lucperino.com

Course entre l'obésité et son expertise

humeur du 05/04/2016

Ayurveda, médecine assyro-babylonienne, papyrus médicaux de l’Egypte pharaonique, école médicale grecque d’Hippocrate, et grands médecins des civilisations romaines et arabes, tous avaient observé les bénéfices de la diète et de l’exercice quotidien sur la santé.

Dès la renaissance, les progrès de la clinique ont permis de démontrer les effets néfastes des excès alimentaires et de la sédentarité. Cette nouvelle expertise des cliniciens confirmait ainsi les observations des médecins du Moyen-âge et de l’Antiquité en précisant le rôle des sucres et des graisses dans l’obésité. 

Avec l’avènement des sciences biomédicales au milieu du XX° siècle, des moyens d’investigation sophistiqués ont permis de comprendre la physiologie du stockage des graisses, l’insulinorésistance, ou encore la physiopathologie de l’athérosclérose. De multiples essais cliniques, expérimentations animales et méta-analyses statistiques ont mis en évidence les effets nocifs, d’une part, de la sédentarité qui s’était aggravée, d’autres part, des excès de sucres dont la consommation avait été multipliée par dix depuis le Moyen-âge.

A la fin du XX° siècle, avec l’éclosion de nouvelles spécialités et sous-spécialités médicales (endocrinologie, diététique, nutrition, gastro-entérologie, addictologie, diabétologie, chirurgie bariatrique), le nombre d’experts de l’obésité a rapidement augmenté, quoique moins vite que le nombre d’obèses. Ces experts, disposant de plus en plus de patients pour leurs études, utilisant les progrès de l’informatique et de la biologie moléculaire, ont pu modéliser les effets de la leptine, des facteurs insuline-like ou des peptides glucagon-like. Confirmant, de manière consensuelle, les effets délétères des excès alimentaires, notamment de sucres et de graisses.   

En ce XXI° siècle naissant, les progrès de la métagénomique nous permettent de découvrir le rôle du microbiote dans l’obésité, et le rôle du régime sur le microbiote. Nous sommes devenus capables de mesurer la concentration de graisses intramusculaires par spectroscopie en résonance magnétique nucléaire. Nous découvrons avec stupéfaction que trois jours de sédentarité et de régime gras suffisent à déclencher l’insulinorésistance.

Le nombre d’experts de l’obésité et de leurs études s’accumule de façon vertigineuse. Et selon la corrélation jamais démentie entre le nombre d’experts et le nombre d’obèses, les projections de l’OMS affirment que 30% de la population sera obèse en 2030, contre 15% aujourd’hui.

Devant ce problème insoluble de l’obésité, augmentons encore le nombre d’experts, poursuivons impérativement les recherches, consacrons-y une part encore plus importante du budget de la santé…

Cela nous permettra peut-être de découvrir un jour que la sédentarité et les excès alimentaires, notamment de sucres et de graisses, jouent un rôle dans cette pathologie.

Bibliographie

Kelly T, Yang W, Chen CS, Reynolds K, He J
Global burden of obesity in 2005 and projections to 2030
Int J Obes (Lond). 2008 Sep;32(9):1431-7
DOI : 10.1038/ijo.2008.102

Stettler R, Ith M, Acheson KJ, Décombaz J, Boesch C, Tappy L, Binnert C
Interaction between dietary lipids and physical inactivity on insulin sensitivity and on intramyocellular lipids in healthy men
Diabetes Care. 2005 Jun;28(6):1404-9

Écoutez les chroniques médicales

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Vaccinations sanitaires et marchandes - Pendant très longtemps, le commerce des vaccins n’a pas répondu aux règles du marché. [...]

La pharmacie du facteur - Est-ce que l’hypertension artérielle ou le diabète de type 2 sont des maladies ? Non, ils [...]

Hypertension des personnes âgées - Impudent qui oserait contester un traitement contre l’hypertension chez quelque patient, [...]

Dépression de noël - Les pathologies varient selon les pays et les époques. Le terme de pathocénose désigne [...]

L’apogée médicale serait déjà loin - Le succès médical de l’insuline en 1921 s’est accompagné d’un succès commercial [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Une science du vivant qui prétendrait se priver de la subjectivité commencerait par amputer la moitié du monde. Une science du vivant qui ne ferait aucun usage des affinités mériterait à peine le nom de science ; ce serait un savoir abstrait, parcellaire, racorni - un savoir idiot.
― Baptiste Lanaspeze (postface de Kinji Imanishi)

Haut de page