lucperino.com

Déclin de la transcendance

humeur du 07/06/2022

La neurophysiologie fascine par ses progrès fulgurants et agace par sa prétention à percer les secrets de notre esprit et de nos émotions.

Ceux qui relatent avoir vu un OVNI sont sincères, il ne faut pas leur parler d’hallucination visuelle, car ils le vivent comme une insulte, même en précisant que les hallucinations ne sont pas une exclusivité des psychotiques. Leur rêve d’OVNI dépasse tous ceux de la neurophysiologie.

Dire que les voix de Jeanne d’Arc auraient résulté d’un dysfonctionnement du gyrus parahippocampique suivi d’une stimulation inadaptée de l’aire du langage associée aux hallucinations auditives, serait à la fois sacrilège et traître à la patrie.

Pourtant, nul n’est à l’abri d’une hallucination, même sans psychose et sans Dieu.

Laissons Dieu tranquille pour parler plus simplement d’auto-transcendance, un trait de personnalité qui englobe les comportements religieux. Des neurophysiologistes sont allés jusqu’à établir des scores de cette transcendance afin d’étudier, en imagerie fonctionnelle, sa corrélation avec la densité de récepteurs à la sérotonine dans le néocortex. D’aucuns diront qu’il faut avoir l’esprit tordu pour de telles expériences, d’autres qu’il faut être un prosélyte de l’athéisme. Cependant, la réponse est claire : il existe une corrélation inverse entre les scores de transcendance et le nombre de récepteurs.

Après les dérives de la pharmacologie psychiatrique, voilà de quoi s’inquiéter d’éventuels dégâts de la chimie spirituelle...

Quant aux extraterrestres, ces petits hommes verts qui vous regardent étrangement, il était troublant que plusieurs personnes sans lien en fassent la même description. Une possible explication est basée sur les réveils inopinés en cours d’anesthésie générale : expériences traumatisantes pouvant laisser de pénibles séquelles. Mais pourquoi les petits hommes verts seraient l’une de ces séquelles ? C’est trop bête. Les personnes entrevues lors de ces réveils au bloc opératoire portaient tous des blouses et bonnets verts et regardaient étrangement le patient. On croit volontiers ces patients lorsqu’ils relatent leur peur panique et leur sentiment d’impuissance à ce moment.

Les expériences de mort imminente sont un curieux phénomène identifié dans les années 1970. Les patients ayant survécu à un arrêt cardiaque, coma, noyade, asphyxie ou autre, relatent tous les mêmes sensations : vie qui défile, franchissement d’un tunnel, corps qui flotte au-dessus de soi, paix intérieure. Ces sensations, qui ont logiquement majoré les préoccupations métaphysiques des patients, sont similaires à celles de l’intrusion de sommeil paradoxal dans l’état de veille, constatée dans quelques pathologies. L’explication avancée est un mécanisme cholinergique venant contrebalancer la réaction d’alerte noradrénergique liée à l’accident.

Si les neurophysiologistes continuent à nous spolier des dieux et de la transcendance, il ne nous restera que les djihadistes pour croire en l’au-delà. 

Bibliographie

Baethge C, Baldessarini RJ, Freudenthal K, Streeruwitz A, Bauer M, Bschor T
Hallucinations in bipolar disorders : characteristics and comparison to unipolar depression and schizophrenia
Bipolar Disorders, 01 Apr 2005, 7(2):136-145
DOI : 10.1111/j.1399-5618.2004.00175.x

Borg J, Andrée B, Soderstrom H, Farde L
The serotonin System and spiritual expériences
Am J Psychiatry. 2003 Nov;160(11):1965-9

Diederen KM, Neggers SF, Daalman K, et al
Deactivation of the parahippocampal gyrus preceding auditory hallucinations in schizophrenia
Am J Psychiatry. 2010;167(4):427-435
DOI : 10.1176/appi.ajp.2009.09040456

Forrest DV
Alien abduction: a medical hypothesis
J Am Acad Psychoanal Dyn Psychiatry. 2008 Fall;36(3):431-42
DOI : 10.1521/jaap.2008.36.3.431

NAP (Ntional Audit Project)
Accidental Awareness During General Anaesthesia in the UK and Ireland
Report and findings, sept 2014

Nelson KR, Mattingly M, Lee SA, Schmitt FA
Does the arousal system contribute to near death experience ?
Neurology. 2006 Apr 11;66(7):1003-9

Van Lommel P, Van Wees R, Meyers V, Elfferich I
Near-death experience in survivors of cardiac arrest : a prospective study in the Netherlands
Lancet 358(9298):2039-45 · December 2001
DOI : 10.1016/S0140-6736(01)07100-8

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Tournevis magique - Un jour, me promenant dans un salon de bricolage, je vis un bonimenteur présenter un tournevis [...]

Lorsque tropique - Le paludisme a disparu de Camargue et de Corse dans les années 1950. Aujourd’hui, les rares [...]

Le médecin expert de demain - On ne cesse de s’interroger sur l’évolution et l’avenir de la médecine. Vulgarisation [...]

Requins, platanes ou bolides - Les requins sont les plus redoutés des carnivores marins, et ils sont en très [...]

Consistance des maladies virtuelles - La morbidité se définit comme un « état de maladie » ou un « caractère relatif à la [...]

Articles et autres publications

un grand pas dans l'histoire des médicaments - Médecine. 2024;20(2):95-96. [...]

Le mamelon masculin - Planet vie, fevrier 2023 [...]

Médecine sans souffrance et souffrance sans médecine - AOC, 17 janvier 2023 [...]

Patient zéro et porteur sain - dans H. Guillemain (dir.), DicoPolHiS,
Le Mans Université, 2022. [...]

Les labyrinthes du soin - Pratiques, 95, octobre 2021, p 48-51 [...]

La phrase biomédicale aléatoire

La science a découvert que ce dont les gens font l'expérience quand ils "touchent le fond" n'est aucunement "névrotique". Les données scientifiques montrent que ces maladies ne sont pas moins "physiques" que le diabète, pas plus "mentales" que la migraine.
― Colette Dowling

Haut de page