lucperino.com

La cigarette au cinéma

humeur du 30/04/2011

La cigarette au cinéma

Les producteurs de films ont une obsession budgétaire bien compréhensible. La concurrence est rude, les tournages coûtent cher et le retour sur investissement n’est jamais garanti même avec les réalisateurs les plus talentueux ou les plus racoleurs. Ce septième art est beaucoup plus budgétivore que ses six illustres ancêtres. Cet aspect financier est possiblement l’une des facettes de sa modernité.

En France, le centre national de la cinématographie, alias CNC, est un bailleur public connu pour son action auprès des jeunes producteurs et réalisateurs indépendants. Pour les séniors, les sponsors privés ne manquent pas, mais ils influencent lourdement l’œuvre artistique.

La publicité dans une fiction cinématographique est une manœuvre délicate entre la discrétion et la grossièreté académiques. Gros plans sur la marque d’une automobile ou d’une compagnie aérienne, longue séquence sur une région touristique ou un complexe hôtelier, adoration d’un champagne, banalisation d’une bière. Rythme d’une scène calqué sur les ondulations du prêt-à-porter, érotisme confiné dans le bas-nylon ou l’after-shave.

La cigarette est certainement la meilleure alliée financière du producteur et l’aide la plus précieuse du réalisateur. De quel policier n’a-t-elle pas ponctué la réflexion ? Combien de fois a-t-elle validé une complicité que le dialogue avait mal esquissée ? De quel héros n’a-t-elle pas été la compagne lascive et de quelle héroïne n’a-t-elle pas été le flambeau de la virilité ?

Après les différentes lois visant à limiter le tabac, on aurait pu craindre que l’industrie du tabac ne règne plus que sur la formule 1. C’eût été mal connaître ses ressources. Le septième art est plus gorgé de tabac qu’il ne l’a jamais été.

Ne reprochons rien aux romanciers et scénaristes, ils n’ont pas pour vocation de poser les questions éthiques d’une protection sanitaire de leurs jeunes concitoyennes et concitoyens. Cependant, avec l’accroissement des connaissances sur les affres du tabac et l’évolution législative à son endroit, les producteurs et réalisateurs pouvaient craindre que le CNC, cousin ministériel de la santé publique, ne les prive de subsides pour des scénarios où la cigarette serait un personnage majeur. Il n’en est rien, le CNC et la cigarette semblent devoir faire bon ménage pour longtemps encore.

Quels que soient les problèmes sanitaires ou éthiques à venir, il semble bien que les ministères et les industries en soient dédouanés d’avance. Le septième art n’a rien à craindre...

Tant mieux ou tant pis, comme l’on voudra !

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Gestation pour autrui : dernières affres du "tout génétique" - Le sujet des mères porteuses est très médiatique, car il ressasse l’impossibilité de choisir [...]

Légiférer sur le vivant est toujours arbitraire - Entre le plus petit des homo sapiens (120 cm) et le plus grand (240 cm), le rapport est de deux. [...]

Avortement des "embryonnes" - L’Afghanistan détient le triste record de la plus faible espérance de vie pour les femmes, [...]

Le sein entre deux feux - Chaque année, au mois d’octobre, le cancer du sein est remis à l’honneur par les [...]

Mortalité ou létalité ? - Le degré d’exactitude d’une science se mesure à la précision de ses mots. La [...]

Haut de page