lucperino.com

Effet abscopal

dernière mise à jour le 29/03/2016

Par la multiplication cellulaire et le risque de mutation à chaque division, l’apparition de cellules cancéreuses, doit être vue comme un phénomène naturel aléatoire, plutôt que comme une véritable pathologie cellulaire. Il est désormais certain que notre organisme abrite régulièrement des cellules cancéreuses qu’il sait éliminer par son système immunitaire, bien avant que n’apparaissent des tumeurs cliniquement décelables.

Nous savons aussi que le processus tumoral dans son ensemble répond aux lois de l’évolution par la lutte, d’une part, entre le système immunitaire et la tumeur, d’autre part, entre cellules tumorales elles-mêmes.

Les métastases sont le stade ultime de la maladie cancéreuse, lorsque le système immunitaire est débordé et que des cellules cancéreuses ‘victorieuses’ peuvent s’adapter à de nouveaux tissus, débarrassées de leurs ennemies de la tumeur primitive, et sans l’assistance de leurs clones restés dans le tissu d’origine.

Pour ceux qui douteraient de cette vision écosystémique et immunitaire du cancer, l’effet abscopal, bien que rare, vient en fournir une belle démonstration.

Décrit pour la première fois en 1953, l’effet abscopal (du latin « à distance de la cible ») est le phénomène de régression d’une métastase suite à une irradiation thérapeutique visant une autre métastase ou la tumeur primitive. Parmi les explications possibles de ce phénomène, la plus probable est celle d’une immunité naturelle induite par l’irradiation. L’inflammation sur le site de l’irradiation, en détruisant les cellules tumorales, favorise la présentation d’antigènes et la production de cellules dendritiques qui vont pouvoir agir à distance.

L’idée de renforcer cette réaction immunitaire lors d’une irradiation peut avoir en théorie l’effet d’une immunothérapie systémique spécifique du cancer considéré.

Certains ont utilisé le GM CSF (Granulocyte-Macrophage Colony-Stimulating Factor) connu pour favoriser la maturation dendritique et accentuer l’effet abscopal chez des patients traités par radiothérapie pour un cancer métastasé.

Comme toujours, pour les cancers au stade métastatique, les effets thérapeutiques sont modestes. Ils confirment cependant que cette vision évolutionniste des processus tumoraux contribue à ouvrir les esprits et à stimuler la recherche.

Bibliographie

Golden EB, Chhabra A, Chachoua A, Adams S, Donach M, Fenton-Kerimian M, Friedman K, Ponzo F, Babb JS, Goldberg J, Demaria S, Formenti SC
Local radiotherapy and granulocyte-macrophage colony-stimulating factor to generate abscopal responses in patients with metastatic solid tumours: a proof-of-principle trial
Lancet Oncol. 2015 Jul;16(7):795-803
DOI : 10.1016/S1470-2045(15)00054-6

Mole RH
Whole body irradiation; radiobiology or medicine?
Br J Radiol. 1953 May;26(305):234-41

Thariat J, Boudabous M
L’effet abscopal, synergie entre immunothérapie et radiothérapie
Bulletin du Cancer, 100(11), novembre 2013
DOI : 10.1684/bdc.2013.1850

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

Vous aimerez aussi...

Sélection sexuellement antagoniste dans l’homosexualité masculine - Plusieurs éléments de preuve indiquent l'existence de facteurs génétiques qui influencent [...]

Adaptation génétique à l'altitude - Les populations du Plateau tibétain ont acquis des adaptations héréditaires à l'altitude [...]

Douleur et empathie - Dans une perspective évolutionniste, l’expression faciale de la douleur est un [...]

Disparité sexuelle face à la maladie : gène OGT - Le déséquilibre chromosomique comme facteur de disparité de genre face à la maladie.   Il [...]

Procréation médicalement assistée : anomalies épigénétiques - L’aide médicale à la procréation induit-elle des anomalies épigénétiques [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Un jour vient où, toute agitation cessante, le médecin se demande quelle est sa vérité et sa place dans la profession. Aujourd’hui, je n’en doute plus, je suis un palpeur de ventre, un investigateur de vie, un décodeur d’imbroglios socio-sanitaires, un conteur de sagas individuelles, un omnipraticien de la plainte, un fouilleur de symptômes, un confesseur laïc, un fouineur de nuisances, un détective de physiologies, un attracteur d’angoisses, un artisan des psychés, un généraliste des organes, un sondeur d’âme, un étreignant d’épaules, un aventurier sanitaire, un clapotant de mains, un baroudeur de regards, un presseur de bras, un explorateur d’intimités, un optimiste de la biologie individuelle.
Sans emphase, je suis un clinicien.
Rien d’autre.
― Luc Perino

Haut de page