lucperino.com

Rendons des malades à Pluton

humeur du 26/04/2013

Rendons des malades à Pluton

Trier, classer, ordonner, catégoriser sont certainement les activités primaires de tout système nerveux dès les premiers stades de l’évolution. Pour les poux, le monde se divise en deux catégories : les poils et tout le reste. Les animaux classent les objets de leur environnement en fonction de critères tels que « se mange », « ne se mange pas », « dangereux », « inoffensif », etc.

Chez l’homme, la catégorisation et la classification sont des activités cognitives élaborées. Toute science progresse par un jeu de classifications et déclassifications successives.
Neptune avait été prédite dans la catégorie « Planètes », avant même d’avoir été observée. Et, plus récemment, une nouvelle définition des planètes a fait sortir Pluton de cette catégorie.
Le succès scientifique insurpassable d’une classification est de permettre des prédictions qui se vérifient.
Darwin, en établissant le lien entre le groupe des plantes à fleurs et celui des insectes pollinisateurs, a pu prédire l’existence d’hyménoptères grâce à des orchidées, et inversement.
Le tableau de Mendeleïev a permis d’affirmer l’existence d’éléments chimiques encore inconnus, tels que le gallium et le germanium qui sont venus combler les cases vides qui les attendaient.

La classification des maladies selon le modèle actuel des sciences biomédicales permet de prédire l’existence de maladies encore inconnues. Les puces à ADN, qui détectent désormais des cellules tumorales circulantes, nous réservent une moisson de cancers méconnus qui apparaîtront de plus en plus tôt. La catégorisation des humeurs et élans de la vie va permettre d’enrichir à l’infini les entités psychiatriques. Au-delà de la génomique, les trente millions de mutations qui distinguent chacun d’entre nous de son voisin, nous exposent à une infinité de maladies potentielles et orphelines que la science saura assurément déceler longtemps avant notre mort.

L’existence de ces maladies sera, chaque fois, confirmée par la publication d’essais thérapeutiques pleins d’espoir. L’espoir étant toujours la plus tangible des réalités thérapeutiques.
Ainsi, comme l’astronomie, la biologie évolutionniste ou la chimie, la médecine pourra accéder au rang de science exacte si elle opte définitivement pour le référentiel actuel des classifications du modèle biomédical.

Les médecins humanistes persistent à maintenir un référentiel centré sur la réalité sanitaire des patients. Ils se basent sur des maladies et des symptômes vécus dont la variabilité, l’évolutivité, voire la disparition spontanée, ne permettent aucune classification définitive. Ils ne prétendent pas à la science exacte, ni pour eux, ni pour leurs patients.

Avec la classification biomédicale, les patients meurent après de longues maladies. Sans cette classification, ils meurent à l’abandon.
Pour sauver ces patients de l’abandon, il est urgent de changer de classification, afin que chacun puisse enfin mourir de sa bonne mort…
Comme Pluton.

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Mediator : pas de corruption hélas ! - L’affaire du Mediator arrive à la suite d’une série déjà longue qui avait [...]

On n'y avait pas pensé - Les études indépendantes montrant la grande toxicité du glyphosate (alias Roundup) sont de [...]

De l'utilité inattendue de l'homéopathie ! - Allopathe et clinicien traditionnel, conscient depuis toujours de l'inefficacité tant [...]

Course entre l'obésité et son expertise - Ayurveda, médecine assyro-babylonienne, papyrus médicaux de l’Egypte pharaonique, école [...]

Drogues du terrorisme - L’éthologie a démontré les nombreux mécanismes d’inhibition mis en place par [...]

Haut de page