lucperino.com

Imbrogliotazone

humeur du 02/07/2017

La famille pharmacologique des « glitazones » appartient à la grande classe dite des « antidiabétiques oraux » dont le but est de faire baisser le taux de sucre dans le sang. La rosiglitazone, premier médicament de cette famille, cumulait les quatre défauts de la pharmacopée marchande : il était inutile, superflu, cher et dangereux. Et si, malgré tout, une première mise sur le marché a été accordée en 1999, c’est grâce au trois stratagèmes de la pharmacologie maffieuse : la dissimulation, le lobbying et la corruption. 

Les bassesses et les négligences ne sont pas spécifiques aux industries et autorités sanitaires, mais le domaine de la santé est plus propice à leur éclosion et à leur diffusion. Particulièrement dans le domaine de la prévention pharmacologique primaire, c’est-à-dire avant l’apparition de toute maladie. (Occasion de rappeler pour la énième fois que le diabète de type 2 n’est pas une maladie, mais un simple facteur de risque.)

La mercatique de la prévention pharmacologique primaire entretient avec brio les mythes du progrès qui piègent les autorités dans leur démagogie, et les citoyens/patients dans leurs revendications. Ni les efforts de la science, ni la révélation des scandales ne parviennent à  venir à bout de ces incessantes manœuvres.

Mais dans cet imbroglio d’artifices, les glitazones ont franchi quelques étapes supplémentaires, que nous illustrons ici par deux anecdotes bien documentées.

 1/ Le risque cardio-vasculaire du médicament, initialement dissimulé par le laboratoire, s’est vite révélé plus important que le risque cardio-vasculaire du sucre visé. Les médecins, satisfaits de voir baisser le chiffre du sucre, voyaient leurs patients mourir « guéris » d’une maladie qui n’existe pas, et bien plus rapidement atteints par la vraie maladie qu’ils voulaient éviter. Nonobstant la mort des victimes, la chose pourrait être qualifiée de comique. Elle avait cependant le mérite de confirmer qu’il est toujours dangereux de se soigner quand on est bien portant !

2/ La deuxième anecdote est encore plus lamentable. Alors que les premières glitazones avaient été retirées du marché en raison de leur dangerosité, de nouvelles sont apparues qui ont révélé un doublement du risque de cancer de la vessie. Mais les autorités rechignent à dénigrer un médicament qu’elles avaient validé, et les laboratoires s’obstinent à « recycler » les indications de leurs molécules. Cette obstination a fini par montrer que les glitazones pouvaient être un traitement complémentaire des leucémies myéloïdes chroniques. Toutefois, cela reste encore à mieux préciser par de nouveaux essais cliniques. Il est donc probable que des patients mourront d’un cancer de la vessie, dont l’évolution est bien plus rapide que celle de la leucémie chronique pour laquelle ils auront pris le médicament susceptible de retarder leur mort.

Décidément, avec les glitazones, il est dangereux d’être bien portant, et très risqué d’être malade.

Bibliographie

Cohen D
Rosiglitazone: what went wrong ?
BMJ. 2010 Sep 6;341:c4848
DOI : 10.1136/bmj.c4848

Gotzsche PC
Remèdes mortels et crime organisé
Presse de l'Université Laval, 2015, pp 247-262

Hillaire-Buys D, Faillie JL
Pioglitazone and the risk of bladder cancer. Risks seem to outweigh benefits as yet more evidence emerges
BMJ 2012;344:e3500
DOI : 10.1136/bmj.e3500

Komajda M, McMurray JJ, Beck-Nielsen H, Gomis R, Hanefeld M, Pocock SJ, Curtis PS, Jones NP, Home PD
Heart failure events with rosiglitazone in type 2 diabetes: data from the RECORD clinical trial
Eur Heart J. 2010 Apr;31(7):824-31
DOI : 10.1093/eurheartj/ehp604

Moynihan R
Rosiglitazone, marketing, and medical science
BMJ. 2010 Apr 7;340:c1848
DOI : 10.1136/bmj.c1848

Nissen SE, Wolski K
Effect of rosiglitazone on the risk of myocardial infarction and death from cardiovascular causes
N Engl J Med. 2007 Jun 14;356(24):2457-71

Prost S, Relouzat F, Spentchian M, Ouzegdouh Y, Saliba J, Massonnet G, Beressi JP, Verhoeyen E, Raggueneau V, Maneglier B, Castaigne S, Chomienne C, Chrétien S, Rousselot P, Leboulch P
Erosion of the chronic myeloid leukaemia stem cell pool by PPARγ agonists
Nature. 2015 Sep 2
DOI : 10.1038/nature15248

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Le retour du pathognomonique - Quand nous étions étudiants ou jeunes médecins, les signes pathognomoniques étaient un [...]

Appelez vite le SAMU - Depuis peu, France Inter diffuse un message sur l’accident vasculaire cérébral (AVC), [...]

Faut-il abandonner les obligations vaccinales ? - L’État français vient d’être condamné à verser une indemnisation de 2 400 000 € à une [...]

Dépakine et les générations futures - Le scandale médicamenteux de la dépakine révèle une nouvelle évidence dans la philosophie du [...]

Survie après diagnostic de cancer - Lorsque l’on parle de taux de survie en cancérologie, c’est une erreur de mélanger les [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Toute vie est une affaire de choix.Cela commence par : "la tétine ou le téton ?". Et cela s'achève par : "le chêne ou le sapin ?".
― Pierre Desproges

Haut de page