore là...
Le Quotidien du Médecin, Caroline Martineau, septembre 2004  Article complet

La Sagesse du Médecin

L'ouvrage est mince autant qu'il est profond.
C'est un minuscule bréviaire qui nous dit comment l'on peut, dans notre siècle, non pas «parler de» mais bien écrire «sur» la médecine

La Sagesse du Médecin

Luc Perino dit avec sa langue fluide et charnelle comment la médecine, son métier, lui fut un apprentissage de la connaissance de soi et du monde.

Le dr Perino a appris que poser son regard est un des plus beaux gestes du métier.

Luc Perino

Luc Perino Médecin, écrivain, essayiste

Biographie 

Bibliographie 

Charte et engagements.

La phrase biomédicale aléatoire

Contrairement à ce que croit le grand public, l'inconscient n'a pas été découvert par Freud...
Le mot "inconscient" est utilisé depuis plus de 250 ans, mais l'affirmation de processus non conscients se trouve déjà chez des philosophes de l'Antiquité. La notion d'inconscient a pris un tournant décisif avec Leibniz est s'est développée au XVIII° et XIX° siècle. Vers 1880, elle était banale pour beaucoup de philosophes, pour des psychiatres et pour les premiers psychologues scientifiques.
― Jacques Van Rillaer

La phrase biomédicale aléatoire

Une image est plus concrète que des pleurs, des fatigues ou des amaigrissements. Ces symptômes sans rigueur sont relégués aux métiers du soin. À l’heure de la précision numérique et du génie génétique, la science clinique est vécue comme une déchéance par le médecin expert, le symptôme corporel est considéré comme une broutille par le patient et leurs deux mépris se contaminent mutuellement.
― Luc Perino

Haut de page