lucperino.com

Néandertal supportait bien la fumée

dernière mise à jour le 31/10/2021

Une précédente étude avait suggéré que les Homo sapiens avaient détrôné les Néandertaliens parce qu'ils étaient mieux protégés contre les composants toxiques de la fumée. Cette idée est battue en brèche par de nouvelles études.

La fabrication et l'utilisation du feu sont considérées comme l'une des innovations les plus importantes dans l'évolution de l'homme. Le feu a apporté avec lui des avantages tels que la chaleur, une protection contre les prédateurs et une alimentation plus large car il permettait de cuisiner des aliments crus et non comestibles. Hélas, les traces de feu ne se conservent pas bien dans les registres fossiles et il était difficile d’évaluer les compétences des Néandertaliens sur ce point.

Plusieurs nouveaux indices suggèrent qu’ils le maîtrisaient plutôt bien

Le feu expose les organismes à de multiples substances toxiques contenues dans la fumée. En 2016, deux études génétiques contradictoires sont apparues pour savoir si les humains modernes ou les Néandertaliens étaient mieux à même de tolérer les composés toxiques produits par le feu. Un groupe de scientifiques américains a étudié une protéine réceptrice (le récepteur d'hydrocarbure aryle ou récepteur Ah) qui est sensible aux composants toxiques de la fumée et qui est différente chez les deux espèces. Ils ont conclu que les Néandertaliens étaient jusqu'à mille fois plus sensibles à ces substances toxiques que les humains modernes.

Une autre étude arrive à une conclusion opposée en se basant sur l'étude de 19 gènes différents. Les auteurs ont découvert que les Néandertaliens avaient plus de variantes génétiques qui neutralisaient mieux les effets toxiques nocifs de la fumée que la plupart des humains modernes, et ces variantes génétiques protectrices sont principalement des variantes plus anciennes en termes d'évolution.

Une nouvelle étude a utilisé une autre approche. Les auteurs ont utilisé des cellules humaines plutôt que les cellules de rat que leurs prédécesseurs avaient utilisées. Ils ont également étudié très précisément la protéine réceptrice en étudiant l'information génétique complète et originale en comparant les deux variantes de récepteurs. Ils en ont que les Néandertaliens n’étaient pas plus vulnérables aux toxines de la fumée.

Cette publication souligne, en outre, l'importance clé d'étudier la fonction des protéines dans leur contexte et non seulement les gènes…

Bibliographie

Aarts, J. M., Alink, G. M., Scherjon, F., MacDonald, K., Smith, A. C., Nijveen, H., & Roebroeks, W
Fire Usage and Ancient Hominin Detoxification Genes: Protective Ancestral Variants Dominate While Additional Derived Risk Variants Appear in Modern Humans
PloS one, 11(9), e0161102
DOI : 10.1371/journal.pone.0161102

Profil de nos 5000 abonnés

Par catégorie professionnelle
Médecins 27%
Professions de santé 33%
Sciences de la vie et de la terre 8%
Sciences humaines et sociales 12%
Autres sciences et techniques 4%
Administration, services et tertiaires 11%
Economie, commerce, industrie 1%
Médias et communication 3%
Art et artisanat 1%
Par tranches d'âge
Plus de 70 ans 14%
de 50 à 70 ans 53%
de 30 à 50 ans 29%
moins de 30 ans  4%
Par motivation
Patients 5%
Proche ou association de patients 3%
Thèse ou études en cours 4%
Intérêt professionnel 65%
Simple curiosité 23%

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Vous aimerez aussi...

Danger d'extinction d'un acarien ami - Demodex folliculorum est un acarien de 0,3 mm de long qui passe sa vie profondément enfoui dans [...]

Comment le fromage, le blé et l'alcool ont façonné l'homme - Au fil du temps, l'alimentation entraîne des changements spectaculaires dans notre anatomie, notre [...]

Psychoses auto-immunes liées à la grossesse - Nous savons que les femmes ont beaucoup plus souvent des maladies auto-immunes que les hommes. Une [...]

Epigénétique et troubles neurocomportementaux - Identification de rares variations épigénétiques de novo dans certains troubles [...]

Darwin en psychiatrie - Un peu de Darwin en psychiatrie   L’existence des maladies mentales et surtout leur [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Violences et cultures héritables - La différence entre « hérédité » et « héritabilité » permet d’évaluer [...]

La science prise en grippe - Comme chaque année, l’assurance-maladie envoie les documents de prise en charge gratuite du [...]

De l'utilité inattendue de l'homéopathie ! - Allopathe et clinicien traditionnel, conscient depuis toujours de l'inefficacité tant [...]

Pauvre Juliette - Un confrère gabonais imitait à merveille ses concitoyens qui ne prononçaient pas les [...]

Pauvre lait maternel - Pauvre lait maternel Le 5 septembre 2016, une information a fait la une des médias après le [...]

Haut de page