lucperino.com

Contorsions neurologiques et psychiatriques

humeur du 29/02/2024

En 1968, la neurologie et la psychiatrie ont été séparées, car l'une répondait au modèle biomédical, alors que l'autre y restait hermétique. Les maladies neurologiques avaient quelque substrat anatomique ou physiologique alors que les maladies psychiatriques en étaient dépourvues. Néanmoins, la psychiatrie est restée médicale, car on avait pris l'habitude de confier les troubles mentaux et psychiques aux médecins. La prévalence de ces troubles a été très profitable au commerce médical, mais elle a confronté la biomédecine aux limites de son modèle anatomoclinique.

Errant entre les mythologies du psychisme et les obsessions moléculaires de la neurophysiologie, les diagnostics subissent de pittoresques contorsions.

Les grandes crises d'hystérie sont devenues les "crises psychogènes non épileptiques" (CPNE), admettant l'origine psychique, mais introduisant une épilepsie en négatif avec électroencéphalogramme normal. Une sémantique plus politique que biomédicale !

L'épilepsie est devenue un mal neurologique après avoir été un mal divin. La mortalité prématurée y est onze fois plus élevée que dans la population générale, mais les ¾ des décès semblent liés à une comorbidité psychiatrique de type dépression ou toxicomanie (4 fois plus de suicides, 4 fois plus d'accidents de la circulation, 8 fois plus de chutes, 8 fois plus de noyades). Par ailleurs, il existe une relation significative entre l'épilepsie temporale et les troubles bipolaires. Certaines manifestations paroxystiques (fugues, vols, agitation psychomotrice ou actes impulsifs) succèdent aux crises épileptiques. L'arrêt du traitement s'accompagne souvent de troubles bipolaires. La fréquence d'antécédents familiaux pour ces deux affections autorise à évoquer un substrat neurobiologique.

D'autres recherches de comorbidité sont plus surprenantes. De nombreux patients atteint de sclérose en plaques ont un trouble de l'humeur ou un trouble anxieux, ce qui n'est pas étonnant au regard de la gravité de cette maladie. Mais en insistant sur le fait que ces troubles aggravent l'invalidité, on leur confère une valence organique.

Chez les migraineux, la dépression est 3 fois plus fréquente, le syndrome d'anxiété généralisée et le trouble panique, 4 fois plus, et les troubles bipolaires de 3 à 7 fois plus. La relation entre migraine et maladie bipolaire est si forte que certains ont proposé d'en faire un sous-type nommé trouble bipolaire à cycles rapides (TBCR). Voilà qui ne simplifie pas le diagnostic instable de la maladie bipolaire.

Les uns notent la forte relation entre dépression et seuil de douleur, les autres évoquent une prédisposition neurophysiologique à la douleur chronique.

Une dépression chronique quadruple le risque de démence vasculaire. Une dépression d'apparition tardive double le risque de maladie d'Alzheimer, et pour certains, elle en serait un signe précurseur.

Après leur séparation sur le critère du substrat, la neurologie et la psychiatrie doivent-elles être réunies sur le critère de notre ignorance ? 

Bibliographie

Baliki MN, Petre B, Torbey S, Herrmann KM, Huang L, Schnitzer TJ, Fields HL, Apkarian AV
Corticostriatal functional connectivity predicts transition to chronic back pain
Nat Neurosci 2012 Jul 1 15 8 1117 9
DOI : 10.1038/nn.3153

Barnes DE
Midlife vs late-life depressive symptoms and risk of dementia: differential effects for Alzheimer Disease and Vascular Dementia
Arch Gen Psychiatry 2012 69 5 493–498

Benca RM, Obermeyer WH, Thisted RA, Gillin JC
Sleep and Psychiatric Disorders : A Meta-analysis
Arch Gen Psychiatry 1992 49 8 651 668
DOI : 10.1001/archpsyc.1992.01820080059010.

Blazer D
Neurocognitive disorders in DSM-5
Am J Psychiatry 2013 Jun 170 6 585 7
DOI : 10.1176/appi.ajp.2013.13020179

C. Thomas-Antérion, F. Dubas
Troubles somatomorphes et amnésie dissociative : apport de l'imagerie en 2011
Neurologie 2010 13 133 p 1 11

Calvó-Perxas L, Vilalta-Franch J, Turró-Garriga O, López-Pousa S, Garre-Olmo J
Gender differences in depression and pain: A two year follow-up study of the Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe
J Affect Disord 2016 Mar 15 193 157 64
DOI : 10.1016/j.jad.2015.12.034

Celestin LP et al
Comorbidity of epilepsy and bipolar disorder : a clinical case series analysis
26e International Epilepsy Congress 28 août – 1er septembre 2005 Paris

Fazel S, Wolf A, Långström N, Newton CR, Lichtenstein P
Premature mortality in epilepsy and the role of psychiatric comorbidity : a total population study
Lancet 2013 382 9905 1646–1654
DOI : 10.1016/S0140-6736(13)60899-5

Gigante AD, Barenboim IY, Dias Rda S, Toniolo RA, Miranda-Scippa Â, Kapczinski FP, Lafer B
Rapid cycling bipolar disorder is associated with a higher lifetime prevalence of migraine
Acta Psychiatr Scand 2015 Oct 132 4 308 9
DOI : 10.1111/acps.12450

Gracely RH, Geisser ME, Giesecke T, Grant MA, Petzke F, Williams DA, Clauw DJ
Pain catastrophizing and neural responses to pain among persons with fibromyalgia
Brain 2004 127 835 43Brain 2004 Apr 127 Pt 4 835 43

Hamelsky SW, Lipton RB
Psychiatric comorbidity of migraine
Headache 2006 Oct 46 9 1327 33

Liepert J, Hassa T, Tüscher O, Schmidt R
Electrophysiological correlates of motor conversion disorder
Mov Disord 2008 Nov 15 23 15 2171 6
DOI : 10.1002/mds.21994

McKay KA, Tremlett H, Fisk JD, Zhang T, Patten SB, Kastrukoff L, Campbell T, Marrie RA
Psychiatric comorbidity is associated with disability progression in multiple sclerosis
Neurology 2018 Apr 10 90 15 e1316 e1323
DOI : 10.1212/WNL.0000000000005302

Reuber M, Elger CE
Psychogenic nonepileptic seizures: review and update
Epilepsy Behav 2003 Jun 4 3 205 16
DOI : 10.1016/s1525-5050(03)00104-5

Reuber M, Fernández G, Bauer J, Helmstaedter C, Elger CE
Diagnostic delay in psychogenic nonepileptic seizures
Neurology 2002 Feb 12 58 3 493 5

Richardson EJ, Ness TJ, Doleys DM, Baños JH, Cianfrini L, Richards JS
Depressive symptoms and pain evaluations among persons with chronic pain: Catastrophizing, but not pain acceptance shows significant effects
Pain 2009 Dec 15 147 1 3 147 52
DOI : 10.1016/j.pain.2009.08.030

Vuilleumier P, Chicherio C, Assal F, Schwartz S, Slosman D, Landis T
Functional neuroanatomical correlates of hysterical sensorimotor loss
Brain 2001 Jun 124 Pt 6 1077 90
DOI : 10.1093/brain/124.6.1077

Zhang L, Beghi E, Tomson T, Beghi M, Erba G, Chang Z
Mortality in patients with psychogenic non-epileptic seizures a population-based cohort study
J Neurol Neurosurg Psychiatry 2022 Apr 93 4 379 385
DOI : 10.1136/jnnp-2021-328035

 

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Ne pas vexer son médecin - La relation médecin-patient est un thème rebattu. Sa qualité est supposée produire celle du [...]

Déficits légers - Avec les années, je constate que ma peau est moins élastique, plus rêche, et plus [...]

Restriction cognitive de l'hyperspécialisation médicale - Le progrès des technosciences améliore toutes les pratiques, et inversement, l’expérience [...]

Nous vivons dangereusement - Monsieur Rolf Sievert a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps. C’est lui qui a [...]

Promo sur les check-up - Attaquée de toutes parts, la médecine est mise à mal. Conflits d’intérêts, [...]

La phrase biomédicale aléatoire

L'idée du verdict infaillible de l'imagerie médicale, rend précaire, quelquefois dérisoire l'idée que l'on a de ses propres fonctions.
― Christine Durif-Bruckert

Dessins humoristiques médicaux

Les courts dialogues des manchots "givrés" du style épuré de Xavier Gorce sont [...]

Haut de page