lucperino.com

Différences épigénétiques entre l'homme et la femme

dernière mise à jour le 31/10/2021

Nous savons que les risques de maladies et leurs incidences diffèrent entre les hommes et les femmes. Le sexe est un élément important de toute enquête sur les déterminants des phénotypes ou de l'étiologie de la maladie. D'autres différences frappantes entre les hommes et les femmes sont connues, par exemple, au niveau métabolique. Cependant, les différences entre hommes et femmes sont peu documentées au niveau de l'épigénome.

 Comme la méthylation de l'ADN est le mécanisme épigénétique le plus connu à ce jour, les auteurs ont comparé les niveaux de méthylation de l'ADN autosomique dans le sang de 1800 hommes et femmes européens. Ils ont identifié et validé 1184 sites CpG à méthylation différentielle entre les hommes et les femmes et observé que ces sites CpG étaient distribués dans tous les autosomes. Ils ont montré que certains des loci différentiellement méthylés présentent également une expression génétique différentielle entre les hommes et les femmes. Enfin, nous avons constaté que les loci méthylés différentiellement sont fréquents parmi les gènes sous empreinte et sont concentrés autours des îlots CpG.

 Cette étude conclut que les différences épigénétiques entre hommes et femmes sont si importantes qu’elles devraient être désormais prises en compte dans la conception des études et analyses futures.

Bibliographie

Singmann P et al
Characterization of whole-genome autosomal differences of DNA methylation between men and women
Epigenetics Chromatin. 2015 Oct 19;8:43
DOI : 10.1186/s13072-015-0035-3

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Antioxydants, déméthylants, télomérase et greenwashing, même combat - La production d’énergie à partir de l’oxygène permet le fonctionnement de nos cellules, [...]

L'idiot utile - Un recensement annuel du nombre de personnes porteuses de cancers entre 1970 et 2020, n’a [...]

Après l'étude de Tuskegee - En 1932, à Tuskegee en Alabama, quelques médecins américains souhaitèrent étudier plus à [...]

Plaisir mathématique et clinique élémentaire - Toute analyse biologique comporte un pourcentage de résultats erronés de deux types : soit [...]

Palmarès de l’inutilité - Les plus méchants des analystes considèrent que 90% des publications médicales sont [...]

Vous aimerez aussi...

Niches environnementales et structure des personnalités - La structure de covariance des traits de personnalité dérivés de modèles statistiques tels que [...]

Évolution des microbiotes intestinaux de mammifères et ses conséquences sur la santé humaine - Le phénotype d’un organisme multicellulaire est généralement considéré comme le produit de [...]

Psychiatrie génétique - Le cerveau est extrêmement complexe. Et il l’est encore beaucoup plus de comprendre les origines [...]

Main : hypothèse d'une adaptation à la boxe ! - Anthropologues, biologistes et médecins spécialistes de l’évolution se plaisent souvent à [...]

Génomique des maladies des anciens hominines - Si l’on en juge par leur ADN fossile, nos ancêtres avaient une plus grande propension aux [...]

Haut de page