lucperino.com

Le coup de l'anosognosie

humeur du 28/09/2011

Le coup de l'anosognosie

Le diagnostic officiel de Jacques Chirac est celui d’anosognosie qui signifie la non-reconnaissance par un patient de son état pathologique.
Ce rapport médical ne contient probablement que des vérités, il souffre cependant d’une grave lacune : l’anosognosie n’est pas une maladie mais un symptôme.

Quel que soit son intérêt ou son désintérêt pour l’épistémologie médicale, le professeur qui a officialisé ce diagnostic à l’intention des médias ne peut pas ignorer la différence entre une maladie et un symptôme.

D’après les dires de son entourage, notre ancien président souffre aussi de troubles importants de la mémoire immédiate, il ne reconnait pas les visages familiers (prosopagnosie) et n’est plus en prise avec la réalité (agnosie). Lors de diverses apparitions publiques, il a été facile de constater aussi sa perte des convenances et la levée des inhibitions les plus fondamentales.

Tous ces symptômes réunis chez le même patient ne laissent aucun doute sur le diagnostic réel que la plupart de mes confrères ont fait depuis longtemps.
Jacques Chirac n’est donc pas atteint d’un symptôme unique au nom ésotérique et médiatique, mais d’une maladie fort courante dont tout médecin peut établir le diagnostic clinique avec certitude.

Il y a certainement des raisons très louables pour lesquelles ses médecins n’ont pas prononcé le nom de la maladie. La première est de ne pas heurter l’entourage qui ne souhaitait pas entendre ce nom, car il est des mots qui aggravent la douleur des proches. La seconde consiste à respecter un illustre personnage en ne l’affublant pas d’un diagnostic que l’on considère comme dévalorisant.

C’est ici qu’il convient de critiquer ce bulletin de santé. Il est en effet insultant pour tous les patients atteints de démence de suggérer un aspect péjoratif de cette pathologie. Cela est également irrespectueux pour la souffrance terrible et bien réelle de leur entourage. Enfin, cela est irrespectueux pour les médecins qui osent nommer et affronter cette terrible réalité avec les familles.

La maladie de Waldenström à laquelle avaient succombé le Shah D’Iran et les présidents Boumediene et Pompidou, avait fini par être assimilée à une maladie de chef d’état.
Le nom de Jacques Chirac ne sera pas ajouté à cette illustre liste, il viendra s’ajouter à celle des illustres déments tels que Ronald Reagan, Margaret Thatcher ou Annie Girardot.

Il est regrettable de ne pas prononcer le nom de démence vasculaire ou celui de maladie d’Alzheimer qui n’ont ni l’une ni l’autre de relation avec le statut social et les capacités cognitives passées des patients atteints. Ces manipulations grossières embrouillent le peuple et l’éloignent encore plus de la médecine et de la politique.

Le diagnostic ne sera pas le même selon que vous serez puissant ou misérable, on pourra déguiser un symptôme au nom complexe pour en faire une maladie.

Nul ne s’étonnera ensuite que le peuple dénonce une justice ou une médecine à deux vitesses, puisque l’injustice envahit désormais le domaine diagnostique.

Bibliographie

Rapport des propos du Pr Olivier Lyon-Caen
Jacques Chirac souffre d'anosognosie
Le Monde, 04 sept 2011

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Lâche-moi la thyroïde - Le dépistage des cancers est le sujet où se constate le plus grand écart entre la réalité [...]

Choisir entre la mère et l'enfant - Les femmes paient un lourd tribut à l’évolution : la bipédie et le gros volume cérébral [...]

Nous y revoilà - Google est un outil extraordinaire qui me permet d'accéder à presque tous les livres de notre [...]

L’inégalité d’accès aux soins n’est plus ce qu’elle était - Dans les années 1960, vingt ans après la création de la sécurité sociale, les dépenses de [...]

Pilule et tabac libérateurs - Comme tous les médicaments, la pilule peut tuer. Chaque année, 0,03% de la population [...]

Haut de page