lucperino.com

Ne plus déclencher la venue au monde

humeur du 13/03/2013

Ne plus déclencher la venue au monde

Dans la série des informations alarmistes sur les médicaments, le dernier épisode est celui du misoprostol (alias Cytotec®). Cette prostaglandine, vendue comme traitement de l’ulcère de l’estomac, est utilisée depuis longtemps par les médecins, hors autorisation, pour déclencher les accouchements.
Jeter la pierre aux obstétriciens, sans en profiter pour faire de l’éducation sanitaire à destination des femmes enceintes, serait encore un coup d’épée médiatique dans l’eau.

Le risque ne se situe ni dans les méthodes ni dans les médicaments utilisés pour déclencher un accouchement, le risque majeur est le déclenchement, en lui-même.

En 1980, environ 10% des accouchements étaient artificiellement déclenchés, le plus souvent pour des raisons médicales.
Aujourd’hui, 25% des accouchements sont déclenchés. Cette rapide augmentation résulte de la multiplication des déclenchements dits « de convenance » soit à la demande des patientes, soit pour faciliter la vie de l’obstétricien ou du service de maternité. Le déclenchement n’a presque plus rien de médical, puisque son taux varie de 15 à 50% selon les maternités !

Il faut parfois oser dire les choses crûment : les ¾ des raisons de déclenchement sont « fantaisistes », « capricieuses » ou « commerciales » ; elles ramènent l’accouchement à un produit de consommation courante. Alors que l’on possède déjà de solides données sur les risques bien réels de ces déclenchements artificiels.

Le déclenchement provoqué double le risque d’embolie amniotique (troisième cause de mort maternelle). Il double le risque de césarienne dont on connaît déjà les nombreux méfaits sanitaires pour la mère et l’enfant. Le déclenchement de convenance multiplie par 7 – j’ai bien dit sept – le nombre des admissions en réanimation néonatale !

Alors que l’on fustige notre endettement, notre mode de vie, notre empreinte carbone pour leurs impacts, encore abstraits, sur les générations futures, nous ne savons même pas analyser les preuves d’un impact réel et immédiat sur la génération d’aujourd’hui
Espérons que la nouvelle aventure du misoprostol nous permette de réaliser à quel point nos parturientes sont, soit très capricieuses, soit très mal informées. Espérons que cette nouvelle fièvre médiatique autour d’un médicament nous aide à montrer du doigt ces nouvelles pratiques obstétricales où règnent trop de complaisance, trop de cupidité ou trop d’inconscience.

Utiliser le Cytotec® hors autorisation peut relever d’une pratique bien maîtrisée.
Provoquer un accouchement sans raison médicale valable est une faute grave.

Bibliographie

Recommandations professionnelles : Déclenchement du travail à partir de 37 semaines d’aménorrhée.
HAS 2008.

Battista L, Chung J, Lagrew D,Wing D.
Complications of labor induction among multiparous women in a community- based hospital system.
Am J Obstet Gynecol 2007 ; 197 : 241-7.

Boers KE et coll.
Induction versus expectant monitoring for intrauterine growth restriction at term: randomised equivalence trial (DIGITAT)
BMJ 2010;341:c7087

Boulvain M, Marcoux S, Bureau M, Fortier M, Fraser W.
Risk of induction of labor in uncomplicated pregnancies.
Paediatr Perinat Epidemiol 2001 ; 15 : 131-9.

Boulvain M, Stan C, Irion O.
Membrane sweeping for induction of labor.
The Cochrane Data Base of Systematic Reviews 2005 ; Issue 1.

Cammu H, Martens G, Ruyssinck G, Amy J.
Outcome after elective labor induction in nulliparous women: a matched cohort study.
Am J Obstet Gynecol 2002 ; 186 : 240-5.

Goffinet F, Dreyfus M, Crabonne B, Magnin G, Cabrol D.
Enquête des pratiques de maturation du col et de déclenchement du travail en France.
J Gynecol Obstet BiolR eprod 2003 ; 32 : 638-46.

Hoffman M, Vahratian A, Sciscione A, Troendle J, Zhang J.
Comparison of labor progression between induced and noninduced multiparous women.
Obstet Gynecol 2006 ; 107(5) : 1029-34.

Kramer M et coll.
Amniotic-fluid embolism and medical induction of labour : a retrospective, population-based cohort study.
Lancet 2006; 368: 1444-48.

National Institute for Clinical excellence
Induction of labor
London; NICE 2001.

Out J, Vierhout M, Verhage F, Duivenvoorden H,Wallenburg H.
Characteristics and motives of women choosing elective induction of labor.
J Psychosom Res 1986 ; 30 : 375-80.

Stock S.J et coll.
Outcomes of elective induction of labour compared with expectant management: population based study.
BMJ 2012;344:e2838
DOI : 10.1136/bmj.e2838.

Vahratian A, Zhang J, Troendle J, Sciscione A, Hoffman M.
Labor progression and risk of cesarean delivery in electively induced nulliparas.
Obstet Gynecol 2005 ; 105 : 698-705.

Vrouenraes F, Roumen F, Dehing C, van de Akker E, Aarts M, Sceve E.
Bishop score and risk of cesarean delivery after induction of labor in nulliparous women.
Obstet Gynecol 2005 ; 105 : 690-7.

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Parachutes gériatriques - C’est vrai, cela existe ! Je n’en ai jamais prescrit, mais je sais que cela se vend [...]

Mon répondeur chez le psychiatre - Les répondeurs automatiques qui vous donnent les choix 1, 2 ou 3, après avoir tapé [...]

Requins, platanes ou bolides - Les requins sont les plus redoutés des carnivores marins, et ils sont en très [...]

Transition du chirurgien esthétique - (Réflexions d’un médecin de gauche qui souffre après l'affaire Cahuzac...) [...]

Le grand jeu des caractères sexuels secondaires - L’innovation de la sexualité a été une grande étape dans l’Histoire de la vie dont [...]

Haut de page