lucperino.com

Acné : maladie de civilisation

dernière mise à jour le 26/07/2021

Dans les sociétés occidentales, l’acné vulgaire est une maladie de la peau presque universelle qui touche 79% à 95% de la population adolescente. Chez les hommes et les femmes de plus de 25 ans, 40% à 54% ont un certain degré d’acné faciale, et l’acné faciale clinique persiste jusqu’à l’âge moyen chez 12% des femmes et 3% des hommes. Les preuves épidémiologiques suggèrent que les taux d’incidence de l’acné sont considérablement plus faibles dans les sociétés non occidentales. Les auteurs rapportent la prédominance de l’acné dans 2 de ces populations : les insulaires de Kitavan de Papouasie-Nouvelle-Guinée et les chasseurs-cueilleurs Aché du Paraguay. De plus, ils analysent comment les éléments environnementaux peuvent influencer le développement de l’acné.

Parmi les 1200 sujets de Kitavan examinés (dont 300 âgés de 15 à 25 ans), aucun cas d’acné (grade 1 avec de multiples comédons ou grades 2-4) n’a été observé. Sur 115 sujets Aché examinés (dont 15 âgés de 15 à 25 ans) sur 843 jours, aucun cas d’acné active (grades 1 à 4) n’a été observé.

L’étonnante différence dans les taux d’incidence de l’acné ne peut pas être attribuée uniquement aux différences génétiques entre les populations, mais résulte probablement de facteurs environnementaux différents. L’identification de ces facteurs peut être utile dans le traitement de l’acné dans les populations occidentales.

Dans le monde occidental, l’acné est une maladie de peau omniprésente affectant principalement les adolescents mais aussi une partie importante des adultes de plus de 25 ans.

L’acné était également absente dans les sociétés Inuit, mais sa prévalence a augmenté régulièrement avec l’acculturation. La même constatation a été faite dans des populations chinoises et sud-africaines

La première cause identifiée en Occident est l’excès de consommation de sucres avec hyperinsulinisme et insulino-résistance

Par ailleurs, l’hyperinsulinisme favorise aussi le syndrome des ovaires polykystiques, lequel est souvent associé à de fortes acnés.

Dans la cause des maladies environnementales de l’Occident on en revient toujours à la consommation de sucre.

Bibliographie

Cordain L, Lindeberg S, Hurtado M, Hill K, Eaton SB, Brand-Miller J
Acne vulgaris: a disease of Western civilization
Arch Dermatol. 2002 Dec;138(12):1584-90
DOI : 10.1001/archderm.138.12.1584

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Ça fait beaucoup de monde - Les chiffres sont le meilleur levier des mensonges et de la manipulation. Politiques ou [...]

Laurent chez le calculateur pharaonique - Laurent est un cadre quinquagénaire, gourmand de technologie et avide de progrès. Pour son [...]

Allume-feu - Il n’existe pas de bonne médecine, en tout cas pas de médecine scientifique moderne [...]

LUCA et le Big Bang - Depuis Galilée, qui avait tant agacé nos papes, la vulgarisation de l’astronomie a [...]

Supplique contre le masque à l’école - Intuitivement, le masque est utile en cas d’épidémie de virose respiratoire. Confirmer [...]

Vous aimerez aussi...

Disparité sexuelle : complexe MSL - Complexe MSL : chromosome X et au-delà. Disparité de genre   La régulation du chromosome X [...]

Génomique des maladies des anciens hominines - Si l’on en juge par leur ADN fossile, nos ancêtres avaient une plus grande propension aux [...]

Phagothérapie face à l'antibiorésistance - Phagothérapie pour faire face à l’antibiorésistance Pendant de nombreuses années, le [...]

Influence de l’histoire évolutionniste sur la santé et les maladies - En glissant avec la souris sur les mots surlignés, leur explication apparaît. Abstract Presque [...]

Rôle sous-estimé des cancers dans les écosystèmes. - Si on posait la question suivante aux meilleurs écologistes actuels dans le monde : [...]

Haut de page