lucperino.com

Urgences : urgence

humeur du 12/01/2009

Urgences : urgence

L'urgence médicale a moins de quarante ans. Auparavant, l'exercice médical la contrôlait en optimisant le temps entre les diagnostics "commerciaux" et les interventions d'assistance sur le terrain. Les premiers payaient les seconds. Le concept d'urgence médicale est une construction sociale ayant fort peu de rapport avec les réalités cliniques. Avant la création de ce concept, les praticiens considéraient les appels nocturnes ou dominicaux comme indissociables de leur fonction, donc inéligibles aux motifs de contestation.

Le brutal engouement des années 70 pour la spécialisation d'organe peut s'expliquer en partie par les progrès de la médecine notamment en matière diagnostique. Ces progrès sont insuffisants pour expliquer les spécialisations d'âge (pédiatrie, gériatrie) ou de sexe (gynécologie) et ils le sont encore moins pour expliquer la spécialisation de délai (urgentiste). L'impératif de transport ne se justifie pas puisque les écoles de l'urgence se répartissent en deux camps : le bag and drag américain (on emballe et on s'arrache) et le stabiliser sur place de l'école française.

Certes, les progrès thérapeutiques ont quelque peu amélioré la survie de divers infarctus ou autres embolies, mais ils sont infimes aux côtés des progrès de leur diagnostic et de leur prise en charge à long terme. Toutes les études montrent que cette affirmation, susceptible de déclencher des cris d'effraie, reste peu contestable si elle est bien lue et bien comprise.

Ainsi, les vecteurs de pénétration sociale du concept d'urgence sont essentiellement médiatiques (marketing outrancier des SMUR et SAMU), romantiques (séries télévisées sur l'urgence), affectifs (amours enfantines pour les pompiers), financiers (service public et paupérisation) et aussi corporatistes.

Peu importerait, après tout, que cette analyse soit pertinente ou non, si le résultat était un réel progrès sanitaire. Hélas, la crise actuelle de l'urgence ébranle notre système médical au point de provoquer un recul sanitaire. D'un point de vue social, voire anthropologique, cette crise d'engorgement était prévisible puisque la discipline de la file d'attente (sur l'autoroute, au supermarché ou ailleurs) suppose une sérénité évidemment absente des problèmes sanitaires individuels bien ou mal évalués.

Désormais, le gouvernement s'agite pour déspécialiser l'urgence et la rendre à son régulateur naturel qui est le médecin de l'individu souffrant, j'ai nommé le généraliste.

Hélas, l'impossibilité du retour en arrière était tout aussi prévisible, car désormais dissociée de la fonction, l'urgence est devenue éligible aux motifs de controverse.

D'autant plus qu'entre-temps, les généralistes, débordés par la prescription de statines et d'hypoglycémiants à des sexagénaires en bonne santé, en sont parfois arrivés à refuser jusqu'aux sutures et incisions d'abcès pour le même tarif.

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Parler ou écouter - Il est impossible de lire un article sur la relation médecin/patient sans que le mot [...]

Sociologie du dépistage - D’après les méta-analyses les plus récentes, le dépistage du cancer du sein [...]

Épidémies de suicide - En 1774, la publication des « Souffrances du jeune Werther » a provoqué une épidémie de [...]

Mediator : pas de corruption hélas ! - L’affaire du Mediator arrive à la suite d’une série déjà longue qui avait [...]

Coliques du nourrisson : inquiétante perspective - Récemment, un article médical sur les coliques du nourrisson, publié dans une revue [...]

Haut de page