lucperino.com

Saga hypertension

humeur du 06/03/2013

Saga hypertension

Il y a un demi-siècle, l’hypertension artérielle commençait à 16 pour la systolique (le premier chiffre, et aussi le plus connu) et à 10 pour la diastolique (le deuxième chiffre). On avait aussi coutume de considérer l’âge : la systolique était trop forte si elle dépassait 10 + le chiffre des dizaines (14 à 40 ans, 16 à 60 ans…). C’était alors la préhistoire de cette entité complexe qu’est l’hypertension.

Puis, un consensus international validé par l’OMS a décrété que l’hypertension artérielle commençait à 14/9, tous âges confondus. La vieillesse n’avait plus de particularité clinique.
Cette pathologie devint alors rapidement épidémique

Même si l’on mesurait rarement la tension dans le tiers-monde, une étude de 2005 publiée dans « The Lancet » estimait qu’il y aurait plus de 1,5 milliards d’hypertendus dans le monde en 2025. Soit presque la moitié de la population adulte. Pour obtenir ces chiffres, les auteurs avaient fait des extrapolations à partir des données de Grande Bretagne en les appliquant au tiers-monde. L’hypertension devint soudain plus redoutable que le paludisme.

On comprit cependant que ces chiffres étaient excessifs en raison du fameux phénomène de l’hypertension de la blouse blanche. Toute tension mesurée au cabinet médical dépasse de 1, 2, voire davantage, le chiffre mesuré par le patient chez lui. Certains ont même suggéré de ne plus mesurer la tension au cabinet médical pour éviter les excès diagnostiques.
Puis, la tendance s’est inversée en considérant que l’hypertension de la blouse blanche était le précurseur d’une hypertension réelle. Les chiffres de 2025 étaient donc en-dessous de la nouvelle réalité.

L’épidémie risque de s’aggraver, car de nouvelles publications abordent le concept d’une pré-hypertension qui débuterait à 12/8 et serait préoccupante chez les obèses, les sédentaires et d’autres sujets à risque. Cette pré-hypertension étant promise à un bel avenir, le business-plan pour 2025 doit désormais compter sur la quasi-totalité de la population adulte mondiale.

Cependant, des faits nouveaux laissent supposer que certains patients échapperont au traitement. Nous savons aujourd’hui qu’il est préférable de ne pas trop faire baisser la tension diastolique des patients ayant eu une coronaropathie, ainsi que celle des personnes âgées, car cela augmentele risque de démence et de quelques autres pathologies. La vieillesse retrouve un peu sa particularité clinique.

Nous savons aussi, que malgré l’existence de 16 classes pharmacologiques d’antihypertenseurs, les diurétiques, très anciens et très bon marché, sont largement suffisants pour baisser la tension. Ce qui est une bonne nouvelle pour les « vrais » hypertendus du tiers-monde.

Enfin, nous avons acquis la certitude qu’un peu d’exercice physique et de simples règles diététiques suffisent à corriger la grande majorité des hypertensions. Cela rejoint les recommandations d’Hippocrate qui n’utilisait pas encore le tensiomètre.

Bibliographie

Baguet J P et al.
Updated meta-analytical approach to the efficacy of antihypertensive drugs in reducing blood pressure
Clinical Drug Investigation 2007; 27 (11): 735-53

Chengxuan Qiu et coll.
Decline in blood pressure over time and risk of dementia. A longitudinal study from trie Kunghsolmen project.
Stroke 2004 ; 35 :1810-1818.

Fung TT et coll.
Adherence to a DASH-Style Diet and Risk of Coronary Heart Disease and Stroke in Women.
Arch Intern Med. 2008;168:713-720.

Gambino BS et coll.
High-normal blood pressure is associated with a cluster of cardio-vascular and metabolic risk factors: a population-based study
:Journal of Hypertension 2009; 27(1) 102-108

Hu G et coll.
Relationship of physical activity and body mass index to thé risk of hypertension : a prospective study in Finland.
Hypertension 2004; 43: 25-30.

Kearney P et coll.
Global burden of hypertension: analysis of worldwide data.
Lancet 2005; 365: 217-23.

Kshirsagar AV et coll.
Blood pressure usually considered normal is associated with an elevated risk of cardiovascular disease.
Am J Med. 2006 ;119 :133-41.

Little P et coll.
Randomised controlled factorial trial of dietary advice for patients with single high blood pressure reading in primary care.
Br Med J 2004 ; 328:1054-1057.

Messerli FH et coll.
Dogma disputed : can aggressively lowering blood pressure in hypertensive patients with coronary artery disease be dangerous ?
Ann Int Med 2006; 144: 884-893.

Myers MG et coll
Conventional versus automated measurement of blood pressure in primary care patients with systolic hypertension: randomised parallel design controlled trial
BMJ. 2011 Feb 7; 342 : d286.
DOI : 10.1136/bmj.d286

Nualnim N et coll.
Effects of Swimming Training on Blood Pressure and Vascular Function in Adults >50 Years of Age.
Am J Cardiol. 2012 Jan 11.

Pitsavos C et coll
Abdominal obesity and inflammation predicts hypertension among prehypertensive men and women: the ATTICA Study.
Heart and vessels 2008; 23 : 96-103

Ungar A et coll.
Low diastolic ambulatory blood pressure is associated with greater all-cause mortality in older patients with hypertension : A drug-utilization study in Dicomano, Italy.
Journal of the American Geriatrics Society 2009 ; 57 : 291-6.

Van Hateren JJ et coll.
Lower blood pressure associated with higher mortality in elderly diabetic patients (ZODIAC-12).
Age ageing 2010; 39: 603-609.

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Drogues du terrorisme - L’éthologie a démontré les nombreux mécanismes d’inhibition mis en place par [...]

Publicité compassionnelle - Le 19 février, dans le Monde, une pleine page de publicité pour alerter l’opinion sur [...]

Prostate : fable du PSA - Le dépistage du cancer de la prostate par le dosage du PSA est dénoncé comme inefficace, [...]

Inné ou acquis ? - Les caractères individuels ont toujours alimenté de vigoureux débats sur les parts respectives [...]

Êtes-vous siglophone ? - “Les trois qualités d'un mot sont d'être nécessaire, intelligible et sonore”. [...]

Haut de page