lucperino.com

Cardiologie et psychisme

dernière mise à jour le 20/02/2019

Composantes psychosomatiques des maladies cardiovasculaires

I/ Les mots et les faits

  • Maladies cardio-vasculaires : ensemble des maladies concernant le cœur (myocarde, valves, rythme, coronaires, endocarde), les vaisseaux (artères, veines, capillaires) et les troubles de la coagulation (thromboses, embolies, hémorragie)
  • Somatique : qui est en relation avec le corps (soma)
  • Trouble psychosomatique : trouble ou symptôme dont l’origine principale est un trouble émotionnel ou psychologique. Par exemple, la tachycardie due à une angoisse ou la rougeur du visage en cas de gêne. Il y a donc une expression somatique mesurable.
  • Maladie psychosomatique : maladie où les facteurs psychologiques jouent un rôle important.
  • Trouble somatoforme (ou somatomorphe) : trouble ou symptôme qui a la forme d’un trouble somatique (soma = corps), mais où aucun examen ne peut détecter ni mesurer une lésion somatique (à la différence des troubles psychosomatiques). Il s’agit le plus souvent de douleurs, pertes de sensibilité, paralysies, fourmillement, bégaiement, aphonie, cécité, etc.
  • Myocarde : muscle cardiaque
  • Coronaires : petites artères qui irriguent le muscle cardiaque
  • Angor (angine de poitrine) : douleur cardiaque due à une insuffisance de la circulation des coronaires.
  • Infarctus du myocarde : lésion du cœur par obstruction d’une artère coronaire
  • Coronarien : se dit des patients atteints de maladies des coronaires (angor, infarctus)
  • Stress : ensemble des réponses physiologiques de l’organisme à un environnement agressif
  • Méfiance cynique (ou hostilité cynique) : trait de personnalité caractérisé par des croyances négatives sur la nature humaine et les motivations des gens

II/ Combattre les idées reçues

  • Dans notre espèce, toutes les maladies, même les plus graves, ont toujours un facteur psychologique, si infime soit-il. On ne parle de maladie psychosomatique que lorsque les facteurs psychologiques sont dominants.
  • Les troubles somatoformes et les troubles psychosomatiques sont très différents.
    • Un trouble somatoforme n’a aucune objectivation par la technologie médicale.
    • Un trouble psychosomatique est visible et mesurable (on peut mesurer l’acidité gastrique, le rythme cardiaque ou l’hypertension de stress)
    • Un trouble somatoforme a une cause exclusivement psychique.
    • Un trouble psychosomatique peut avoir d’autres causes que psychiques.
    • Un trouble somatoforme relève de la neuropsychiatrie (auparavant on parlait d’hystérie pour les plus graves)
    • Un trouble psychosomatique relève de la médecine interne et de toutes les spécialités médicales.
    • Un trouble somatoforme peut disparaître très rapidement, lorsque la psychothérapie est bien conduite et que le patient a accepté l’idée d’une cause psychologique.
    • Un trouble psychosomatique est plus difficile à traiter, car il est intimement lié aux prédispositions, à l’environnement, à la physiologie et à la personnalité du patient
    • Les troubles somatomorphes ne relèvent jamais des domaines de la cardiologie, de la gastro-entérologie ou de la pneumologie, ils relèvent généralement de la sphère neurosensorielle.
    • Les troubles psychosomatiques relèvent de toutes les spécialités médicales, mais le plus souvent de la gastro-entérologie, de la dermatologie et de la cardiologie qui nous intéresse ici
  • Il ne faut surtout pas confondre ces troubles avec des simulations faites pour tromper le médecin, car ils sont toujours réellement vécus par le patient
  • Il ne faut surtout pas confondre ces troubles avec l’hypochondrie qui est une maladie psychiatrique caractérisée par l’idée obsessionnelle, voir délirante d’avoir une maladie précise.

III/ Les idées forces

  • Dans le domaine cardio-vasculaire, il n’y a pas de troubles somatomorphes, mais exclusivement des troubles psychosomatiques
  • Dans plusieurs maladies cardio-vasculaires, la part émotionnelle et psychique peut-être très importante.
  • Les facteurs physiques et biologiques de ces maladies sont bien connus de tous 
    • environnementaux : tabac, sédentarité, pollution, alimentation
    • métaboliques : diabète, obésité, hypercholestérolémie
    • congénitales : valvulopathies, communications interventriculaires, etc.
    • génétiques : cardiomyopathies hypertrophiques, troubles de la coagulation, etc.
  • Mais, quelle que soit l’importance des facteurs biologiques et physiques, les facteurs psychologiques et émotionnels ont parfois une grande importance dans le déclenchement et l’évolution des maladies cardiovasculaires.
  • Cette importance est souvent sous-estimée par les patients et les médecins
  • Elle est trop souvent négligée dans la thérapeutique.
  • Ces facteurs sont souvent intriqués :
    • Le tabagisme a une forte composante psychologique
    • Le mode nutritionnel, la sédentarité et l’obésité sont évidemment liés entre eux et fortement dépendants de l’éducation de la personnalité et des conditions sociales.
    • Mais les études sur les relations entre psychisme et cardiologie ne tiennent compte que des effets directs. (Cela s’appelle l’élimination des facteurs de confusion)
  • Nous pouvons classer les maladies cardio-vasculaires en trois grandes catégories en fonction de l’importance des facteurs psychologiques et émotionnels :
    • Celles où cette part est très importante : hypertension artérielle, tachycardie, troubles de la circulation capillaire, angor.
    • Celle où cette part est variable : infarctus, troubles du rythme auriculaire (extrasystoles), troubles du rythme supraventriculaire, AVC, insuffisance cardiaque et certains troubles de la coagulation.
    • Celles où cette part est nulle ou négligeable : troubles du rythme ventriculaire, endocardites, valvulopathies, myocardiopathies congénitales et la majorité des troubles de la coagulation

IV/ Espace d’éducation et de progrès

  • Les statistiques permettent d’évaluer le poids des facteurs psychologiques et socio-environnementaux.
  • Voici le résumé des principales études confirmant les liens entre psychisme et maladies cardio-vasculaires
  • Chaque étude a été réalisée en tenant compte des facteurs de confusion, par exemple :
    • Le stress augmente le tabagisme, mais il augmente aussi les maladies coronaires indépendamment du tabac
    • La souffrance psychologique majore le tabagisme et la sédentarité, conduisant à doubler tous les risques cardio-vasculaires.
  • La dépression
    • multiplie par 5 le risque d’insuffisance cardiaque chez le coronarien
    • majore le risque de décès en cas d’insuffisance cardiaque
    • triple le risque d’hospitalisation cardio-vasculaire
    • double le risque de décès d’origine cardio-vasculaire
    • majore de 20% les calcifications coronaires chez le sujet âgé.
    • diminue de 15% la réserve (circulation) coronaire, et plus encore si la dépression est majeure.
    • augmente la mortalité par insuffisance cardiaque
    • retarde la récupération après un pontage coronarien
    • double la mortalité après un pontage coronarien
    • augmente de 30% les dépenses pour soins cardiovasculaires chez les femmes
    • Le traitement de la dépression après un infarctus améliore le pronostic et diminue nettement la mortalité.
    • En cas d’antécédents dépressifs, le risque de maladie cardiovasculaire mortelle est multiplié par 4 chez les sujets jeunes, et encore plus chez les jeunes femmes.
    • Pendant la période de deuil suite au décès d’un  proche
      • Le rythme cardiaque augmente en moyenne de 5 battements/minute
      • Le nombre d’extrasystoles est multiplié par 2
  • Le stress
    • L’hostilité subie double le risque de coronaropathie
    • Le stress chronique au travail augmente de 60% le risque de coronaropathie
    • Le stress mental augmente le risque de coronaropathie différemment selon le statut matrimonial
      • modérément chez les personnes mariées
      • davantage chez les hommes vivant seuls
      • et plus encore chez les femmes vivant seules
    • Le stress mental double le risque d’AVC
    • Si le stress est élevé dans le mois qui précède un infarctus, la mortalité de cet infarctus à long terme est de 40% plus élevée.
    • Le nombre d’infarctus augmente de 5% dans la semaine qui suit le changement d’heure en été et diminue légèrement lors du changement d’hiver.
    • Passer de 40 à 55 heures de travail hebdomadaire augmente de 15% le risque de maladie coronaire et de 35% le risque d’AVC
    • Une faible résistance au stress dans l’adolescence est corrélée à un risque d’AVC majoré de 10% chez l’adulte jeune.
    • Une surprenante étude à Shanghai a montré que lorsque les cours de bourse augmentent ou diminuent brutalement de plus de 100 points, la mortalité cardio-vasculaire augmente de 5%.
    • Inversement, de façon inattendue, l’attaque de panique n’a aucune répercussion cardio-vasculaire à court à moyen terme et probablement pas ou très peu à long terme. Confirmant que cette pathologie est indépendante de l’état de stress, d’anxiété ou de dépression du sujet
    • Echographie de stress
      • Elle permet de voir quels sont les effets du stress sur le myocarde et les coronaires
      • Elle consiste à injecter de la dobutamine avant l’échographie
  • L'anxiété
    • Le niveau d’anxiété se mesure par différents tests
    • Toute augmentation d’une unité sur le score de l’anxiété majore de 6% le risque d’infarctus et de mortalité cardiovasculaire.
    • La menace du chômage augmente le risque de coronaropathie de 30%
    • L’anxiété majore de 50% la mortalité après pontage
    • L’anxiété générale majore de 20% le risque d’angor et de presque 50% le risque de mortalité cardio-vasculaire.
    • L’anxiété majore de 20% les calcifications coronaires chez le sujet âgé
  • La méfiance cynique
    • Elle augmente le risque de coronaropathie.
    • Elle augmente de 5 à 10% l’inflammation qui aggrave à son tour l’athérome
    • Elle augmente de 25% la mortalité cardio-vasculaire et globale chez les femmes.
  • La colère
    • Le tempérament coléreux semble avoir peu d’impact au long cours sur l’ensemble des risques cardiovasculaires
    • Mais le risque d’infarctus double dans les deux heures qui suivent un fort accès de colère
  • Optimisme et humeur positive
    • L’humeur positive diminue le risque de coronaropathie,
    • L’optimisme diminue de 25% la mortalité cardio-vasculaire chez les femmes, ainsi que la mortalité globale.
  • Hypertension artérielle
    • Elle peut être déclenchée par tous les facteurs psychosociaux : hostilité active ou subie, sentiment d’urgence, anxiété, dépression
    • Son évolution à court et moyen terme est fortement influencée par ces mêmes facteurs
    • Il y a un rapport direct entre l’intensité du facteur et les chiffres de la pression artérielle
    • Mais sur le long terme, l’anxiété et la dépression n’ont plus d’effet sur les chiffres et peuvent même les diminuer.
    • Chez les femmes, une relation conjugale de mauvaise qualité augmente sensiblement la pression artérielle.
  • Les maladies coronaires (angor, infarctus)
    • Elles sont fortement majorées par la dépression, le stress, l’anxiété, la méfiance cynique
    • Cette augmentation est encore plus marquée chez les femmes
    • Par exemple, le risque de maladies coronaires chez les femmes est multiplié
      • par 2 en cas d’hypercholestérolémie
      • par 3 en cas d’hérédité
      • par 4 en cas de tabagisme
      • par 5 en cas de dépression
  • L'insuffisance cardiaque
    • C’est l’épuisement du muscle cardiaque suite à diverses maladies
    • Bien que ce soit difficile à croire, même dans cette grave pathologie, les facteurs psychiques sont importants
    • Les placebos diminuent la mortalité de 30% quand ils sont pris régulièrement. Cette bonne observance signifie que les patients suivent aussi les conseils hygiéno-diététiques.
    • Les médicaments actifs ne font pas mieux lorsque les patients suivent déjà bien les conseils
    • La recherche de spiritualité et de transcendance améliore la qualité de vie et le pronostic.
    • La mortalité double en cas de dépression
  • Les troubles de la coagulation
    • Il est difficile de croire que des facteurs psychologiques puissent agir sur les mécanismes physiologiques de la coagulation
    • Pourtant, nous avons la preuve qu’une peur extrême ou terrifiante multiplie par 4 le risque de mort cardio-vasculaire
    • La raison est une hypercoagulabilité sanguine qui a pu être mesurée.
    • C’est un peu comme si la terreur figeait le sang dans les veines.
  • Cas très particulier du « tako-tsubo »
    • Il est également nommé « syndrome des cœurs brisés »
    • C’est une myocardiopathie de stress
    • Il concerne surtout les femmes âgées (7 femmes pour 1 homme)
    • Il se produit souvent après l’annonce du décès brutal d’un  proche (accident, homicide)
    • Il a lieu le plus souvent dans l’après-midi, alors que les infarctus sont plus fréquents le matin
    • La physiopathologie reste inconnue, mais probablement liée à un médiateur chimique entre cerveau et cœur (adrénaline ou autre catécholamine ?)
  • Cas particulier du syndrome X coronarien
    • C’est un angor avec des signes à l’électrocardiogramme
    • Mais aucun signe à la coronarographie
    • Il s’agit probablement d’un abaissement du seuil de douleur
    • Il y a peut-être aussi un trouble de la microcirculation ?

V/ Radio trottoir des erreurs quotidiennes

  • L’insuffisance cardiaque qui est un épuisement du cœur ne peut quand même pas être dans la tête. (Quand in dit qu’une maladie peut avoir des causes psychiques, ça ne veut pas dire qu’elle est dans la tête, mais simplement que le psychisme peut en modifier en partie l’évolution. Dans l’insuffisance cardiaque, la simple volonté de marcher améliore les symptômes plus que tous les médicaments.)
  • Mais comment la dépression peut-elle aggraver les maladies coronaires ? On pourrait comprendre que la colère les aggrave, mais pas la dépression. (C’est effectivement difficile à admettre et à comprendre, mais les faits montrent que la dépression aggrave toutes les maladies cardio-vasculaires et diminue l’efficacité des traitements).
  • On me dit de marcher, mais quand on est déprimé, c’est difficile de marcher. (Effectivement, mais la marche améliore aussi la dépression. Il faut se faire violence au début et ensuite, le cercle vicieux est rompu et cela devient de plus en plus facile.)
  • On a l’impression qu’il suffirait de marcher pour ne plus jamais être malade. (C’est presque exact, la marche est de très loin le meilleur des traitements d’une grande majorité de maladie, surtout les maladies cardio-vasculaires. Mais elle ne rend tout de même pas immortel !)
  • On dit que l’anxiété et la dépression aggravent les maladies du cœur, mais c’est peut-être simplement parce que les gens fument plus, mangent plus ou boivent plus. (C’est à la fois vrai et faux. C’est ce que l’on appelle des facteurs de confusion, mais la dépression est délétère en elle-même indépendamment du tabac, elle est évidemment encore plus délétère par l’intermédiaire du tabac.)  

Bibliographie

Ako J, Sudhir K, Farouque HM, Honda Y, Fitzgerald PJ
Transient left ventricular dysfunction under severe stress : brain-heart relationship revisited
Am J Med. 2006 Jan;119(1):10-7

Albert CM, Chae CU, Rexrode KM, Manson JE, Kawachi I
Phobic anxiety and risk of coronary heart disease and sudden cardiac death among women
Circulation. 2005 Feb 1;111(4):480-7

Arnold SV, Smolderen KG, Buchanan DM, Li Y, Spertus JA
Perceived stress in myocardial infarction
J Am Coll Cardiol. 2012 Oct 30;60(18):1756-63
DOI : 10.1016/j.jacc.2012.06.044

Bekelman DB, Parry C, Curlin FA, Yamashita TE, Fairclough DL, Wamboldt FS
A comparison of two spirituality instruments and their relationship with depression and quality of life in chronic heart failure
J Pain Symptom Manage. 2010 Mar;39(3):515-26
DOI : 10.1016/j.jpainsymman.2009.08.005

Bergh C, Udumyan R, Fall K, Nilsagård Y, Appelros P, Montgomery S
Stress resilience in male adolescents and subsequent stroke risk: cohort study
J Neurol Neurosurg Psychiatry. 2014 Dec;85(12):1331-6
DOI : 10.1136/jnnp-2013-307485

Blumenthal JA, Lett HS, Babyak MA, White W, Smith PK, Mark DB, Jones R, Mathew JP, Newman MF; NORG Investigators
Depression as a risk factor for mortality after coronary artery bypass surgery
Lancet. 2003 Aug 23;362(9384):604-9

Buckley T, Stannard A, Bartrop R, McKinley S, Ward C, Mihailidou AS, Morel-Kopp MC, Spinaze M, Tofler G
Effect of early bereavement on heart rate and heart rate variability
Am J Cardiol. 2012 Nov 1;110(9):1378-83
DOI : 10.1016/j.amjcard.2012.06.045

Caldirola D, Schruers KR, Nardi AE, De Berardis D, Fornaro M, Perna G
Is there cardiac risk in panic disorder? An updated systematic review
J Affect Disord. 2016 Apr;194:38-49
DOI : 10.1016/j.jad.2016.01.003

Chandola T, Britton A, Brunner E, Hemingway H, Malik M, Kumari M, Badrick E, Kivimaki M, Marmot M
Work stress and coronary heart disease : what are the mechanisms?
Eur Heart J. 2008 Mar;29(5):640-8
DOI : 10.1093/eurheartj/ehm584

Davidson KW, Mostofsky E, Whang W
Don't worry, be happy: positive affect and reduced 10-year incident coronary heart disease: The Canadian Nova Scotia Health Survey
Eur Heart J. 2010 May;31(9):1065-70
DOI : 10.1093/eurheartj/ehp603

Davidson KW, Rieckmann N, Clemow L, Schwartz JE, Shimbo D, Medina V, Albanese G, Kronish I, Hegel M, Burg MM
Enhanced Depression Care for Patients With Acute Coronary Syndrome and Persistent Depressive Symptoms. Coronary Psychosocial Evaluation Studies Randomized Controlled Trial
Arch Intern Med. 2010 Apr 12;170(7):600-8
DOI : 10.1001/archinternmed.2010.29

Granger BB, Swedberg K, Ekman I, Granger CB, Olofsson B, McMurray JJ, Yusuf S, Michelson EL, Pfeffer MA; CHARM investigators
Adherence to candesartan and placebo and outcomes in chronic heart failure in the CHARM programme : double-blind, randomised, controlled trial
Lancet. 2005 Dec 10;366(9502):2005-11

Grewen KM, Girdler SS, Light KC
Relationship quality: effects on ambulatory blood Pressure and negative affect in a biracial sample of men and women
Blood Press Monit. 2005 Jun;10(3):117-24

Hamer M et coll
Psychological distress as a risk factor for cardiovascular events : pathophysiological and behavioral mechanisms
J Am Coll Cardiol 2008 ; 52 : 2156-62

Hildrum B, Mykletun A, Holmen J, Dahl AA
Effect of anxiety and depression on blood pressure : 11-year longitudinal population study
Br J Psychiatry. 2008 Aug;193(2):108-13
DOI : 10.1192/bjp.bp.107.045013

Iso H, Date C, Yamamoto A, Toyoshima H, Tanabe N, Kikuchi S, Kondo T, Watanabe Y, Wada Y, Ishibashi T, Suzuki H, Koizumi A, Inaba Y, Tamakoshi A, Ohno Y
Perceived mental stress and mortality from cardiovascular disease among Japanese men and women: the Japan Collaborative Cohort Study for Evaluation of Cancer Risk Sponsored by Monbusho (JACC Study)
Circulation. 2002 Sep 3;106(10):1229-36

Janszky I, Ljung R
Shifts to and from daylight saving time and incidence of myocardial infarction
N Engl J Med. 2008 Oct 30;359(18):1966-8
DOI : 10.1056/NEJMc0807104

Jiang W, Samad Z, Boyle S, Becker RC, Williams R, Kuhn C, Ortel TL, Rogers J, Kuchibhatla M, O'Connor C, Velazquez EJ
Prevalence and clinical characteristics of mental stress-induced myocardial ischemia in patients with coronary heart disease
J Am Coll Cardiol. 2013 Feb 19;61(7):714-22
DOI : 10.1016/j.jacc.2012.11.037

Kivimäki M et al
Job strain as a risk factor for coronary heart disease: a collaborative meta-analysis of individual participant data
Lancet. 2012 Oct; 380(9852): 1491–1497
DOI : 10.1016/S0140-6736(12)60994-5

Kivimäki M et al of IPD-Work Consortium
Long working hours and risk of coronary heart disease and stroke: a systematic review and meta-analysis of published and unpublished data for 603,838 individuals
Lancet. 2015 Oct 31;386(10005):1739-46
DOI : 10.1016/S0140-6736(15)60295-1

La Recherche rédaction
Et son sang se glaça dans ses veines
La Recherche, N° 419, mai 2008, p 102

Ma W, Chen H, Jiang L, Song G, Kan H
Stock volatility as a risk factor for coronary heart disease death
Eur Heart J. 2011 Apr;32(8):1006-11
DOI : 10.1093/eurheartj/ehq495

Mallik S, Krumholz HM, Lin ZQ, Kasl SV, Mattera JA, Roumains SA, Vaccarino V
Patients with depressive symptoms have lower health status benefits after coronary artery bypass surgery
Circulation. 2005 Jan 25;111(3):271-7

May HT, Horne BD, Carlquist JF, Sheng X, Joy E, Catinella AP
Depression after coronary artery disease is associated with heart failure
J Am Coll Cardiol. 2009 Apr 21;53(16):1440-7
DOI : 10.1016/j.jacc.2009.01.036

Mostofsky E, Maclure M, Tofler GH, Muller JE, Mittleman MA
Relation of Outbursts of Anger and Risk of Acute Myocardial Infarction
Am J Cardiol. 2013 Aug 1;112(3):343-8
DOI : 10.1016/j.amjcard.2013.03.035

Nakamura S, Kato K, Yoshida A, Fukuma N, Okumura Y, Ito H, Mizuno K
Prognostic value of depression, anxiety, and anger in hospitalized cardiovascular disease patients for predicting adverse cardiac outcomes
Am J Cardiol. 2013 May 15;111(10):1432-6
DOI : 10.1016/j.amjcard.2013.01.293

Newman JD, Davidson KW, Shaffer JA, Schwartz JE, Chaplin W, Kirkland S, Shimbo D
Observed hostility and the risk of incidence ischemic heart disease
J Am Coll Cardiol. 2011 Sep 13;58(12):1222-8
DOI : 10.1016/j.jacc.2011.04.044

O'Neil A, Fisher AJ, Kibbey KJ, Jacka FN, Kotowicz MA, Williams LJ, Stuart AL, Berk M, Lewandowski PA, Taylor CB, Pasco JA
Depression is a risk factor for incident coronary heart disease in women: An 18-year longitudinal study
J Affect Disord. 2016 May 15;196:117-24
DOI : 10.1016/j.jad.2016.02.029

Ranjit N, Diez-Roux AV, Shea S, Cushman M, Seeman T, Jackson SA, Ni H
Psychosocial factors and inflammation in the multi-ethnic study of atherosclerosis
Arch Intern Med. 2007 Jan 22;167(2):174-81

Roest AM, Martens EJ, de Jonge P, Denollet J
Anxiety and risk of incident coronary heart disease: a meta-analysis
J Am Coll Cardiol. 2010 Jun 29;56(1):38-46
DOI : 10.1016/j.jacc.2010.03.034

Ronel J, Mehilli J, Ladwig KH, Blättler H, Oversohl N, Byrne RA, Bauer A, Schneider S, Linde K, Henningsen P, Lahmann C, Noll-Hussong M, Meissner K
Effects of verbal suggestion on coronary arteries: results of a randomized controlled experimental investigation during coronary angiography
Am Heart J. 2011 Sep;162(3):507-11
DOI : 10.1016/j.ahj.2011.06.016

Rosenbloom JI, Wellenius GA, Mukamal KJ, Mittleman MA
Self-reported anxiety and the risk of clinical events and atherosclerotic progression among patients with coronary artery bypass grafts
Am Heart J. 2009 Nov;158(5):867-73
DOI : 10.1016/j.ahj.2009.08.019

Rutledge T, Vaccarino V, Johnson BD, Bittner V, Olson MB, Linke SE, Cornell CE, Eteiba W, Sheps DS, Francis J, Krantz DS, Bairey Merz CN, Parashar S, Handberg E, Vido DA, Shaw LJ
Depression and cardiovascular health care costs among women with suspected myocardial ischemia: prospective results from the WISE (Women's Ischemia Syndrome Evaluation) Study
J Am Coll Cardiol. 2009 Jan 13;53(2):176-83
DOI : 10.1016/j.jacc.2008.09.032

Santos IS, Bittencourt MS, Rocco PT, Pereira AC, Barreto SM, Brunoni AR, Goulart AC, Blaha MJ, Lotufo PA, Bensenor IM
Relation of Anxiety and Depressive Symptoms to Coronary Artery Calcium (from the ELSA-Brasil Baseline Data)
Am J Cardiol. 2016 Jul 15;118(2):183-7
DOI : 10.1016/j.amjcard.2016.04.048

Scherrer JF, Chrusciel T, Garfield LD, Freedland KE, Carney RM, Hauptman PJ, Bucholz KK, Owen R, Lustman PJ
Treatment-resistant and insufficiently treated depression and all-cause mortality following myocardial infarction
Br J Psychiatry. 2012 Feb;200(2):137-42
DOI : 10.1192/bjp.bp.111.096479

Shah AJ, Veledar E, Hong Y, Bremner JD, Vaccarino V
Depression and history of attempted suicide as risk factors for heart disease mortality in young individuals
Arch Gen Psychiatry. 2011 Nov;68(11):1135-42
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2011.125

Sharkey SW, Lesser JR, Garberich RF, Pink VR, Maron MS, Maron BJ
Comparison of Circadian Rhythm Patterns in Tako-tsubo Cardiomyopathy Versus ST-Segment Elevation Myocardial Infarction
Am J Cardiol. 2012 Sep 15;110(6):795-9
DOI : 10.1016/j.amjcard.2012.04.060

Sherwood A, Blumenthal JA, Hinderliter AL, Koch GG, Adams KF Jr, Dupree CS, Bensimhon DR, Johnson KS, Trivedi R, Bowers M, Christenson RH, O'Connor CM
Worsening depressive symptoms are associated with adverse clinical outcomes in patients with heart failure
J Am Coll Cardiol. 2011 Jan 25;57(4):418-23
DOI : 10.1016/j.jacc.2010.09.031

Shibeshi WA, Young-Xu Y, Blatt CM
Anxiety worsens prognosis in patients with coronary artery disease
J Am Coll Cardiol. 2007 May 22;49(20):2021-7

Sundbøll J, Schmidt M, Adelborg K, Pedersen L, Bøtker HE, Videbech P, Sørensen HT
Impact of pre-admission depression on mortality following myocardial infarction
Br J Psychiatry. 2017 May;210(5):356-361
DOI : 10.1192/bjp.bp.116.194605

Templin C et al
Clinical Features and Outcomes of Takotsubo (Stress) Cardiomyopathy
N Engl J Med. 2015 Sep 3;373(10):929-38

Tindle HA, Chang YF, Kuller LH, Manson JE, Robinson JG, Rosal MC, Siegle GJ, Matthews KA
Optimism, cynical hostility, and incident coronary heart disease and mortality in the Women's Health Initiative
Circulation. 2009 Aug 25;120(8):656-62
DOI : 10.1161/CIRCULATIONAHA.108.827642

Vaccarino V, Ashraf A, Faber T, Votaw J, Debalsi A, Goldberg J, Quyyumi AA, Murrah N, Jones L, Maisano C, Novik O, Zhao J, Bremner JD
Depression is Associated with Decreased Coronary Flow Reserve Detected by Means of Positron Emission Tomography: A Twin Study
Circulation. 2006;114:II_556

Vaccarino V, Votaw J, Faber T, Veledar E, Murrah NV, Jones LR, Zhao J, Su S, Goldberg J, Raggi JP, Quyyumi AA, Sheps DS, Bremner JD
Major Depression and Coronary Flow Reserve Detected by Positron Emission Tomography
Arch Intern Med. 2009 Oct 12;169(18):1668-76
DOI : 10.1001/archinternmed.2009.330

Valeriani M, Sestito A, Le Pera D, De Armas L, Infusino F, Maiese T, Sgueglia GA, Tonali PA, Crea F, Restuccia D, Lanza GA
Abnormal cortical pain processing in patients with cardiac syndrome X
Eur Heart J. 2005 May;26(10):975-82

Valkamo M, Hintikka J, Niskanen L, Viinamäki H
Psychiatric morbidity and the presence and absence of angiographic coronary disease in patients with chest pain
Acta Psychiatr Scand. 2001 Nov;104(5):391-6

Virtanen M et al
Perceived job insecurity as a risk factor for incident coronary heart disease: systematic review and meta-analysis
BMJ. 2013 Aug 8;347:f4746
DOI : 10.1136/bmj.f4746

Wittstein IS, Thiemann DR, Lima JA, Baughman KL, Schulman SP, Gerstenblith G, Wu KC, Rade JJ, Bivalacqua TJ, Champion HC
Neurohormonal features of myocardial stunning due to sudden emotional stress
N Engl J Med. 2005 Feb 10;352(6):539-48

Wuthiwaropas P, Wiste JA, McCully RB, Kane GC, Scott CG, Pellikka PA
Neuropsychiatric Symptoms During 24 Hours after Dobutamine-Atropine Stress Testing: A Prospective Study in 1,006 Patients
J Am Soc Echocardiogr. 2011 Apr;24(4):367-73
DOI : 10.1016/j.echo.2010.11.016

Yan LL, Liu K, Matthews KA, Daviglus ML, Ferguson TF, Kiefe CI
Psychosocial factors and risk of hypertension. The Coronary Artery Risk Development in Young Adults (CARDIA) Study
JAMA. 2003 Oct 22;290(16):2138-48

Zuluaga MC, Guallar-Castillón P, Rodríguez-Pascual C, Conde-Herrera M, Conthe P, Rodríguez-Artalejo F
Mechanisms of association between depressive symptoms and long-term mortality in heart failure
Am Heart J. 2010 Feb;159(2):231-7
DOI : 10.1016/j.ahj.2009.11.011

 

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Autres fiches patients

Sinusites - I/ Les mots et les faits Sinus de la face : cavités situées dans les os de la face et [...]

Trouble panique - I / Les mots et les faits Anxiété : état émotionnel et [...]

Cystite aiguë de la femme - I / Les mots et les faits Cystite aiguë : C’est l’infection du bas appareil urinaire : [...]

Constipation - I/ Les mots et les faits Constipation : ralentissement du transit intestinal accompagné [...]

Crise de goutte et acide urique - I/ Les mots et les faits Acide urique : constituant normal de l’organisme produit par la [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Douleurs en souffrance - Les centres anti-douleur ont été créés dans les années 1970. L'algologie devint alors une [...]

Radio-psychanalyse des actes manqués - Psychiatres ou non, peu de médecins pensent encore aujourd’hui que la psychanalyse ait un [...]

Savez-vous planter les choux ? - Les paroles souvent absconses des chansons enfantines proviennent de leur origine secrète. Les [...]

Devoir yankee de santé publique - Selon le critère économique, progressivement devenu le seul critère de classement des [...]

Ne pas vexer son médecin - La relation médecin-patient est un thème rebattu. Sa qualité est supposée produire celle du [...]

Haut de page