lucperino.com

C'est essentiel

humeur du 29/06/2024

Un patient atteint de "tremblement essentiel" me demanda ce qu'était cette maladie. Je lui expliquai avec quelque difficulté qu'il s'agissait d'une maladie dont on ignorait la cause, probablement une dégénérescence neurologique liée à l'âge. Il m'interrogea sur le qualificatif "essentiel", je dus alors admettre l'étrangeté de ce terme qui s'applique aux maladies dont on ignore la cause, comme l'hypertension artérielle essentielle. Cependant, nombreuses sont les maladies, schizophrénie ou migraine, dépourvues de cet épithète malgré l'ignorance qui les entoure.

Le terme de "non-spécifique" est plus direct et moins obscur, il désigne littéralement les maladies dont l'espèce (donc la cause) n'est pas identifiable. On parle de pneumopathie interstitielle non spécifique, de colite, de myocardite, d'urétrite ou de dermatite, toutes non spécifiques, pour nommer ces inflammations des poumons, du colon, du myocarde, de l'urèthre ou de la peau dont la cause ne semble ni infectieuse ni auto-immune.

La médecine utilise aussi le terme "idiopathique" pour qualifier sa méconnaissance des causes. Ainsi, fibrose pulmonaire, scoliose, thrombocytopénie, hypertension intracrânienne, cardiomyopathie hypertrophique ou épilepsie sont autant de maladies qui possèdent une forme idiopathique.

Parfois, de façon moins grandiloquente, on utilise le mot "sénile" pour qualifier une évidence. La plus connue est la démence sénile, caractérisée par des "plaques séniles" dans le cerveau. On parle aussi d'ostéoporose, de cataracte et de kératose séniles, autant de dégénérescences qui affectent nos os, nos cristallins et notre peau au fil du temps. Lorsque la vieillesse de nos organes est caractérisée par une particularité identifiable, on préfère utiliser un vrai nom de maladie, qui évite l'affront du " sénile " ou du " dégénératif ". Ainsi les plaques séniles de la démence sont devenues les plaques amyloïdes de la maladie d'Alzheimer, alors que la maladie de Parkinson devenait un déficit en L-Dopa.

La palme revient à la DMLA, un sigle largement médiatisé pour vendre un médicament supposé ralentir certaines formes de cette dégénérescence de la rétine. L'idée de vendre un médicament pour soigner une maladie dont le nom même affirme qu'elle est exclusivement liée à l'âge, peut paraître cocasse d'un point de vue mercatique ou miraculeux d'un point de vue biologique.

Le mot "dégénératif " tend à être définitivement banni. Ainsi, l'ostéoarthrite dégénérative est devenue "arthrose" qui sonne comme un nom familier, presque sympathique, sauf lorsqu'elle provoque des insuffisances rénales et des addictions par l'abus d'antiinflammatoires et de morphiniques.

Après mes explications confuses sur la nosographie de l'ignorance, ce patient osa conclure que la vieillesse est une maladie essentielle. Je n'eus pas d'autre choix que de l'encourager dans cette sagesse qui le protégerait de bien de tourments et lui épargnerait assurément d'innombrables maladies iatrogènes.   

 

Bibliographie

OMS
Classification Internationale des Maladies Onzième Révision
La norme internationale pour l'évaluation de l'état de santé

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Mediator : pas de corruption hélas ! - L’affaire du Mediator arrive à la suite d’une série déjà longue qui avait [...]

Fluctuations des gains et pertes sanitaires - Le Démon a perdu beaucoup de ses possédés lorsque l’épilepsie est devenue une maladie, mais [...]

Artisanat clinique - Il existe une différence subtile entre un symptôme et un signe clinique. Le symptôme est [...]

Sélection naturelle de la mauvaise science - Le système actuel de publication en biomédecine favorise et encourage les résultats faussement [...]

Des dépistages inutiles aux dépistages dangereux - La controverse sur les dépistages organisés des cancers ne cesse d’enfler. Après la [...]

Haut de page