lucperino.com

Alzheimer et fertilité

dernière mise à jour le 19/10/2015

Certains allèles préjudiciables à la santé, en particulier chez les personnes âgées, ont pu persister dans les populations parce qu'ils confèrent également des avantages pour les individus dans la première partie de leur existence. Ce phénomène est bien connu des évolutionnistes sous le nom de ‘pléiotropie antagoniste’.

C’est probablement le cas de l'allèle ApoE4 au locus ApoE qui code pour l'apolipoprotéine
E. Cet allèle 4 augmente significativement le risque de mauvaise santé avec les années, particulièrement le risque de maladie d’Alzheimer. Cet allèle est présent dans de nombreuses populations à des fréquences relativement élevées. Pourquoi la ‘Sélection Naturelle’ ne l’a-t-elle pas remplacé par l’allèle ApoE3 plus bénéfique à la santé ?

 

L’Apolipoprotéine E contribue largement à la production de cholestérol qui est lui-même un précurseur dans le métabolisme de production d'œstrogène et de progestérone au niveau de l’ovaire. Ainsi, le gène ApoE est un candidat potentiel des variations de performance dans la reproduction et la fertilité.

 

Nos résultats appuient cette hypothèse. Notre étude sur 117 femmes aux menstruations régulières a montré que celles qui sont porteuses d’au moins un allèle ApoE4 ont des taux plus élevés de progestérone lutéale (hormone de la grossesse) que celles qui n’ont aucun allèle ApoE4.

Le taux moyen de progestérone est de est de 144,21 pmol / L pour les porteuses de l’allèle 4 contre 120,49 pmol / L pour les autres. Ce qui indique une meilleure fertilité potentielle.

 

Nous suggérons que le constat de cette élévation du taux de progestérone chez les femmes avec l'ApoE4 est une première preuve solide du mécanisme évolutif de maintien de cet allèle ancestral dans les populations humaines.

Cette pléiotropie antagoniste contribue aussi à expliquer la grande fréquence de la maladie d’Alzheimer chez les femmes âgées.

Bibliographie

Jasienska G, Ellison PT, Galbarczyk A, Jasienski M, Kalemba-Drozdz M, Kapiszewska M, Nenko I, Thune I, Ziomkiewicz A.
Apolipoprotein E (ApoE) polymorphism is related to differences in potential fertility in women: a case of antagonistic pleiotropy?
Proceedings of the Royal Society B 282: 20142395. (2015).
DOI: 10.1098/rspb.2014.2395

 

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Écoutez les chroniques médicales

La phrase biomédicale aléatoire

Et voici, hors de toute mesure, l'étendue du domaine clinique. Démêler le principe et la cause d'une maladie à travers la confusion et l'obscurité des symptômes ; connaître sa nature, ses formes, ses complications ; distinguer au premier coup d'œil tous ses caractères et toutes ces différences ; séparer d'elle au moyen d'une analyse prompte et délicate tout ce qui lui est étranger ; prévoir les événements avantageux et nuisibles qui doivent survenir pendant le cours de sa durée ; gouverner les moments favorables que la nature suscite pour en opérer la solution ; estimer les forces de la vie et l'activité des organes ; augmenter ou diminuer au besoin leur énergie ; déterminer avec précision quand il faut agir et quand il convient d'attendre ; se décider avec assurance entre plusieurs méthodes de traitement qui offrent toutes des avantages et des inconvénients ; choisir celle dont l'application semble permettre plus de célérité, plus d'agrément, plus de certitude dans le succès ; profiter de l'expérience ; saisir les occasions ; combiner toutes les chances, calculer tous les hasards ; se rendre maître des malades et de leurs affections ; soulager leurs peines ; calmer leurs inquiétudes ; deviner leurs besoins ; supporter leurs caprices ; ménager leur caractère et commander à leur volonté, non comme un tyran cruel qui règne sur des esclaves, mais comme un père tendre qui veille sur la destinée de ses enfants.
― Charles Louis Dumas en 1807 (Eloge de Henri Fouquet)

Haut de page