lucperino.com

Reductio ad ayatollum

humeur du 28/05/2014

Reductio ad  ayatollum

J’ai souvent entendu des confrères comparer les rédacteurs de la revue indépendante « Prescrire » à des Ayatollah. Il y a quelques années, un célèbre médecin télévisuel, ayant pris fait et cause pour le dépistage du cancer de la prostate par le test PSA, avait traité ses contradicteurs d’Ayatollah. Plus récemment, j’ai été traité d’Ayatollah pour avoir clairement indiqué sur les ondes la médiocrité des résultats, pourtant très officiels, du dépistage du cancer du sein. Un de mes jeunes confrères vient de se faire traiter d’Ayatollah pour avoir publié dans « Médecine », l’autre revue indépendante de langue française, une méta-analyse concluant à l’absence d’efficacité des traitements pharmacologiques du diabète de type 2.

Pourtant « Prescrire » a fini par devenir la seule revue médicale de langue française de renommée internationale. Aujourd’hui, même les jeunes urologues ont enfin admis l’inutilité du test de PSA sur la morbi-mortalité par cancer de la prostate, malgré l’emprise de leurs vieux maîtres lobbyistes. Les nouvelles études sur le dépistage systématique du cancer du sein viennent encore amoindrir les résultats officiels d’hier. Enfin, chaque médecin avait déjà compris, avant toute méta-analyse, que le diabète de type 2 est une maladie environnementale dont le traitement ne peut-être que de type hygiéno-diététique.

Il eut été logique que le mot Ayatollah devînt un nom commun pour désigner ceux qui vendent des chimères et prônent l’activisme désordonné sans autre but que celui du pouvoir. Dans le domaine médical, c’est l’inverse, on assiste à un dérapage verbal consistant à assimiler intégrité et intégrisme. Les méthodes déductives et analytiques de l’expérimentation scientifique semblent ne plus être le modèle dominant dans le monde sanitaire. L’hypothèse catastrophiste de l’abstention est toujours préférée à l’analyse des résultats concrets de l’action passée. L’imprécation : « ne cessons jamais tel traitement ou tel dépistage, ce serait une catastrophe » remplace l’analyse : « voici quels sont les résultats précis de tel traitement ou de tel dépistage ». Cette règle est constante dans les débats médiatisés pour le grand public : le scientifique analyse les résultats du passé et du présent pendant que l’imprécateur agite des leurres à destination des anxieux (voir bibliographie).

 

En 1951, Leo Strauss a introduit le terme rhétorique de « reductio ad hitlerum » pour désigner le moment d’un débat où l’un des interlocuteurs traite l’autre de fasciste, de nazi ou d’Hitler. Il est alors temps de clore la discussion, car plus rien de sensé ne peut en ressortir. Méfions-nous donc des médecins qui, à court d’arguments scientifiques, finissent par user du « reductio ad ayatollum » pour clore les débats destinés à un large public.

Bibliographie

Azzouzi A.R.
Être médico-responsable
Le Monde, 11/09/2013

Boussageon Rémy
Efficacité clinique des antidiabétiques chez les patients diabétiques de type 2. Ou est "l’evidence based medicine"
Médecine. vol 9, N° 7, septembre 2013, 298-303

Cymes M.
Cancer de la prostate : ne passez pas à un doigt du diagnostic
Campagne télévisuelle 2011

Perino Luc
Décrypter un article médical dans un journal non médical.
Médecine, vol 8, N° 7, septembre 2012, p:323-327
DOI : 10.1684/med.2012.0866

Perrin P. , Azzouzi A.R. , Delbecq D.
Faut-il dépister le cancer de la prostate ? Le grand débat
La Recherche, décembre 2013, N° 482, p 75-77

Strauss L.
Reductio ad hitlerum
Measure, a critical journal, vol 2, p 206, 1951

Viguier J. , Junod B, Consalvi A.
Faut-il dépister le cancer du sein ? Le grand débat.
La Recherche, Juin 2012, N° 465, P 81

Wikipedia
Reductio ad hitlerum
http://en.wikipedia.org/wiki/Reductio_ad_Hitlerum

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Sociologie du dépistage - D’après les méta-analyses les plus récentes, le dépistage du cancer du sein [...]

Vendre les tranquillisants à l’unité -   Les benzodiazépines sont les plus connues et les plus utilisées des tranquillisants. Elles [...]

Rendons des malades à Pluton - Trier, classer, ordonner, catégoriser sont certainement les activités primaires de tout [...]

Un comprimé contre cent kilos de sucre - La consommation annuelle de sucre en Europe en 1830 était de 5 kilos par an et par [...]

Restons obèses et pragmatiques - L’obésité fascine l’Occident. Il ne se passe pas un jour sans un article sur [...]

Haut de page