lucperino.com

Cancer, peau noire et sélection naturelle

dernière mise à jour le 03/11/2014

La mélanine procure un filtre essentiel contre le rayonnement UV solaire et sa variation, génétiquement déterminée, influence à la fois la pigmentation de la peau et risque de cancer. Des preuves génétiques font apparaître que l'acquisition d'un allèle très stable MC1R de promotion de la pigmentation noire est née à l'époque de la colonisation de la savane par les hominidés, il y a 1 à 2 millions d’années.

La signification adaptative d’une peau foncée est généralement admise comme une protection contre les dommages provoqués par les UV, mais plusieurs pathologies pourraient avoir eu un impact délétère sur la survie et / ou la capacité de reproduction. Cette hypothèse reste sujette à de nombreux débats.

Nous suggérons ici, d’après des données sur l’âge, l’incidence du cancer et la létalité chez des albinos vivant à de basses latitudes en Afrique et en Amérique centrale appui de l'affirmation que le cancer de la peau a pu être une puissante force sélective pour l'émergence de la peau noire chez les premiers hominidés.

Bibliographie

Greaves M.
Was skin cancer a selective force for black pigmentation in early hominin evolution ?
Proc. R. Soc. B 2014 281, 20132955, 26 February 2014

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

La phrase biomédicale aléatoire

Le séisme de l'émancipation a bouleversé collectivement l'intimité de chacun : la modernité démocratique - c'est sa grandeur - a progressivement fait de nous des hommes sans guide, nous a peu à peu placés dans la situation d'avoir à juger par nous-mêmes et à construire nos propres repères. Nous sommes devenus de purs individus, car aucune loi morale ni aucune tradition ne nous indiquent du dehors qui nous devons être et comment nous conduire. De ce point de vue, le partage permis/défendu, qui normait l'individualité jusqu'aux années 1950-1960, a perdu de son efficacité...
Le droit de choisir sa vie et l'injonction à devenir soi-même placent l'individualité dans un mouvement permanent... Le partage entre le permis et le défendu décline au profit d'un déchirement entre le possible et l'impossible...
Au lieu que la personne soit agie par un ordre extérieur (ou une conformité à la loi), il lui faut prendre appui sur ses ressorts internes, recourir à ses compétences mentales. Les notions de projet, de communication, de motivation sont aujourd'hui des normes.
― Alain Ehrenberg

Haut de page