lucperino.com

Bel avenir des dépistages de cancer

humeur du 06/10/2016

Dans les incessantes polémiques sur l’utilité des dépistages en cancérologie, les données de la science tiennent bien peu de place, loin derrière l’idéologie et les émotions.
Plus les études avancent, plus il apparaît que ces dépistages ont un intérêt nul ou négligeable en termes de santé publique, et plus les études incluent les paramètres de qualité de vie, plus ces dépistages se révèlent nuisibles en terme de santé individuelle.

Mais les opinions des patients, ainsi que de nombreux médecins et décideurs, ne sont pas modifiées par toutes ces analyses, car leurs principaux déterminants sont d’ordre psycho-social.

Du côté des décideurs et des médecins, le drame du cancer se traduit par des « il faut bien faire quelque-chose », « on ne peut pas rester sans rien faire ». Et cet activisme émotionnel conduit à considérer que toute action, par le seul fait d’être engagée, est dispensée de la preuve de son efficacité. À tel point que le succès d’un dépistage ne se mesure pas en gain de vie, mais en nombre de participants.

Du côté des patients, tout se résume aux « intimes convictions ». Ceux à qui l’on a dépisté un petit cancer ont l’intime conviction que leur vie a été sauvée grâce à ce dépistage précoce, et leurs médecins en sont flattés. Ceux à qui l’on a diagnostiqué un cancer avancé ont l’intime conviction que ce cancer aurait pu être évité s’il avait été dépisté avant, et leurs médecins en sont culpabilisés.
Ceux qui tentent d’ébranler ces deux convictions passent au mieux pour des ignorants, au pire pour des inconscients.

Ces convictions sont si intimes qu’elles confinent à une confusion entre dépistage et prévention, alors qu’il n’y a aucun rapport entre les deux. Le dépistage a pour but de trouver un cancer déjà présent, la prévention a pour but d’empêcher sa survenue. Aucun dépistage ne peut empêcher la survenue d’un cancer.

Enfin, du côté des citoyens, l’irrationalité des choix est encore plus surprenante puisque deux-tiers de nos contemporains sont prêts à se soumettre à un dépistage, même pour des maladies où n’existe aucun soin !

Ce ne sont donc pas les résultats des études qui peuvent ébranler ces intimes convictions et ces choix irrationnels. Plusieurs pays abandonnent déjà certains de ces dépistages de masse, devant les preuves de leur inutilité ; mais ne doutons pas que les dépistages dits ‘sauvages’ continueront. Car devant une clientèle aussi captive, les marchands de dépistages n’auront même pas besoin de convoquer la science pour développer leur argumentaire. Une boule de cristal suffit largement.

Bibliographie

Croswell JM, Baker SG, Marcus PM, Clapp JD, Kramer BS
Cumulative Incidence of False-Positive Test Results in Lung Cancer Screening: A Randomized Trial
Ann Intern Med. 2010;152(8):505-512
DOI : 10.7326/0003-4819-152-8-201004200-00007

ERSPC
The European Randomised Study of Screening for Prostate Cancer

Frangos JE, Duncan LM, Piris A, Nazarian RM, Mihm MC Jr, Hoang MP, Gleason B, Flotte TJ, Byers HR, Barnhill RL, Kimball AB
Increased diagnosis of thin superficial spreading melanomas : a 20-years study
J Am Acad Dermatol. 2012 Sep;67(3):387-94
DOI : 10.1016/j.jaad.2011.10.026

Gotzsche PC, Olsen O
Is screening for breast cancer with mammography justifiable?
The Lancet 355: 129+. January 2000
DOI : 10.1016/S0140-6736(99)06065-1

HAS
Dépistage du cancer de la prostate par PSA
http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1238094/fr/depistage-du-cancer-de-la-prostate-par-dosage-du-psa-interet-non-demontre-chez-les-hommes-presentant-des-facteurs-de-risque

International Early Lung Cancer Action Program Investigators (IELCAP)
Computed tomographic screening for lung cancer: individualising the benefit of the screening
Eur Respir J. 2007 Nov;30(5):843-7

Patz EF, Pinsky P, Gatsonis C, Sicks JD, Kramer BS, Tammemagi MC, Chiles C, Black WC, Aberle DR ,NLST Overdiagnosis Manuscript Writing Team
Overdiagnosis in Low-Dose Computed Tomography Screening for Lung Cancer
JAMA Intern Med. 2014;174(2):269-274
DOI : 10.1001/jamainternmed.2013.12738

Perino Luc
Sociologie du dépistage
http://www.lucperino.com/blogs/depistage_sociologie.php

Perino Luc
Dépistage du cancer de la prostate : réflexion sur une polémique dépassée
Médecine, vol 7, N° 8, octobre 2011, p:371-376 DOI :
DOI : 10.1684/med.2011.0752

Perrin P , Azzouzi AR , Delbecq D
Faut-il dépister le cancer de la prostate ? Le grand débat
La Recherche, décembre 2013, N° 482, p 75-77

PLCO
The Prostate, Lung, Colorectal and Ovarian Cancer ScreeningTrial

Salerni G et coll
Melanoma detected in a follow-up program compared with melanoma referred to a melanoma unit
Arch Dermatol, 2011, 147, p. 549-55

Schuster S
Malignant melanoma : how error amplification by screening creates spurious disease
Br J Dermatol, 2009, 161, p. 977-9

Schwartz LM et al
Enthusiasm for cancer screening in the United States
JAMA 2004, 291(1) : 71-78
DOI : 10.1001/jama.29.1.71.

US Preventive Services Task Force
Screening for Skin Cancer : US Preventive Services Task Force Recommendation Statement
JAMA. 2016;316(4):429-435
DOI : 10.1001/jama.2016.8465

US Preventive Services Task Force
USPSTF, Screening for prostate cancer : recommendation statement draft : summary of recommendation and evidence,
http://www.uspreventiveservicetaskforce.org/draftrec3.htm. october 7, 2011

Viguier J , Junod B, Consalvi A
Faut-il dépister le cancer du sein ? Le grand débat
La Recherche, Juin 2012, N° 465, P 81

William Kremer
Do doctors understand test results?
http://www.bbc.com/news/magazine-28166019

>

Écoutez les chroniques médicales

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Parachutes gériatriques - C’est vrai, cela existe ! Je n’en ai jamais prescrit, mais je sais que cela se vend [...]

Vaccinations : entre sectarisme et dogmatisme - Lorsque les historiens du futur jugeront la médecine (hors chirurgie), la « triade pastorienne [...]

Arithmétique du DSM - Le premier manuel diagnostique et statistique des maladies mentales, plus connu sous le [...]

Bel avenir des dépistages de cancer - Dans les incessantes polémiques sur l’utilité des dépistages en cancérologie, les [...]

Séniors, désormais tout est clair - En quête désespérée de croissance, le gouvernement vient d’annoncer son intention de [...]

La phrase biomédicale aléatoire

La Providence a été extrêmement bienveillante et généreuse avec nous, en nous fournissant un certain soulagement, même si ce n'est pas un remède, pour nos douleurs les plus intenses et nos malheurs extrêmes. Lorsque notre patience est à bout, et nos douleurs devenues insupportables, nous avons à portée de la main un médicament qui n'est pas uniquement un soulagement momentané, mais un miracle continuel et durable. Seul celui qui l'a longtemps désiré et a ressenti son aide douce et amicale pendant les souffrances atroces peut parler de ses merveilleux effets et de la grande bonté de Celui qui nous l'a octroyé. Je veux parler de l'opium et de sa solution, le laudanum.
― George Cheyne en 1720

Publications et articles référencés

Alzheimer : cacophonie sur les médicaments - Le Monde - Cahier sciences et médecine - 8 nov 2016 [...]

Pour une épistémologie du soin : maladies réelles, virtuelles et potentielles - Médecine 2016 ; 12 (06) : 267–272 [...]

Plaidoyer pour plus de science en médecine - Le Monde - Sciences et médecine - 7 sept 2016 [...]

Raisonnement évolutionniste en médecine - Médcine, 12(3), mars 2016, p 122-7 [...]

Crises sanitaires et principes de réalité - H&B. la revue d'humanité et biodiversité. Hors-Série 2015; p 90-99 [...]

Haut de page