lucperino.com

Dépakine et les générations futures

humeur du 14/06/2017

Le scandale médicamenteux de la dépakine révèle une nouvelle évidence dans la philosophie du soin.

Comme ceux du thalidomide, les effets secondaires de la dépakine ont concerné les fœtus des patientes auxquelles étaient prescrits ces médicaments. Mais la comparaison s’arrête là. À l’époque du thalidomide, la pharmacovigilance était inconnue ou presque, et ce médicament n’avait aucun intérêt thérapeutique.  Inversement, Dépakine est un médicament utile qui est arrivé à une époque où l’on avait pris conscience du risque médicamenteux.

Le risque tératogène de la dépakine était connu depuis 1982 et clairement mentionné sur les notices et documents officiels. Cependant, jusqu’en 2006, les mêmes recommandations officielles mentionnaient de ne pas interrompre le traitement en cas de grossesse, car on pensait qu’une convulsion maternelle était plus dangereuse pour le fœtus que le médicament. Cette raison était avancée, malgré l’absence de données sérieuses pour la confirmer, mais elle avait une certaine esthétique et la faveur des neurologues. Cette étrange recommandation a été appliquée jusqu’à nos jours, c’est-à-dire plus de 35 ans après la preuve du risque fœtal, alors que nous disposions de bien d’autres traitements de l’épilepsie.

On peut, comme toujours, évoquer l’incompétence des autorités, la pression des lobbys, les conflits d’intérêts des spécialistes, le laxisme médical, les lacunes et biais des publications et la naïve soumission des patients. Mais ce scandale confirme avant tout une réalité de la pratique médicale : le mépris constant des générations futures. 

Le slogan écologiste des générations futures n’a manifestement pas atteint le monde médical. La grande majorité des obstétriciens ne se pose même pas la question de l’impact des nouvelles pratiques obstétricales (péridurale, déclenchement du travail, abus de césariennes), à moyen et long terme, sur les générations ainsi mises au monde. Les néonatologistes vantent, avec raison, les progrès de leur discipline qui peut désormais faire survivre des nourrissons de 500 gr, mais sont plus discrets sur les 80% de handicaps qui en résultent. Les pratiques de procréation médicale assistée négligent encore les répercussions de ces méthodes sur l’augmentation de fréquence de certaines pathologies rares. Les antidépresseurs continuent à être prescrits en cours de grossesse malgré leurs risques, avec des arguments peu documentés, voire fallacieux.

Apprécions les progrès médicaux auxquels nous devons beaucoup, évitons le catastrophisme, et ne sombrons pas dans un écologisme militant, mais étonnons-nous néanmoins de l’absence quasi-totale d’interrogations du monde médical sur la santé des générations futures. Le court-termisme qui a envahi tous les champs professionnels et politiques n’a manifestement pas épargné le monde médical.

Bibliographie

Auroux D
Des handicaps créés par l'homme
La Recherche, 282, déc 1995, p 51-59

Batton DG, DeWitte DB, Pryce CJ
One hundred consecutive infants born at 23 weeks and resuscitated
Am J Perinatol. 2011 Apr;28(4):299-304
DOI : 10.1055/s-0030-1268714

Bell AF, Erickson EN, Carter CS
Beyond labor : the role of natural and synthetic oxytocin in the transition to motherhood
J Midwifery Womens Health. 2014 January ; 59(1): 35–42
DOI : 10.1111/jmwh.12101

Bernitz S, Øian P, Rolland R, Sandvik L, Blix E
Oxytocin and dystocia as risk factors for adverse birth outcomes: a cohort of low-risk nulliparous women
Midwifery. 2014 Mar;30(3):364-70
DOI : 10.1016/j.midw.2013.03.010.

Boulvain M, Marcoux S, Bureau M, Fortier M, Fraser W
Risk of induction of labor in uncomplicated pregnancies
Paediatr Perinat Epidemiol 2001 ; 15 : 131-9

Cammu H, Martens G, Ruyssinck G, Amy J
Outcome after elective labor induction in nulliparous women: a matched cohort study
Am J Obstet Gynecol 2002 ; 186 : 240-5

Chevallier B, Nègre V, Bidat E, Lagardère B
Foetopathie au valproate et développement somatique et psychomoteur
Archives françaises de pédiatrie, 1989, 46, 8

Christianson AL, Chesler N, Kromberg JG
Fetal valproate syndrome: clinical and neuro-developmental features in two sibling pairs
Dev Med Child Neurol. 1994 Apr;36(4):361-9

DeBaun MR, Niemitz EL, Feinberg AP
Association of in vitro fertilization with Beckwith-Wiedemann syndrome and epigenetic alterations of LIT1 and H19
Am J Hum Genet. 2003 Jan;72(1):156-60

DiLiberti JH, Farndon PA, Dennis NR, Curry CJ
The fetal valproate syndrome
Am J Med Genet. 1984 Nov;19(3):473-81

El-Chaar D, Yang Q, Gao J, Bottomley J, Leader A, Wen SW, Walker M
Risk of birth defects increased in pregnancies conceived by assisted human reproduction
Fertil Steril. 2009 Nov;92(5):1557-61
DOI : 10.1016/j.fertnstert.2008.08.080

Gicquel C, Gaston V, Mandelbaum J, Siffroi JP, Flahault A, Le Bouc Y
In vitro fertilization may increase the risk of Beckwith-Wiedemann syndrome related to the abnormal imprinting of the KCN1OT gene
Am J Hum Genet. 2003 May;72(5):1338-41

Hennessy EM, Bracewell MA, Wood N, Wolke D, Costeloe K, Gibson A, Marlow N; EPICure Study Group
Respiratory health in pre-school and school age children following extremely preterm birth
Arch Dis Child 2008; 93 : 1037-1043
DOI : 10.1136/adc.2008.140830

Kytnarova J et coll
Post-natal growth of 157 children born as extremely premature neonates
J Pediatr Child Health., 2011; 47: 111-16

Le Bouc Y
L’aide médicale à la procréaion induit-elle des anomalies épigénétiques ?
Infertilité, 27 nov 2014

Robert E, Guibaud P
Maternal valproic acid and congenital neural tube defects
Lancet. 1982 Oct 23;2(8304):937

Tornqvist K, Finnström O, Källén B, Lindam A, Nilsson E, Nygren KG, Olausson PO
Ocular malformations or poor visual acuity in children born after in vitro fertilization in Sweden
Am J Ophthalmol. 2010 Jul;150(1):23-6
DOI : 10.1016/j.ajo.2010.01.035

Zhu JL et coll
Infertility, infertility treatment, and congenital malformations : Danish national birth cohort
Br Med J 2006; 355: 679-81

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Des médecines parallèles à la médecine intégrative - Auparavant, on nommait « parallèles », ces médecines qui soignaient leurs patients avec des [...]

Migraine d'un économiste - Ce matin-là, il sifflote, la vie est plutôt belle. Dans sa boîte aux lettres, pourtant [...]

Derrière mon stéthoscope - En inventant le stéthoscope, Laennec majora brutalement l’expertise des médecins. Les [...]

Cancer vaincu par la banalité - Depuis quelques années, la frénésie du dépistage a multiplié les diagnostics de cancer, [...]

Auto-prescription - (NB : Il s'agit bien ici de la prescription d'actes médicaux par les médecins et non de [...]

La phrase biomédicale aléatoire

J'affirme que dans toute science naturelle particulière, il ne se trouve de science au sens propre, qu'autant qu'il y a de mathématique.
― Emmanuel Kant

Haut de page