lucperino.com

Modèle du calibrage adaptatif au stress

dernière mise à jour le 14/07/2014

Ce très long article explicite le modèle du calibrage adaptatif : une théorie évolutionniste du développement des différences individuelles dans le fonctionnement du système de réponse au stress.

Ce système a trois fonctions biologiques principales :
1/ coordonner les réponses allostasiques de l’organisme aux épreuves physiques et psychiques
2/ Encoder et filtrer les informations sur l’environnement social et physique par le truchement des différents récepteurs de l’organisme.
3/ Réguler la physiologie et le comportement dans un large éventail de d’aires adaptatives incluant les comportements de défense, les prises de risques, l’attachement, l’affiliation et la reproduction.

L’information ainsi encodée pendant le développement, interagit à long terme sur le système lui-même en produisant des schémas adaptatifs de réponse et des différences individuelles de comportement.

En se basant sur les sciences de l’évolution, nous construisons un modèle de développement de réponse au cours des étapes de la vie parmi quatre modèles prototypiques décrits et nous discutons l’apparition et la signification des différences sexuelles.

Le « modèle du calibrage adaptatif » prolonge la théorie de la « sensibilité biologique au contexte » et fournit une structure intégratrice pour les recherches futures dans ce domaine.

Bibliographie

Del Giudice M., Ellis B.J. and Shirtcliff E.A.
The Adaptive Calibration Model of stress responsivity.
Neuroscience Biobehavioral Reviews. 2010.11.007

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

La phrase biomédicale aléatoire

C'est d'après la ressemblance des actions externes des animaux avec celles que nous accomplissons nous-mêmes que nous jugeons que leurs actions internes ressemblent également aux nôtres, et le même principe de raisonnement, poussé un peu plus loin, nous fera conclure que, puisque nos actions internes ressemblent les unes aux autres, les causes dont elles procèdent doivent aussi se ressembler. Donc, quand une hypothèse est avancée pour expliquer une opération mentale commune aux hommes et aux animaux, nous devons l'appliquer aux uns et aux autres.
― David Hume en 1739

Haut de page