lucperino.com

Gradients socio-économiques et conduites sanitaires

dernière mise à jour le 08/03/2015

Abstract


Les gradients socio-économiques dans les comportements de santé sont omniprésents et bien documentés. Pourtant, il y a encore peu de consensus sur leurs causes.
L’écologie comportementale prédit que, si les personnes en situation socio-économique inférieure perçoivent un risque personnel de mortalité extrinsèque supérieur aux personnes de classe aisée, ils doivent logiquement être moins investis dans la protection de leur santé et dans leur avenir sanitaire.


Pour confirmer cette théorie nous avons interrogé et suivi des adultes nord-américains autour de quatre paramètres essentiels : les conduites et efforts consacrés à la protection de leur santé, la perception de leurs risques de mortalité intrinsèque et extrinsèque, et l’évaluation de leur condition socio-économique.
Nous avons examiné les relations entre ces variables et avons constaté que plus faible niveau socio-économique prédit un investissement plus faible dans la protection sanitaire. Ce faible niveau est également associé à une perception supérieure du risque de mortalité extrinsèque, lequel prédit à son tour un plus faible effort dans les conduites hygiéno-diététiques et protectrices de la santé.


La relation entre la perception de son niveau socio-économique et les efforts de protection sanitaire sont complètement médiés par la perception intime du risque de mortalité extrinsèque.
Nos résultats indiquent que la perception du risque de mortalité extrinsèque peut servir de facteur de référence pour évaluer les gradients socio-économiques de la motivation à s’investir dans sa santé future.


Les cliniciens doivent désormais prendre en compte les données de l’écologie comportementale et chercher à révéler ce facteur personnel pour mieux individualiser leurs recommandations et prescriptions.

Bibliographie

Pepper GV, Nettle D.
Perceived Extrinsic Mortality Risk and Reported Effort in Looking after Health. Testing a Behavioral Ecological Prediction.
Hum Nat (2014) 25:378–392.
DOI: 10.1007/s12110-014-9204-5

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

La phrase biomédicale aléatoire

Tant qu'on fera usage des remèdes composés de la pharmacopée galénique, tant que la routine continuera à dicter aux médecins les formules compliquées d'un plus ou moins grand nombre de médicaments, on ne pourra jamais rien savoir sur leurs véritables propriétés. L'ancienne école de Cos employait des remèdes simples ; elle ne se servait point de ces mélanges informes qui surchargent nos dispensaires ; elle ne mêlait point, dans les mêmes décoctions, une douzaine de plantes qui ne peuvent que les rendre épaisses, visqueuses et dégoûtantes ; elle ne connaissait point les apozèmes compliqés, les tisanes royales ; ces indications multipliées, qui font la base de l'art de formuler, n'existaient pas pour elle ; simple comme la nature dans ses opérations, elle ne présentait aux malades qu'un seul remède, et elle ne les administrait que l'un après l'autre lorsque les circonstances exigeaient qu'on en changeât la nature. Si on ne renonce à ce luxe dangereux, introduit par l'ignorance et la superstition, si l'on tient toujours au mélange d'une base médicaenteuse, d'un adjuvant ou auxiliaire, d'un ou plusieurs correctifs, mélange dont on a fait un art que je ne dois pas craindre de présenter comme illusoire et dangereux, la science restera dans l'état ou elle est.
― François Fourcroy en 1785

Haut de page