lucperino.com

Dossier de presse

Le film

Voilà un film qui parle de maladie mais fait un bien fou.

Télérama, Jacques Morice, mars 2007  +

Le film

La documentariste a obtenu de pouvoir placer la caméra dans le fond du cabinet de Luc Perino, avec l’accord de tous les patients filmés, qui l’ont confirmé après s’être vus à l’écran, mais ont su, pendant la visite, oublier l’intruse. Le résultat est à la fois singulier et universel.

Les Echos, A.C., mars 2007  +

Le film

Hélène de Crécy trouve la juste distance avec les patients comme avec le praticien, le Dr Luc Perino. Son expérience médicale, qui lui a inspiré plusieurs ouvrages, et sa profonde humanité orientent le regard vers la personne, et la réflexion vers la société actuelle, cause de mal-être et d'anxiété dont le cabinet médical est l'exutoire.
Un beau portrait de généraliste dans la lignée des médecins de campagne d'autrefois.

Le Figaroscope, M.N.T., mars 2007  +

Le film

Ce documentaire d'Hélène de Crécy est magnifique, presqu'aussi réussi qu'un Depardon.

Le Canard Enchaîné, J.L.P., mars 2007  +

Le film

Un miroir de la société française

L'express, Sophie Benamon, mars 2007  +

Le film

Un sujet traité avec beaucoup d’intelligence, de pudeur et de sensibilité.

Les Cahiers du Cinéma, Guillaume Massant, mars 2007  +

Le film

"La Consultation" réussit le pari de n’être ni voyeuriste, ni démoralisant: le film prend le pouls de la vie et de ses accidents, petits et grands.

AFP, mars 2007  +

Le film

Le film "La Consultation", d'Hélène de Crécy, plonge le spectateur dans un huis-clos inhabituel, celui d'un cabinet de généraliste. Une première au cinéma.
Le docteur Luc Perino, médecin de famille des images d'Epinal, y est, tour à tour, pédiatre, confident, psy, voire assistant social.

Aujourd'hui en France, Hélène Bry, mars 2007  +

Le film

La caméra nous plonge dans une intimité à laquelle chacun est susceptible de s’identifier.

Metro, Claire Cousin  +

Le film

Luc Perino considère le malade dans sa globalité, résiste à la surmédicalisation, se met en empathie avec le patient dont le stress est souvent le pire ennemi. Un portrait touchant d'un homme de bonne volonté comme il n'en existe plus beaucoup.

L'Humanité, Vincent Ostria  +

Le film

Non content d’interroger la fonction du médecin aujourd’hui, à travers la figure éminemment sympathique de ce généraliste acharné à la tâche, ce film dresse aussi un portrait en creux de notre société et une liste des maux actuels.

TéléCinéObs, E.L.  +

Le film

On saluera l’honnêteté avec laquelle Luc Perino a permis une entreprise qui le montre, éminemment faillible, dans l’exercice de son labeur quotidien.

Libération, Ange Dominique Bouzet, mars 2007  +

Le film

Un documentaire sobre et efficace qui prend, entre les quatre murs du cabinet d’un généraliste, le pouls de la société française aujourd’hui.
Elle, Florence Ben Sadoun  +

Le film

Très pragmatique, le Dr Perino reconnaît ses limites dans des cas qui ont davantage trait à l’évolution de la société actuelle qu’à la médecine.
Ce portrait de société par le petit bout de la lorgnette est assez édifiant.

Le Matin (Suisse), S. Ba, mars 2007  +

Le film

Un très beau docu sur un généraliste

Première, Isabelle Danel  +

Le film

A la manière d'un Depardon Hélène de Crécy ausculte une profession difficile, où l'on se sent souvent impuissant, incompétent, malheureux.
Et même s'il est assez peu différent de la plupart de ses congénères, Luc Perino semblait être le choix idéal pour faire l'objet d'un documentaire : pédagogue, patient, fin analyste, il sait non seulement guider les patients, mais expliquer face caméra à quoi en sont réduits les généralistes aujourd'hui, et ce avec une formidable économie de mots.

Toujours raison, Rob Gordon, mars 2007  +

Le film

A regarder défiler dans le cabinet du docteur Luc Perino ces femmes et ces hommes de tous âges avec leurs grands ou petits maux, on se dit qu’il faut beaucoup de psychologie pour faire ce métier et qu’il y a quelque chose d’anormal à retrouver les généralistes en bas de l’échelle des rémunérations des praticiens libéraux, tout cela parce que leurs actes relèvent de la "clinique" et non de la "technique".

Le Monde, Sandrine Blanchard, mars 2007  +

Le film

Le film est à la fois drôle, aimable, sociologique, et sans pudeur.
Les réticences sont balayées quand on regarde du côté de ce médecin dévoué et attentif avec lequel le film entre en empathie.

Les Inrockuptibles, Vincent Ostria, mars 2007  +

Luc Perino

Luc Perino Médecin, écrivain, essayiste

Biographie 

Bibliographie 

Charte et engagements.

La phrase biomédicale aléatoire

Le symptôme est présenté, offert par le malade. Le signe est cherché et obtenu par artifice médical.
― Georges Canguilhem

La phrase biomédicale aléatoire

Donner au soigné la pleine possibilité de prendre lui-même - et s'il le souhaite - la décision qui le concerne est la seule façon de résoudre l'irrémédiable aporie entre notre volonté de faire son bien d'une part et notre impossibilité de concevoir son bien avec sécurité d'autre part.
― Alain Froment

Haut de page