lucperino.com

Des dépistages inutiles aux dépistages dangereux

humeur du 04/01/2018

La controverse sur les dépistages organisés des cancers ne cesse d’enfler. Après la prostate, voici le sein dont le dépistage de masse vient d’être définitivement mis à mal. Les administrateurs eux-mêmes estiment que son dépistage organisé sera abandonné dans 10 ans : le temps qu’il faut au ministère pour préparer l’opinion sans être accusé d’abandonner les femmes. Tous les efforts se reportent actuellement sur le dépistage du cancer du côlon, riche de promesses, et encore trop récent pour être correctement évalué.   

Ici, notre propos concerne le cancer du poumon, pour lequel d’aucuns évoquent parfois subrepticement l’éventualité d’un dépistage organisé. Anachronique ténacité, puisque pour ce cancer-là, nous avons déjà suffisamment de preuves pour affirmer que son dépistage serait non seulement inefficace, mais probablement dangereux.

Tout dépistage de cancer infraclinique perd de sa pertinence au fur et à mesure que le traitement du cancer clinique s’améliore. Dans le cas du poumon, les progrès thérapeutiques chirurgicaux et médicaux ont permis de faire passer la médiane de survie de 6 mois en 1976, à presque 3 ans aujourd’hui ; ce qui, en cancérologie, est un résultat extraordinaire.

Les scanners thoraciques, de plus en plus fréquents dans nos pays, découvrent des milliers de nodules pulmonaires dont la plupart sont des incidentalomes, mais ces « riens » nécessitent trois ans de surveillance avant de pouvoir affirmer leur bénignité. De plus, les méthodes actuelles révèlent 15% à 35% de faux positifs et 25% de cancers à évolution nulle ou lente : soit 40 à 60% de diagnostics erronés ou inutiles !

La probabilité de découvrir un vrai cancer asymptomatique et évolutif (seul bénéfice théorique du dépistage) est de 6% après 80 ans, et seulement de 0,5% avant 60 ans ! En outre, plus le dépistage est fait chez une personne jeune, plus grande est la probabilité de mourir d’une autre cause : 37% des plus de 85 ans et 98% des moins de 60 ans ne mourront pas de leur cancer du poumon!

Ajoutons que les personnes ayant connaissance de leur cancer du poumon ont un taux de suicide cinq fois plus élevé, avec un pic juste après l’annonce du diagnostic (vrai ou faux). Encore plus surprenant, le stress de cette annonce multiplie par 12 le risque de mort cardio-vasculaire dans la semaine qui suit.

Mais le plus grand de tous les risques, difficile à évaluer, serait d’encourager tacitement au tabagisme (puisque la médecine veille). Ce serait alors le premier dépistage qui, en plus de provoquer une épidémie de diagnostics inutiles, provoquerait aussi une augmentation de fréquence de vrais cancers. Un tel dépistage pourrait paradoxalement profiter au lobby du tabac !

Espérons que la collusion des « fuites en avant » ne permette jamais d’atteindre un tel degré de médicalisation sociale... 

Bibliographie

Autier P, Boniol M, Koechlin A, Pizot C, Boniol M
Effectiveness of and overdiagnosis from mammography screening in the Netherlands: population based study
BMJ 2017;359:j5224
DOI : 10.1136/bmj.j5224

Croswell JM, Baker SG, Marcus PM, Clapp JD, Kramer BS
Cumulative Incidence of False-Positive Test Results in Lung Cancer Screening: A Randomized Trial
Ann Intern Med. 2010;152(8):505-512
DOI : 10.7326/0003-4819-152-8-201004200-00007

Fang F, Fall K, Mittleman MA, Sparén P, Ye W, Adami HO, Valdimarsdóttir U
Suicide and Cardiovascular Death after a Cancer Diagnosis
N Engl J Med 2012; 366:1310-1318April 5, 2012
DOI : 10.1056/NEJMoa1110307

Henschke CI et coll
Informing the decision about being screened for lung cancer
Lung Cancer Frontiers. Spring 2009. N°36

Ilie M et coll
Sentinel Circulating Tumor Cells allow Early Diagnosis of Lung Cancer in Patients with Chronic Obstructive Pulmonary disease
PLoS One, 2014; 9:e111597
DOI : 10.1371/journal.pone.0111597

International Early Lung Cancer Action Program Investigators (IELCAP)
Computed tomographic screening for lung cancer: individualising the benefit of the screening
Eur Respir J. 2007 Nov;30(5):843-7

Machado RF, Laskowski D, Deffenderfer O, Burch T, Zheng S, Mazzone PJ, Mekhail T, Jennings C, Stoller JK, Pyle J, Duncan J, Dweik RA, Erzurum SC
Detection of lung cancer by sensor array analyses of exhaled breath
Am J Respir Crit Care Med. 2005 Jun 1;171(11):1286-91

Patz EF, Pinsky P, Gatsonis C, Sicks JD, Kramer BS, Tammemagi MC, Chiles C, Black WC, Aberle DR ,NLST Overdiagnosis Manuscript Writing Team
Overdiagnosis in Low-Dose Computed Tomography Screening for Lung Cancer
JAMA Intern Med. 2014;174(2):269-274
DOI : 10.1001/jamainternmed.2013.12738

Phillips M, Gleeson K, Hughes JM, Greenberg J, Cataneo RN, Baker L, McVay WP
Volatile organic compounds in breath as markers of lung cancer : a cross-sectional study
Lancet. 1999 Jun 5;353(9168):1930-3

Prescrire rédaction
Dépistage des cancers du poumon
Revue Prescrire, Octobre 2013, Tome 33 N° 360; P 754-758

Rampinelli C, De Marco P, Origgi D, Maisonneuve P, Casiraghi M, Veronesi G, Spaggiari L, Bellomi M,
Exposure to low dose computed tomography for lung cancer screening and risk of cancer: secondary analysis of trial data and risk-benefit analysis
BMJ 2017;356:j347
DOI : 10.1136/bmj.j347

Soylemez Wiener R et coll
What Do You Mean, a Spot? A Qualitative Analysis of Patients’ Reactions to Discussions With Their Physicians About Pulmonary Nodules
CHEST 2013; 143: 672–677

Thomas ET, Del Mar C, Glasziou P, Wright G, Barratt A, Bell KJL
Prevalence of incidental breast cancer and precursor lesions in autopsy studies: a systematic review and meta-analysis
BMC Cancer201717:808
DOI : 10.1186/s12885-017-3808-1

Urban D et coll
Suicide in Lung Cancer. Who Is at Risk?
Chest 2013; 144: 1245–1252

Veronesi G et coll
Estimating Over diagnosis in Low-Dose Computed Tomography Screening for Lung Cancer
Ann Intern Med., 2012; 157: 776-784

 

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Lettre à mes patientes porteuses de burqa - Madame, Je suis désolé de ne pas pouvoir accéder à votre requête [...]

Douleurs en souffrance - Les centres anti-douleur ont été créés dans les années 1970. L'algologie devint alors une [...]

Le sein entre deux feux - Chaque année, au mois d’octobre, le cancer du sein est remis à l’honneur par les [...]

Fiction de dépistage anténatal - Le dépistage anténatal devient de moins en moins traumatisant. Le nouveau progrès est celui de [...]

Coucou la socialité de la GPA - La biologie a classé et nommé les comportements sociaux caractéristiques des espèces. Les [...]

La phrase biomédicale aléatoire

La vie est cette activité polarisée de débat avec le milieu qui se sent ou non normale, selon qu'elle se sent ou non en position normative. Le médecin a pris le parti de la vie. La science le sert dans l'accomplissement des devoirs qui naissent de ce choix. L'appel au médecin vient du malade (!). C'est l'écho de cet appel pathétique qui fait qualifier de pathologique toutes les sciences qu'utilise au secours de la vie la technique médicale. C'est ainsi qu'il y a une anatomie pathologique, une physiologie pathologique, une histologie pathologique, une embryologie pathologique. Mais leur qualité de pathologique est un import d'origine technique et par là d'origine subjective. Il n'y a pas de pathologie objective. On peut décrire objectivement des structures ou des comportements, on ne peut les dire "pathologiques" sur la foi d'aucun critère purement objectif. Objectivement, on ne peut définir que des variétés ou des différences, sans valeur vitale positive ou négative.
― Georges Canguilhem

Haut de page