lucperino.com

Faut-il abandonner les obligations vaccinales ?

humeur du 25/08/2014

L’État français vient d’être condamné à verser une indemnisation de 2 400 000 € à une infirmière ayant développé une sclérose en plaques peu après une vaccination contre l’hépatite B.
Ce triste record révèle la faille entre justice et science et oblige à réfléchir à la communication vaccinale. Etant admises l’efficacité de la majorité des vaccins sur la santé publique et leur balance bénéfices/risques très positive, le but est d’obtenir la meilleure couverture vaccinale de la population. La question se pose avec plus d’acuité pour les nouveaux vaccins auxquels manque logiquement la preuve épidémiologique, quelles que soient les preuves initiales d’efficacité.

L’obligation vaccinale et la « propagande abusive » sont rejetées avec le même fanatisme par les lobbys anti-vaccins, lesquels n’auraient pas vu le jour sans l’erreur politique initiale de l’obligation. Mais on ne peut ni juger ni réécrire l’Histoire.
Les taux de couverture semblent indépendants du caractère obligatoire et dépassent rarement 90%, quelle que soit la propagande. Lorsque l’incidence des maladies était élevée, la crainte suffisait à promouvoir les vaccinations. Dans les années 1950, les parents se sont rués sur le vaccin antipolio, car ils connaissaient tous un enfant atteint. La vaccination est victime de son succès, car les maladies concernées sont devenues moins visibles, donc moins anxiogènes.*

L’intense promotion du vaccin contre l’hépatite B, maladie encore fréquente en 1994, a entraîné une couverture de 70% en moins d’un an. Ce record absolu a permis aux lobbys antivaccinaux d’établir plus de corrélations entre les poussées de sclérose en plaques et le vaccin, car plus l’on vaccine de personnes en un temps bref, plus il est facile de découvrir de corrélations fantaisistes.

Pour des vaccins tels que ceux contre papillomavirus ou rotavirus, la publicité est inutile, car l’épidémiologie de ces maladies n’étant pas explosive, une mise en place très progressive suffit ; pire, une promotion abusive devient contre-productive pour d’autres vaccins indispensables.

Curieusement, dans nos démocraties libérales, les obligations sont plus mal vécues que les prohibitions. Les interdictions de fumer suscitent moins de réticence que la mémorable propagande du vaccin H1N1. L’obligation de la ceinture de sécurité a subi plus d’opposition que les limitations de vitesse.
Les médecins utilisent souvent le civisme pour convaincre les plus réticents : on se vaccine autant pour soi que pour les autres.

 

Comment stopper la baisse des couvertures vaccinales en France ? Une communication raisonnable, une individualisation par les praticiens, l’encouragement au civisme et une information éclairée non catastrophiste sont certainement les meilleurs moyens. On peut y ajouter sereinement l’arrêt des obligations, y compris pour les professionnels, plus à même d’évaluer les risques réels.


La suppression de toute obligation vaccinale serait bénéfique en diminuant fortement le pouvoir de nuisance des lobbys antivaccinaux.

Bibliographie

An epidemiological assessment of measles in Europe
BEH 2009 ; 39-40.

Couverture vaccinale, enfants, France.
BEH n°51-52, 2008.

Vaccin anti HPV
Prescrire, avril 2009, t. 29, n° 306, p. 246.

Afssaps
Lien entre vaccination contre l’hépatite B et sclérose en plaques
Afssaps, septembre 2004

Ahmad K
Pakistan struggles to eradicate polio.
Lancet infectious diseases 2007 ; 7 : 247.

Ascherio A et al.
Hepatitis B vaccination and the risk of multiple sclerosis.
N Engl J Med 2001 ; 344 : 327-32.

Cohen R et coll.
Couverture vaccinale : les ados en danger… le point à l’occasion de la semaine de la vaccination.
Médecine et Maladies Infectieuses 2012 ; 42 : 139-40

Confavreux C et al.
Vaccines in Multiple Sclerosis Study Group. Vaccinations and the risk of relapse in multiple sclerosis.
N Engl J Med 2001 ; 344 : 319-26.

Editorial
Tackling negative perception towards vaccination.
The Lancet Infectious Diseases, Volume 7, Issue 4, Page 235, April 2007
DOI : 10.1016/S1473-3099(07)70057-9

Hahné S et coll.
Rubella outbreak in the Netherlands, 2004-2005. High burden of congenital infection and spread to Canada.
Pediatr Infect Dis J., 2009; 28: 795-800.

Haroche A.
Vaccin contre l’hépatite B et sclérose en plaques : trois ministres dans la tourmente judiciaire
J.I.M. septembre 2004

Mikaeloff Y et al.
Hepatitis B vaccination and the risk of childhood-onset multiple sclerosis.
Arch Pediatr Adolesc Med 2007 ; 161 : 1176-82.

Mikaeloff Y et al.
KIDSEP study group of the French Neuropaediatric Society. Hepatitis B vaccine and risk of relapse after a first childhood episode of CNS inflammatory demyelination.
Brain 2007 ; 130(Pt 4) : 1105-10.

Moulin Anne Marie
L’aventure de la vaccination
Fayard, 1996

Mrożek-Budzyn D et coll.
Lack of association between measles-mumps-rubella vaccination and autism in children. A case-control study.
Pediatr Infect Dis J 2010; 29: 397-400

Santi P.
Piquer l’intérêt des Français pour les vaccins.
Le Monde du 27.04.11

Siegrist C.A.
Retour sur un psychodrame collectif
La Recherche, 2000, 329, p 80-84

Smeeth L et coll.
MMR vaccination and pervasive developmental disorders : a case-control study.
Lancet 2004; 364: 963-69.

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Migraines en soldes - Lorsqu’une pathologie ou un symptôme a une fréquence anormalement élevée dans la [...]

Spermatozoïdes sous le charme - Les catastrophes écologiques à venir emplissent nos médias : réchauffement climatique, [...]

Vioxx, Mediator, Sibutral et baisse des impôts - Lorsqu’une classe pharmaceutique existe, les nouveaux médicaments qui arrivent sur ce marché [...]

Allume-feu - Il n’existe pas de bonne médecine, en tout cas pas de médecine scientifique moderne [...]

Parachutes gériatriques - C’est vrai, cela existe ! Je n’en ai jamais prescrit, mais je sais que cela se vend [...]

Haut de page