lucperino.com

Livres de biologie et médecine évolutionnistes

Ecologie de la santé

Blanc S, Boëtsch G, Hossaert-McKey M, Renaud F. ▪ Cherche-Midi et Presses du CNRS, 2017

Plusieurs écologues du CNRS approchent ici les nouveaux problèmes sanitaires : émergence de nouveaux pathogènes, antibiorésistance, maladies environnementales.
Ils le font à la lumière de l'écologie scientifique, en examinant l'évolution des comportements alimentaires, des modes de vie, des paysages agricoles et urbains.

PLus que jamais, ils pointent la nouvelle nécessité de remonter aux sources de nos maux et non pas seulement à leurs symptômes pour les comprendre et tenter d'y remédier.

Cet ouvrage s'inscrit dans le nouveau courant de médecine évolutionniste qui tente de réunir médecins, sociologues, biologistes et évolutionniste dans une réflexion globale et interdisciplinaire autour des problèmes sanitaires.

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

La phrase biomédicale aléatoire

Subordonné à une multitude d'usages spécifiques, le concept de maladie est normatif, au sens où il commande des actions par imposition de valeurs. Est malade, pour le médecin, celui qu'il doit traiter, pour l'assureur, celui qu'il doit rembourser, pour la société, celui à qui on doit indulgence et secours, et pour les malades eux-mêmes, celui qui est entravé dans son action habituelle et ne peut faire ce qu'il veut ou doit faire.
― Maël Lemoine

La phrase biomédicale aléatoire

Il y a des médecins qui craignent et fuient la contre-épreuve ; dès qu'ils ont des observations qui marchent dans le sens de leurs idées, ils ne veulent pas chercher des faits contradictoires, dans la crainte de voir leurs hypothèses s'évanouir.
― Claude Bernard

Haut de page